Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

apoline saybec

  • Toujours haute en couleurs

    zazie2.jpgLes chansons de Zazie en BD

    Editions petit à petit, Collection Chansons en BD, 2007

    (par Apoline Saybec)

    Zazie sur fond violine, quelques pages biographiques entre deux chansons dessinées… voilà une idée qu’elle est intéressante. Certes, il est nécessaire d’aimer un minimum l’artiste pour y trouver de l’intérêt et, quand c’est le cas, c’est un petit bouquin terriblement agréable à lire qui laisse carte blanche à six jeunes illustrateurs, pour six chansons : la Zizanie, Rodéo, Rue de la Paix, Adam et Yves, le formidable Excuse-moi par Marie Decavel et Je suis un homme. Alors, chacun a mis sa touche personnelle aux textes que Zazie compose elle-même. Les scénarii ont également été laissés à l’appréciation des artistes. Comme quoi une chanson (art mineur comme le disait l’ami Gainsbarre) peut se voir comme une œuvre d’art car on y trouve ce que l’on ressent personnellement. C’est très beau, très gai et fortement diversifié tant les styles de graphismes et de dessins sont éclectiques. Une idée originale ; un très bel hommage à l’une des artistes les plus talentueuses de sa génération ; une petite bulle d’oxygène dans la vie quotidienne ; bref du pur bonheur !

    http://www.petitapetit.fr

  • Du blues aux bleus à l’âme

    ecchy3.jpgEcchymoses
    Audrey Dupont

    Editions Jean-Pierre Huguet, Coll. Les Sœurs Océanes, 2007

     (par Apoline Saybec)

    Ecchymoses, Audrey Dupont, Editions Jean-Pierre Huguet… Des mots, des noms qui ne vous parlent pas ? Pas encore en touts cas.
    Car nul doute qu’avec Audrey Dupont et son livre Ecchymoses, cette petite maison va gagner ses lettres de noblesse par les choix – et celui-ci en particulier – qu’elle fait ; nul doute qu’avec les Editions Jean-Pierre Huguet, Audrey Dupont va gagner en notoriété… gageons qu’elle deviendra une grande de la littérature française.
    140 pages, quatre portraits de femmes, c’est violent, éblouissant, passionnant… magnifique tout simplement. S’il fallait mettre Ecchymoses dans un genre littéraire, une catégorie, nous pourrions éventuellement (parce que c’est difficilement classable) le hisser au rang de nouvelles poétiques en prose. Et pour celles et ceux que le mot poésie effraie, ce livre vous réconciliera avec elle. En effet, Audrey Dupont, jeune journaliste et écrivain de 28 ans, a ce don particulier de trouver le bon mot, le mot juste, la finesse, même dans les situations les plus terrifiantes, sans jamais tomber dans la mièvrerie. Quatre femmes, quatre portraits, un fil conducteur : la souffrance. Du blues aux bleus à l’âme et au corps.

    Lire la suite