Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Humour

  • Livres de pouces

    bigoudi.jpgClic ! et Bigoudis
    Santiago Malazzini
    Thierry Magnier, 2008

    (par Anne-Marie Mercier)

    Deux « livres de pouce », c’est-à-dire des tout petits cahiers souples faits d’images séquentielles rapprochées (ici des photos en noir et blanc) que l’on fait défiler rapidement pour donner une impression de mouvement. Le premier, Clic !, nous montre un photographe, le photographe peut-être, coiffé d’un bob et vêtu d’une chemise à carreaux, brandissant devant nous un énorme polaroïd démodé : tout y est du geste invitant à la pose, du flash éblouissant et au développement de notre image, que l’on nous montre d’un air triomphant et dans laquelle chacun se reconnaîtra : celle d’un chimpanzé.

    Lire la suite

  • Laissez-les lire

    lire.jpgComment apprendre à ses parents à aimer les livres pour enfants
    Alain Serres, illustrations de Bruno Heitz
    Rue du monde, 2008

    (par Anne-Marie Mercier)

    Propos paradoxal, puisque ce sont les parents qui achètent les livres pour enfants et qui insistent pour que leurs enfants aiment lire, mais on ne sait jamais ! Il demeure que la liste des raisons de ne pas aimer ces livres est réjouissante et peut s’adresser aussi aux enfants pour leur donner envie de lire ; il faut fuir les livres pour enfants: on y trouve des loups, ça parle de choses qui n’existent pas, ou de la mort, ou de crottes, ou pire, c’est pas utile pour l’école, et puis ça oblige les parents à les lire soir et matin à leurs enfants, horreur.

    Lire la suite

  • Mini fulgurances littéraires

    hoax.jpgHoax
    Collectif (Eric Arlix et Jean de la Roche)
    Ere, 2008

    (par Anne-Marie Mercier)

    Le mot « hoax », ou canular informatique transmis le plus souvent par messagerie électronique, est connu en France grâce au site hoaxbuster qui montre comment naissent les rumeurs d’aujourd’hui et comment sont recyclées les vieilles légendes urbaines.
    Les auteurs proposent dans une première partie de vrais messages, ceux que nous recevons tous, de veuve de dictateurs ou d’hommes d’affaires prêts à nous faire profiter de leur fortune, ou d’annonce de gains mirobolants à une loterie. Chacun est semé de perles orthographiques, syntaxiques, stylistiques et conceptuelles hilarantes, dignes de figurer dans cette anthologie d’un nouveau langage, le français du net, issu d’un mélange de traductions automatiques et de délires de rédacteurs maladroits.

    Lire la suite

  • Chroniques d’une vieille taupe - 4e épisode.

    tigrr.jpgMonique la taupe vous invite à découvrir quelques albums...

     

    (par Monique)

     

     

    Me revoilà !

     

    En pleine forme.

    J’vous avais prévenus que je reviendrais vous embêter après les vacances. Et me revoili me revoilou. Ça sent encore les vacances dans la maison des livres. Une petite odeur de vert. Sens un coup, vas-y donc de la reniflette, pour une fois qu’on t’autorise, et « on » c’est pas n’importe qui, c’est Monique. Alors, tu sens ?

    Tu dis ? Un parfum délicat de… bouse ? Tu… tu crois ? J’aurais enfin trouvé ?

    Raté. Encore raté ! C’est l’Arlésienne, ma taupe à la tête crottée. Voilà ce que c’était :

    Une vache dans ma chambre. Meuh non ! moi c’est une taupe, que j’ai dans ma chambre, Bernard de mon cœur. Mais tout de même, par curiosité, j’ai ouvert le livre avec sa vache de couverture à l’envers, dans l’eau, comme en apesanteur et là, c’est ma tête qui s’est mise à tourner, avec les mots, avec les vers libres, ah ! la poésie, ça nous rend la vie plus douce, tout de même. « J’aimerais être un ruminant pour manger l’herbe de ma chambre et digérer le silence de la nuit .» Et moi, Monique, qu’est-ce que j’aimerais être ? J’aimerais être… Si t’as une idée, aide-moi. Tu peux. J’aimerais être… Bidiou ! Je peux avoir un joker, appeler Bernard ? Pas tout de suite ? Je dois réfléchir un peu, avant ? J’aimerais être…

    Lire la suite

  • Chroniques d’une Vieille Taupe - 3e épisode

    tetu.jpgMonique la taupe vous invite à découvrir quelques albums...

     

    (par Monique)

     

    J’suis là, youhou !
    Bon.
    Mais quand même.

    J’ai eu un moment d’absence, je sais. De désespoir. D’abandon aussi. Des trucs de vieille taupe. Je me posais des tas de questions, sur les bêtes, la vie sous Terre et l’aveuglement. Ben oui, je broyais du noir. Et quand je vois noir, c’est noir. La guerre, la mort de grand-papounet, la séparation, la peur au ventre lors de l’invasion des topinambours, tout ça a refait surface là-dessous, si je puis m’exprimer ainsi, et d’un coup.

    Et puis hier, Bernard a dit le truc qu’il fallait pour que je remue :
    - Monique, arrête de tirer une tête de cinq kilomètres, ou va t’enterrer ailleurs où j’y suis pas.

    Bref. Il était temps de réagir. Je lui ai fichu un bon coup de patte dans le museau, et je suis montée. Tu devineras jamais sur quel livre je suis tombée, direct ! La cave aux oiseaux. Une histoire où justement, de sales bombes obligent les p’tits piou-piou à se terrer dans le noir en attendant que ça passe. J’ai eu la glotte qu’a joué des castagnotte-gnettes et les quenottes qu’ont eu la tremblette-blotte. C’était tout comme moi, ça, vindiou ! Heureusement, à la fin, dans cette histoire pas rigolote, il est question de liberté. Ouf ! Sauvée, Monique.

    Lire la suite

  • A la grecque

    grecs.jpgVa te marrer chez les Grecs

    Recueil de blagues grecques anciennes

    Mille et une Nuits, 2008

     

    (par Jean-Pierre Longre)

     

    Les potaches qui planchent sur les textes antiques ne se doutent pas forcément que les auteurs qu’ils traduisent parfois en rechignant pouvaient être de joyeux drilles, et que ce n’est pas d’aujourd’hui que le rire est le propre de l’homme, quel qu’il soit.

    Lire la suite

  • Dérision

    noguez4.jpgŒufs de Pâques au poivre vert

    Dominique Noguez

    Zulma, 2008

     

    (par Jean-Pierre Longre)

     

    Dans la catégorie farces et attrapes littéraires, les Œufs de Pâques au poivre vert sont du meilleur goût, voire d’un goût de revenez-y. Non seulement on se laisse volontiers prendre aux pièges de ces textes d’une ligne ou de quelques pages, mais on y prend un plaisir toujours renouvelé. «Historiettes » fantaisistes jusqu’à l’absurde, vrais faux rêves, nouvelle astrologie, autobiographie fragmentaire et détournée, textes performatifs se résolvant dans la pratique même de la censure… L’esprit de dérision de Dominique Noguez nous sert des pages épicées, délicieuses à souhait, agrémentées d’illustrations aux légendes subtilement acidulées. De quoi passer de joyeuses Pâques, quel que soit le moment.

    http://www.zulma.fr/

     

    du même auteur : L’Embaumeur - Fayard.