Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

caroline scandale

  • Dictionnaire spécialisé

    l'abécédaire des amoureux.jpgL’abécédaire des amoureux

    Sandra Poirot Cherif

    Rue du Monde, 2008

     

    (Par Caroline Scandale)

     

    L’abécédaire des amoureux décline les mots de l’amour. Il en propose de savoureuses définitions illustrées de collages désuets. L’album, accessible aux plus jeunes, s’adresse aussi et surtout aux adultes. Subtil et léger, il effeuille la passion et ses aléas de A à Z. Jamais bêtifiant, il démontre qu’en amour nul besoin d’artifices, juste des sensations, une petite dose de manque et une bonne dose d’émotion.

  • Rehab

    tout ira bien.jpgTout ira bien
    Kéthévane Dawrichewy
    L’école des loisirs, 2008

    (Par Caroline Scandale)

    Abel a 17 ans et vient d’être interné à l’Arche, un institut de désintoxication pour jeunes personnes en perdition. Le manque lui broie les entrailles, il lui faut sa dose. Sauf qu’ici il n’aura plus rien. Le sevrage est long et douloureux. Il doit réapprendre à vivre sans cette obsession, redécouvrir les petits plaisirs simples de la vie. Abel convoque le passé qui l’a mené jusqu’ici. Sur quelle faille s’est-il construit ? Certainement celle du père dont il ne sait rien. L’hypersensibilité qui en découle le rend si écorché qu’une fois lié d’amitié il ne l’est pas à moitié. Il pense à la grâce de Lou et à ses rêves de danseuse. Et puis il pense à Antoine son modèle masculin, l’ami miroir-déformant, celui qui lui a fait découvrir le bonheur artificiel.

    Son histoire est banale, celle d’une dépendance qui se fonde sur un manque qui la précède. Pour combler désespérément ce vide, Abel cherche à éprouver des sensations fortes, histoire de se sentir vivant un instant, le temps d’un fixe, quel qu’en soit le prix, quitte à en crever… « La vie est trop nue pour qu’il s’en contente ».

    Malgré son thème difficile, ce roman incisif est emprunt d’une grande sensibilité et de poésie. L’évocation de la drogue y est faite en évitant les écueils habituels. Ici la descente aux enfers et la rédemption ne sont que prétextes à se souvenir de l’enfance et de l’adolescence encore bien proches.  

    En 2004, Tout ira bien est d’abord sorti aux éditions Arléa en littérature générale. Il y connait un joli succès auprés de lecteurs de tous âges. Puis en 2008 il est republié dans la collection Medium de L’école des loisirs. Il touche ainsi un public jeune plus large. L’auteure confirme de cette manière que la frontière entre romans pour adultes et ceux pour adolescents est imperceptible, voir inexistante.

     http://www.ecoledesloisirs.fr/index1.htm

  • Maman en solo

    ma mère.gif

    Ma mère dans tous ses états

    Gwendoline Raisson, illustré par Magali Bardos

    L’école des loisirs, 2008

     

    (Par Caroline Scandale)

     

    Voici un petit album très drôle écrit du point de vue de l’enfant, qui met en scène le quotidien d’une maman célibataire et de son petit garçon. On s’amuse de l’interprétation qu’il fait des états d’âme de l'adulte et on rit du décalage entre la réalité et le ressenti de l’enfant, perception tantôt judicieuse, tantôt déformée, mais toujours pleine de bon sens. A travers trois petites histoires indépendantes les unes des autres on découvre que sa mère a peur du noir et tente de lui cacher, qu’elle est prête à se ridiculiser pour lui faire manger des légumes verts et qu’elle a un amoureux secret. Mais le petit garçon n’est pas dupe, il lit en elle comme dans de l’eau de roche… Enfin, c’est ce qu’il croit…

    Ma mère dans tous ses états est publié dans la collection Off-Pastel. Cette collection réunit des livres d'humeur et d'humour qui parlent aux enfants et aussi aux plus grands. « Des livres singuliers avec un brin de folie ou de philosophie, qui sortent des rails sans toutefois dérailler. »

     

    http://www.ecoledesloisirs.fr/index1.htm

  • Quête frénétique

    daddy frénésie.jpgDaddy frénésie

    Tristane Banon

    Plon, 2008

     

    (par Caroline Scandale)

     

    Daddy Frénésie est le troisième roman de Tristane Banon. On y retrouve son héroïne, la jeune Flore, dans une quête frénétique dont le but est de blesser celui qui l’a abandonnée à la naissance.

    A vingt sept ans, la jeune femme a depuis bien longtemps cessé de le chercher, persuadée que sa mort lui serait égale. Mais un jour en feuilletant le Figaro, une annonce lui laisse entrevoir la possibilité d’une rencontre avec l'absent. Commence alors une filature digne d’un détective privé pour apercevoir son père sans être découverte.

    Lire la suite

  • Emmurée vivante

    ofarrell.jpgL’étrange disparition d’Esme Lennox

    Maggie O’Farrell

    Traduit de l’anglais par Michèle Valencia

    Belfond, 2008

     

    (par Caroline Scandale)

     

    Deux jeunes sœurs dans les années 30. L’une fait la fierté de ses parents en se conformant à leurs attentes, l’autre refuse tout compromis.  L’histoire se déroule entre l’Inde et l’Écosse, dans une famille bourgeoise. Esme, petite fille espiègle et rêveuse grandit aux côté de sa douce sœur Kitty et de son petit frère adoré. Les prémices d’une incompréhension parentale à son égard se font sentir. Elle est indomptable et rebelle, ce qui agace et déroute ses géniteurs. Plus tard, la jeune femme repousse les avances des garçons de bonne famille qu’on tente de lui présenter. Elle refuse l’idée du mariage et veut poursuivre ses études. Mais un jour tout bascule, Esme disparaît de la circulation et de la mémoire familiale…

    Lire la suite

  • Comment aborder la sexualité avec ses enfants ?

    la sexualité.gif

    La sexualité

    Pascale Poulain

    Nathan, 2008

     

    (Caroline Scandale)

     

    « J’en parle avec mon enfant » est une nouvelle collection qui aide les parents à aborder des sujets délicats avec leur progéniture. Elle traite simplement de tous les aspects de thèmes comme la mort, la séparation ou la sexualité. Pascale Poulain, psychologue clinicienne, aborde celui de la sexualité infantile de manière tout à fait pertinente.

    « En 1905, Freud fit la découverte scandaleuse que l’enfant a une vie sexuelle. Il insista beaucoup sur l’importance de répondre à l’intérêt de l’enfant pour les choses de l’amour et du sexe […] L’amour et la sexualité sont liés par le langage… ».

    Lire la suite

  • Mais qu’allons nous faire de tant de bonheur ?

    les moindres petites choses.jpg

    Les moindres petites choses
    Anne Herbauts
    Casterman, 2008

     

    (par Caroline Scandale)

     

    Les moindres petites choses, qui donnent son titre à ce bel album, composent de manière indicible et bouleversante notre existence. À travers ces sensations, Anne Herbauts explore la conscience de soi et l’impuissance humaine à formuler ses émotions face à la beauté du monde qui nous dépasse.
    Madame Avril possède une petite maison, un jardinet et un lapin. On pourrait croire ces lieux confinés et son existence étriquée mais il n’en est rien. Certains jours, quand elle réfléchit, le jardin s’agrandit… Le quotidien se déploie, sort du cadre. Et de là, nait un sentiment d’infini lui faisant penser qu’elle est bien trop minuscule pour ces moindres petites choses. Elle se laisse alors submerger par des sentiments inexprimables, indéfinissables et inattendus… Que peut-elle faire de tant de bonheur ?

    Lire la suite

  • Allô maman bobo

    tesplusmacopine.jpg

    T’es plus ma copine  / Mon chien est mort
    Eric Englebert, Illustré par Claude K. Dubois
    Grasset-Jeunesse, 2008 - A partir de 7 ans

    (Caroline Scandale)

    La collection Lampe de poche 7 ans et + propose la série intitulée « Les petits bobos de la vie ». Sa spécificité est de dédramatiser des situations souvent angoissantes pour les enfants. Empreints d’une grande sensibilité, ces jolis livres panseront leurs petites blessures à l'âme.

    L’amitié est aussi intense qu’elle peut s’avérer douloureuse. Dans T’es plus ma copine, Sarah n’a pas envie d’aller à l’école... Elle s’est disputée avec sa meilleure amie Catherine, qui ne lui parle plus. La petite fille est de plus en plus triste et redoute d'être confrontée à l’indifférence de sa prétendue copine.

    Lire la suite

  • Smell like teen spirit

    mes premières fois.jpg

    Mes premières fois

    Claire Loup

    Plon, 2008

     

    (par Caroline Scandale)

     

    La production éditoriale pour « jeunes adultes » n’est pas vraiment futile… Et heureusement ! Mais parfois, il est agréable de lire une histoire légère et fruitée.

    On est d’abord séduit par l’évanescente demoiselle de la couverture. D’ailleurs, au cas où le lectorat féminin n’aurait pas compris que cet ouvrage lui est destiné, sa couleur rose acidulé le lui rappelle illico. Pour autant ce roman n’appartient pas au courant de la chick-lit ou « littérature de poulette » car Claire Loup, la jeune auteure, fait preuve de qualités littéraires en signant ce premier roman.

    Lire la suite

  • On ne nait pas femme, on le devient

    emma.gif

    Emma fait de la danse
    Susie Morgenstern
    Illustré par Sévérine Cordier
    Nathan, 2008

     

    (par Caroline Scandale)

     

    La collection « Emma » propose depuis peu des albums « spécial filles » écrits par Susie Morgenstern. D’abord dubitative face à cet objet littéraire « sexué », censé renvoyer aux petites filles l’image que la société attend d’elles, j’ai été agréablement surprise par l’héroïne aux idées bien arrêtées en matière de construction des sexes. Emma, 4 ans, est vivante et dynamique. A l'image de beaucoup de parents, sa maman aimerait la voir danser comme elle aurait adoré le faire à son âge. Elle décide donc de l’inscrire aux cours et lui achète un joli tutu rose ; mais Emma est réticente. Elle lui annonce son envie de faire du parachutisme, de la plongée et surtout de la pétanque… On imagine le désappointement comique de la maman…

     

    http://www.nathan.fr

    http://susie.morgenstern.free.fr/siteweb/

  • Un baiser ou la vie

    18 baisers.jpgDix-huit baisers plus un

    Rachel Corenblit

    Editions du Rouergue, 2008

     

    (Par Caroline Scandale)

     

    Pourquoi Alex, un adolescent de 17 ans, a-t-il tenté de se suicider par pendaison, dans le local à poubelles de son immeuble? A partir d’un sujet plutôt sinistre, Rachel Corenblit nous livre un roman sensible et enthousiasmant, dont le traitement littéraire n’est jamais larmoyant et se révèle même souvent drôle. Dix-sept personnages féminins dressent le portrait du jeune homme au comportement étrange. La détresse qu’il cache se dessine au fil des chapitres, dans une chronologie déconstruite, tandis que s’entrecroisent les points de vue des êtres qui ont traversé sa vie. Il en a agacé, affolé et inquiété plus d’une, mais surtout, il les a toutes embrassées… Pourquoi cette ronde des baisers ?

    Lire la suite

  • J'ai le coeur en hiver quand tu es loin de moi

    atout coeur.jpgAtout cœur

    Nathalie Collon et Maria J. Mola

    Editions Anna Chanel, 2008

     

    (Par Caroline Scandale)

     

    A travers seize petits textes poétiques, empreints de sagesse et de tolérance, cet album égrène les émotions nées de situations joyeuses ou plus tristes. Il invite le jeune lecteur à découvrir l'intelligence du cœur. D’un esthétisme enthousiasmant, il offre une jolie leçon de vie philosophique.

    Lire la suite

  • Hair

    hair.jpgLes cheveux de Léontine

    Rémi Courgeon

    Album Nathan, 2008

     

    (Par Caroline Scandale)

     

    Léontine, introvertie, se cache derrière de très longs cheveux, identiques à ceux de son père décédé. Elle ne veut pas les couper car ils sont une part de lui en elle. Ils la protègent mais l’isolent aussi des autres. A l’école, ses camarades se moquent de cette étrange petite fille retranchée derrière ce rideau couleur geai.

    Lire la suite

  • La part manquante

    calouan.jpgCe héros n’est pas mon père

    Calouan

    Les 400 coups, collection Connexion, 2008

     

    (par Caroline Scandale)

     

    Ce livre est l’histoire d’une absence, celle du père. Caroline, jeune adolescente, n’a jamais connu ce dernier. Il les a abandonnées lorsqu’elle était bébé. Ce manque perturbe terriblement son existence au point qu’elle doute constamment d’elle. Préférant cacher la vérité à ses camarades plutôt que de leur faire pitié, elle s’invente un père héroïque trop occupé à sauver le monde pour l’élever. Le mensonge se transforme en déni, sorte de carapace de protection contre le désespoir…

    Lire la suite

  • Vous dansez Mademoiselle ?

    avantl.jpgDis, c’était comment avant ?
    Sandrine Couprie-Verspieren
    Illustrations de Delphine Mach et Emmanuel Polanco
    De la Matinière jeunesse, 2008

    (Par Caroline Scandale)

    Dans cet album aux textes étoffés, Alice et Vladimir, 12 ans, viennent de recevoir leur premier téléphone portable. Un jour, agacée par l’omniprésence de ce gadget, la maman leur lance : « Moi, quand j’avais votre âge, on n’avait pas de portable, et on s’en passait très bien ! » Les enfants, interloqués, la prennent quelque peu de haut et la renvoient à l’ère préhistorique où l’on allumait des bougies pour s’éclairer et où l’on écrivait sur du papyrus… C’est de là qu’est née l’idée de ce livre Dis, comment c’était avant ? Pour raconter aux enfants d’aujourd’hui le quotidien de leurs parents et de leurs grands parents.

    Lire la suite

  • Editions bouts de papier - derniers titres

    ptitpapcouv.jpgLes p’tis papiers sur une chanson de Serge Gainsbourg et illustré par Claire Garralon, Bouts de papier, 2008, pour les enfants et les adultes

    (par Caroline Scandale)

    En 1965 Serge Gainsbourg écrit pour Régine « Les p’tis papiers », chanson qui obtiendra le prix de l’académie Charles Cros. Ce texte recèle tout l’art de jouer des mots de Serge Gainsbourg. Véritable petit bijou poétique, ce texte est intemporel.

    Lire la suite

  • La sorcière dans le congélateur

    sorciere.jpgLa sorcière dans le congélateur

    Dorothée Piatek et Mary-Loup

    Petit à petit, 2008

     

    (par C. Scandale)

     

    La sorcière dans le congélateur écrit par Dorothée Piatek est illustré par Mary-Loup, jeune artiste peintre au talent délirant. "Hantée par des influences baroques et surréalistes et habitée par des visions enfantines", l'illustratrice colore ce conte loufoque et glacial d'un camaïeu de rouges brûlants. On y croise de jeunes sorcières aux yeux de billes et à l'air candide. Les demoiselles s'indignent de voir arriver dans leur classe une nouvelle élève détestable de supériorité et givrante à souhait, Violette Dumalasourire. Au fil du temps elle se métamorphose et finit par ressembler à ce qu'elle est au fond, un véritable glaçon. Mais que cache cette froideur maladive et cette assurance trop flagrante ? Que dissimule la petite fille derrière son armure de glace ? Un cœur bat-il sous cet iceberg? A travers ce texte drôle et métaphorique, l'auteur montre bien les difficultés à s'intégrer dans un groupe quand on se sent inférieur...

     

    http://www.petitapetit.fr

  • Gare aux morsures

    molosse.jpgMolosse

    Olivier Morel

    Ed. courtes et longues, 2007

     dès 3 ans

     

    (par C. Scandale)

     

    Molosse, le chien de Jojo, porte bien son nom. Sous le regard amusé de son maître, il terrorise les matous et les enfants, défèque sur les pâtés de sable et pourchasse le facteur… Puis un jour Molosse ne fait qu’une seule bouchée d’un petit caniche à sa maman. C’est la goutte qui fait déborder le vase, la fourrière intervient et l’embarque. Peu de temps après, le petit garçon le remplace par un poisson rouge dénommé Tiburon. Mais au bout de quelques jours l’animal inoffensif devient piranha. A travers de jolies illustrations enfantines, Olivier Morel nous amène à réfléchir sur le mal et la responsabilité humaine. Il pose ouvertement la question suivante : qui du maître ou de l’animal est réellement le plus mauvais ?

    L'éditeur

  • Lecture en herbe

    vlydie.jpg24 heures dans la vie de Théo
    Virginie Lydie, ill. Yann Hamonic
    Balivernes, 2008, dès 6 ans

     

    (par C. Scandale)

     

    24 heures dans la vie de Théo nous plonge au cœur d’une journée riche en rebondissements, où tout bascule dans sa vie. Sa maman ne va pas bien du tout. Sur le trottoir, à côté des galeries Farfouinettes, elle a posé un petit carton, à côté d’elle, à même le sol. Elle n’aurait jamais fait ça si elle n’était pas malade, mais la poudre blanche coute cher. Théo doit faire quelque chose pour la sauver. Ce petit roman réaliste traite avec sensibilité d’un sujet délicat, rarement évoqué dans des livres pour petits. Il rend compte de la souffrance d’un petit garçon face à une maman toxicomane et sans le sou. Destiné à des lecteurs en herbe, il est résolument optimiste et se clôt sur une note d’espoir. Ses jolies illustrations, son thème moderne et son écriture dynamique font de ce court roman un excellent petit objet littéraire qui ne prend pas les enfants pour des bébés.


    L'éditeur

  • Sibérie fantasmée

    babayaga.jpgBabayaga

    Taï-Marc Le Than, ill. Rebecca Dautremer

    Gauthier-Languereau, Les petits Gautier, 2008, dès 4 ans

     

    (par C. Scandale)

    On retrouve dans ce conte deux figures emblématiques de l’imaginaire féminin diabolique, la méchante sorcière et l’odieuse marâtre. Babayaga est l’incarnation russe de la dévoreuse d’enfants. L’adaptation par Taï-Marc le Thanh, illustrée par Rébecca Dautremer, rend parfaitement compte de l’atmosphère froide et rustre des confins d’une Sibérie fantasmée. Babayaga n’a qu’une seule dent. Et c’est probablement ce qui l’a rendue si méchante. Ogresse par vocation, elle n’a de passion que pour la dégustation de petits enfants bien dodus et bien gras. Le jour où la vieille femme n’a plus rien à se mettre sous la dent, elle s’adresse à sa sœur Cacayaga pour lui trouver de la chair fraîche. Cette dernière devenue marâtre de la petite Miette l’envoie mielleusement chercher du fils et une aiguille à coudre chez sa sœur, la méchante ogresse. Comment s’en sortir quand on est une fillette haute comme trois pommes et qu’on se retrouve coincée dans l’antre de Babayaga ? S’ensuit une angoissante fuite. Pleine d’ingéniosité et de courage la petite fille se débrouille plutôt bien pour retrouver sa liberté…