Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

olivier orain

  • Concordance des temps ?

    boltanski.jpgRendre la réalité inacceptable
    À propos de
    La Production de l’idéologie dominante
    Luc Boltanski
    Demopolis, 2008

    (par Olivier Orain)

    Rendre la réalité inacceptable est présenté par son éditeur comme « destiné à accompagner la lecture de La Production de l’idéologie dominante de Pierre Bourdieu et Luc Boltanski », texte majeur « publié pour la première fois en 1976 dans la revue Actes de la recherche en sciences sociales » et réédité cet automne par Demopolis et Raisons d’agir. Ce statut un peu ingrat de livre-compagnon cache un propos plus ample, dont l’intérêt est (au moins) triple : outre son rôle de commentaire d’un article (fleuve !), c’est aussi une évocation circonstanciée des débuts de la revue de Pierre Bourdieu dans le sillage (indirect) de Mai 68, et une réflexion magistrale sur l’évolution de la société française depuis trente ans.

    Rendre la réalité inacceptable est avant tout un récit, mais dégraissé de toute complaisance autobiographique. Il s’ouvre par une Élégie qui synthétise magistralement l’esprit des « années 68 » (et des rédacteurs des Actes…) — ce qu’un spécialiste de l’époque (Boris Gobille) appelle leur « vocation d’hétérodoxie ».

    Lire la suite

  • Paroles échappées de Mai

    68.jpgMai 68. Soyons réalistes, demandons l’impossible
    Philippe Godard
    Syros, collection « Les documents », 2008

    (par Olivier Orain)

    Ce recueil de réflexions autobiographiques (cinq au total) s’inscrit dans un mouvement de « retour aux sources » de Mai 68, qui essaie de s’affranchir des discours idéologiques abstraits pour serrer au plus près les expériences vécues. Les témoins choisis par Philippe Godard ne sont ni de parfaits inconnus (comme dans le livre de Nicolas Daum, Mai 68 raconté par des anonymes aux éditions Amsterdam) ni les vedettes obligées que l’on retrouve un peu partout (Daniel Cohn-Bendit, Serge July, etc.). L’ouvrage est accompagné par la chronologie de rigueur, quelques images (photographies, affiches) et une bibliographie qui fait la part belle aux souvenirs militants, un peu au détriment des références savantes.

    Lire la suite

  • Sujet piégé

    bgobille3.jpgMai 68
    Boris Gobille

    La Découverte, coll. « Repères, 2008

    (par Olivier Orain)

    Dans la déferlante d’ouvrages publiés pour les quarante ans des « événements » de Mai 68, il est sans doute difficile de s’y retrouver, entre les gros volumes collectifs, les livres d’images, les rééditions, les essais et pamphlets…

    Le sujet est piégé, tant il continue de susciter les passions — négatives le plus souvent. Il s’est d’ailleurs écrit un nombre considérable d’ouvrages d’opinion, pauvres en informations fiables mais riches en jugements, et souvent écrits à l’emporte-pièce. Autre genre prisé : la chronique centrée sur les vedettes du mouvement, qui a donné le livre à succès Génération d’Hervé Hamon et Patrick Rotman.

    Pourtant, à côté de ces entreprises éminemment médiatiques, existe depuis au moins deux décennies tout un champ de recherches dans lequel se mêlent historiens, sociologues, politistes et autres praticiens des sciences sociales. Ils essaient de dépasser la posture militante au profit d’enquêtes solides et cherchent à en finir avec les clichés — ceux-là mêmes qui nous sont resservis jusque dans les campagnes présidentielles…

    Lire la suite