Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

rivages

  • Une plus juste reconnaissance ?

    pcameron3.jpgUn Jour cette douleur te servira de Peter Cameron - trad. Suzanne Mayoux - Rivages, 2008

    (par Joannic Arnoi )

    Depuis 1995, les éditions Rivages ont fait montre d’une fidélité exemplaire à l’égard de Peter Cameron : Un Jour cette douleur te servira est son cinquième roman traduit, outre un recueil de nouvelles paru en 2006, Au Beau Milieu des choses. Ses premiers romans, Week-end et Année Bissextile, étaient des chroniques douces-amères portraiturant la vie des gays cultivés new-yorkais. Le rapprochement avec des auteurs comme Stephen Mac Cauley ou David Leavitt était alors assez tentant, même s’il y a une finesse et une élégance dans les premiers livres de P. Cameron qui les distingue.

    Lire la suite

  • Science et conscience

    davidlodge3.jpgThinks (Penguin paperback, 2002)
    Pensées secrètes (Payot Rivages, 2002)
    de David Lodge
    traduit de l'anglais par Suzanne Mayoux

    (par B. Longre)

    Est-il encore nécessaire de raconter un roman de David Lodge et d'inévitablement en faire l'éloge ? D'y ajouter les épithètes "humain", "divertissant", "réaliste" et "convaincant" ? De conseiller vivement au lecteur potentiel de s'y plonger sans crainte ?
    Thinks, comme les autres romans, est habilement construit ; ici, sur le mode de l'alternance narrative : d'abord le journal intime d'Helen Reed, romancière invitée à animer un cours de "creative writing" à l'Université de Gloucester. Helen ne parvient plus à écrire (excepté son journal) depuis la mort soudaine de son mari. Le deuxième journal est tout autre, mais pas moins intime : les enregistrements privés qu'effectue Ralph Messenger, professeur de science cognitive dans la même université ; celui-ci se livre à cet exercice d'abord pour des raisons scientifiques, puis prend goût à ces monologues qu'il souhaite traiter comme matériau brut, des pensées telles qu'elles viennent à l'esprit d'un individu, pour ensuite les retranscrire et les analyser. C'est, d'après lui, l'unique occasion de pénétrer la conscience d'un individu sincère qui dévoile ses fantasmes ou ses pensées les plus secrètes... Et les pensées de Ralph Messenger ne manquent ni de piquant, ni de drôlerie, apportant une petite touche scabreuse à l'ensemble.

    Lire la suite