Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

claudine desmarteau

  • c’était les années 70...

    1993115357.jpgMes années 70
    Claudine Desmarteau
    Panama, 2008

     

    (par B. Longre)

     

    Un album grand format que je recommande tout particulièrement : le dernier-né de Claudine Desmarteau, qui donne sacrément envie de (re)descendre dans la rue, de clamer « peace and love » ou d’écouter du Janis Joplin… L’impertinence salutaire et l’humour vivifiant de ce revival se goûtent sans modération et l’auteure, qui parle d’expérience, a l’habileté de mêler souvenirs personnels (sa garde-robe, ses lectures, ses goûts et ses activités, etc.) et thèmes plus vastes (libération de la femme, interdits et progrès sociaux, mode et musique, politique, etc.).

    Lire la suite

  • Gus, un enfant d'aujourd'hui

    gus.jpgLe petit Gus
    Claudine Desmarteau
    Panama, 2008

    A partir de 9 ans

     

    (Par Catherine Gentile)

     

    Le 29 mars 1959, la première histoire du Petit Nicolas paraît dans Sud-Ouest dimanche et conquiert rapidement les faveurs du public. Aujourd’hui ce personnage et ses copains font toujours rire les enfants et les grands, malgré leur ancrage dans les années soixante, il y a donc bien longtemps …

    Le 28 août 2008, Le petit Gus (dédié à René Goscinny et à Jean-Jacques Sempé) paraît au Panama, imaginé, écrit et dessiné par Claudine Desmarteau qui fait preuve d’une belle énergie et d’une langue drôle et inventive. Espérons qu’il aura une aussi belle longévité !

     

    Gus, notre narrateur, c’est donc Gustave, « tout ça parce que les vieux prénoms moches étaient à la mode le jour où je suis né. » Il a dix ans, un père qui perd ses cheveux, une mère petite et brune, qui fait un régime, une grande sœur de 14 ans, Delphine, qui écoute Nirvana en boucle sur son i-Pod, un plus grand frère, Romain, 17 ans, qui porte des pantalons trop horribles complètement collés aux mollets, mais qui sont « style » d’après lui (prononcer « style » comme dans « ail »), trois grands-parents (parce que l’une de ses grands-mères est « dessoudée » !), et une chatte, Monica, (à cause de Monica Belluchi) qui attend des chatons. Gus va à l’école, il est en CM2 avec Arthur, Victor, Aboubakar, Romane, Sofiane, Ahmed, Rachid, Guondo, Alice, Jamila et Ryan. Pas en avance, le Ryan : 13 ans, 80 kg, qui « traverse toujours la cour de l’école comme un taureau sans regarder en dessous de lui si un humain croise sa route ».

    Lire la suite