Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

théâtre de la colline

  • Pandore chez les Gaulois

    thumb_pandore.2.jpgNina, c’est autre chose
    Michel Vinaver
    Mise en scène de Guillaume Lévêque
    Théâtre de la Colline, Paris
    Du 28 mai au 27 juin 2009


    (
    par Nicolas Cavaillès)


    Par rapport à deux frères vieux garçons endigués dans une vie monotone, Nina, fraîche et dynamique au diable, c’est tout autre chose ; aussi, quand celle-ci débarque chez ceux-là et qu’elle met les pieds dans le plat de rôti de veau aux épinards du mercredi, cette confrontation radicale entre les forces féminines de la vie et les raideurs viriles de la conservation promet de violentes étincelles. Écrite dans les années 1970 par l’écrivain-PDG Michel Vinaver,
    Nina, c’est autre chose ravit par sa légèreté de ton et par l’originalité du développement qui est fait à partir d’une idée de base plus classique (le ménage à trois) ; car l’irruption haute en couleurs de Nina, qui n’hésite pas à d’emblée affirmer sa différence et son indépendance, c’est aussi celle de la femme dans une société française engourdie, et celle de la modernité simili-américaine dans le monde du travail : sortez vos syndicats, voilà Nina.

    Lire la suite

  • Retour aux sources taries

    medium_Cerisaie.2.jpgLa Cerisaie
    Anton Tchekhov

    Mise en scène d’Alain Françon
    Théâtre de la Colline
    Du 17 mars au 10 mai 2009

    (par Nicolas Cavaillès)


    Pour monter la dernière grande pièce de Tchekhov, l’un de ses dramaturges fétiches, Alain Françon retourne à sa toute première mise en scène (le légendaire premier spectacle du Théâtre d’Art de Stanislavski, en 1904), et, photographies d’époque et cahier de régie à l’appui, il déroule à la lisière du remake une Cerisaie aujourd’hui classiquissime, pour ne pas dire anachronique, datée, qui n’ennuie pas, sans surprendre non plus, ni vraiment faire honneur au texte de Tchekhov, lequel, durant les cent années qui le séparent de sa création, eut bien des occasions de montrer ses innombrables potentialités.

    Lire la suite

  • La significative candeur du lyrisme

    l-echange.jpgL’Échange
    de Paul Claudel, Mise en scène d’Yves Beaunesne
    Théâtre de la Colline, du 12 novembre au 14 décembre 2008

    (par Nicolas Cavaillès)

    Des personnages caricaturaux, une trame sans grande surprise, une mise en scène plutôt aride… Et pourtant, cet Échange de Claudel monté par Yves Beaunesne est une réussite certaine, donnant à entendre le meilleur du texte, et sa beauté désuète, et son souffle atemporel ; et ses curieux emplois de l’imparfait du subjonctif, et ses puissants élans lyriques. Drame à deux couples dont il semble assez vite évident qu’ils sont voués à l’échec, L’Échange traite avec sincérité et intensité un carré amoureux vieux comme le monde, ici placé sur la côte Est des Etats-Unis, entre une impuissance océanique houleuse et une immense liberté continentale.

    Lire la suite