Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

tziganes

  • Chemin brisé

    1228925977_Smaus.jpgPetite, allume un feu…
    Martin Smaus

    Traduit du tchèque par Christine Laferrière

    Editions des Syrtes, 2009

                                

    (par Jean-Pierre Longre)

     

    Le clan Dunka représente, en quelque sorte, la synthèse des familles tziganes, de leurs conceptions (ou non conceptions) de l’existence. « Les Dunka ne voulaient faire de mal à personne : ils voulaient vivre. Et ils vivaient comme ils en avaient l’habitude depuis des siècles, oubliant la veille et ne voulant pas savoir ce que leur apporterait le lendemain. Ils vivaient des milliers de vies, naissaient et mouraient sans cesse chaque jour ». C’est dans ce contexte que naît et grandit Andrejko, voleur hors pair, et pour cela choyé par les petits qui profitent de ses cadeaux, jalousé par les grands qui, ne pouvant l’égaler, se dressent contre lui.

     

    Dans la Tchécoslovaquie contemporaine, des dernières années du communisme à la partition du pays, en passant par l’ouverture, la démocratisation et l'avènement du capitalisme, avec les enthousiasmes et les angoisses que cela suscite, Andrejko est ballotté, accompagné d'une famille fluctuante et se délitant peu à peu, d’un lieu à un autre : du hameau campagnard, proche de l’Ukraine, où la tribu vivait selon les traditions, aux villes grises, froides, inhospitalières (Ostrava, Prague, Plzen), d’un appartement délabré à la maison de correction…

    Lire la suite

  • La grande famille tzigane

    gypsycaravan3.jpgGypsy Caravan – When the road bends…
    un film de Jasmine Dellal

    Etats-Unis, 2007

     

    (par Nicolas cavaillès)

     

    Raga, lautari, flamenco… La musique traditionnelle tzigane jaillit dans toute sa richesse, avec ce documentaire américain sur la tournée commune de cinq groupes tziganes aux Etats-Unis et au Canada : dans le même bus, on entend chanter et rire tous ensemble la célèbre chanteuse macédonienne Esma Redzepova, la non moins fameuse Fanfare Ciocarlia, de Roumanie (qui accompagna notamment Goran Bregovic, ou Ovidiu Lipan Tandarica), et, également roumain, le Taraf de Haïdouks (introduit par Johnny Depp, qui a côtoyé le Taraf pour The Man who cried), mais encore le danseur flamenco espagnol Antonio El Pipa, et enfin, venu du Rajasthan, l’impressionnant groupe Maharaja.

    Lire la suite