Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

andré versaille

  • Eclairages sur l’esclavage

    lumieres.jpgEsclavage et Lumières
    Jean Ehrard
    André Versaille, 2008

    (par Anne-Marie Mercier)

    Le livre de Jean Ehrard, dix-huitièmiste de renom, sur la question de « l’esclavage colonial et l’opinion publique en France au 18e siècle » (c’est le sous-titre du livre) est passionnant à de nombreux égards. L’histoire de l’évolution de la pensée du temps sur la question est longue et complexe (Les détours de l’Encyclopédie forment un chapitre entier, avec un tableau fort utile) l’auteur la conduit jusqu’aux années qui précèdent la révolution de 1789 et s’arrête aux projets des réformateurs issus de la société des Amis des Noirs fondée à Paris en 1788. Il intervient dans des débats récents et prend une position claire, celle de l’historien des idées qui demande de revenir aux originaux et de remettre les faits en contexte. Certains propos choqueront sans doute ceux qui attendent une répétition des condamnations portées contre le dix-huitième siècle, ou à l'inverse d'autres qui imaginaient que les Philosophes avaient amené l'abolition. Le propos n’est pas ici pour l’auteur de dénoncer encore une fois (sa position est claire sur l’horreur de l’esclavage), ni d’analyser tous ses aspects, mais de tenter de comprendre comment cela a pu exister dans une époque qui se disait civilisée et comment les esprits ont commencé à s’ouvrir sur ce problème. Son point de vue est donc orienté vers les occidentaux, vers la France.

    Lire la suite

  • Hasard de l’histoire ou transition radicale ?

    kaspi3.jpgÉtats-Unis 1968. L’année des contestations
    André Kaspi
    André Versaille éditeur, 2008
    (par Christophe Rubin)
    Spécialiste de l’histoire nord-américaine, André Kaspi a contribué cette année au grand nombre de parutions concernant 1968. Cet ouvrage raconte cette année particulière en quelques chapitres focalisés sur de grandes évolutions sociales et quelques grands événements, révélant une incroyable densité historique : hasards de l’histoire ou transition radicale correspondant à une logique globale ?
    Kaspi commence par la guerre du Viêt Nam, arrière-plan déterminant de l’élection présidentielle qui se prépare. Tout semble s’être mis en place en 1964, quand deux navires américains avaient subi les attaques de torpilleurs nord-vietnamiens, permettant au président Johnson de demander au Congrès les pleins pouvoirs – en quelque sorte –, obtenus presque à l’unanimité. « L’ennui c’est que les incidents n’ont pas eu lieu », comme le révèleront les archives secrètes quelques années plus tard…

    Lire la suite