Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

album jeunesse - Page 2

  • Mais qu’allons nous faire de tant de bonheur ?

    les moindres petites choses.jpg

    Les moindres petites choses
    Anne Herbauts
    Casterman, 2008

     

    (par Caroline Scandale)

     

    Les moindres petites choses, qui donnent son titre à ce bel album, composent de manière indicible et bouleversante notre existence. À travers ces sensations, Anne Herbauts explore la conscience de soi et l’impuissance humaine à formuler ses émotions face à la beauté du monde qui nous dépasse.
    Madame Avril possède une petite maison, un jardinet et un lapin. On pourrait croire ces lieux confinés et son existence étriquée mais il n’en est rien. Certains jours, quand elle réfléchit, le jardin s’agrandit… Le quotidien se déploie, sort du cadre. Et de là, nait un sentiment d’infini lui faisant penser qu’elle est bien trop minuscule pour ces moindres petites choses. Elle se laisse alors submerger par des sentiments inexprimables, indéfinissables et inattendus… Que peut-elle faire de tant de bonheur ?

    Lire la suite

  • Un Barbe bleue très noir

    barbebleue.jpgBarbe Bleue
    De Chiara Carrer

    La joie de lire, 2008

    (par Anne-Marie Mercier)

    On savait le conte de Barbe bleue inquiétant, ici il est terrifiant tant les ellipses textuelles et graphiques sont efficaces. L’histoire est rythmée par des heures, anticipant et remplaçant le fameux décompte du conte (« Anne,ma soeur Anne… ») : 8h : une femme disparaît ; 20h, un homme se met en colère… 8h, une autre femme disparaît… jusqu’à la troisième, appelée Rose, qui saura un peu mieux se défendre.
    Le texte, très bref et factuel comme un emploi du temps, occupe la page de gauche. Il laisse de nombreux éléments dans l’ombre ; sur la page de droite, les images déclinent les émotions, les instants, les fragments. Le crème et le jaune alternent avec le bleu nuit et le noir, la couleur de l’homme et de la souffrance.

  • Laissez les lire !

    9782882584656.jpgAffaires de loup
    Pascal Trimouille

    La joie de lire, 2008

    (par Anne-Marie Mercier)


    Petit album sans paroles, sans couleurs, mais pas sans relief. Les images crayonnées au fusain, très sombres, montrent un loup qui s’ennuie dans sa famille ; il entre dans une chambre d’enfant. Il en sort avec un ours et un livre. Il coule des moments heureux entre ces deux compagnons. Les autres loups, les parents et un autre louveteau, s’y attaquent pour les détruire (ou les dévorer ? image terrible). On ne vous dira pas la suite…
    Belle fable sur les plaisirs du jeu et de la lecture, sur la difficulté de certains enfants pour y accéder sans que la famille en prenne ombrage, sur la lecture d’images et la projection de fantasmes.

  • Poilant

    loup tout nu.gifUn loup tout nu

    De Thierry Robberecht, illustrations de Loufane

    Balivernes (collection Calembredaines), 2008

    A partir de 5 ans

     

    (par Myriam Gallot)

     

    L’habit fait-il le moine ? A n’en pas douter oui, puisque le loup, sitôt son pelage déchiré, se retrouve à poil et ne fait plus peur à personne. Même les moutons se moquent de lui, c’est tout dire ! Une poulette couturière accepte certes de lui confectionner un nouveau pelage, mais rien n’est gratuit, et il faudra bien que le loup accepte ses conditions.

    Edité par une jeune maison de la région lyonnaise, Un loup tout nu est un album pétillant qui rappelle l’esprit Looney tunes, par l’humour et le style des illustrations. Les formes rondes et les couleurs vives raviront les petits enfants, qui n’auront plus jamais peur du grand méchant loup.

     

    http://www.balivernes.com

  • Si le père pleure

    Marée d'amour dans la nuit.jpgMarée d’amour dans la nuit

    De Xu Dishan, illustré par Mélusine Thiry

    HongFei Cultures (collection Belle île Formosa), 2008

    Pour tous, à partir de 6 ans

     

    (par Myriam Gallot)

      

    Dans les années 20, Xu Dishan, auteur chinois de Taïwan, écrivit un recueil de quarante histoires tendres, « Pluies magiques dans la montagne légère ». Parmi elle, « Marée d’amour dans la nuit » est pour la première fois traduite en français.

    Elle met en scène un petit garçon dont le père souffre du décès de sa femme, qui a eu lieu 100 jours plus tôt. Le père renonce à accompagner son fils à la fête des lanternes, se réfugiant dans la solitude de la douleur et du deuil. Mais « si le père pleure, comment peut-on s’endormir ? » se demande le petit garçon, de retour de la fête.

    Lire la suite

  • Bestiaire

    9782020969185.jpgDes bêtes avec du sable entre les orteils
    Des bêtes qui partagent la forêt avec le loup
    Tatsu Nagata

    Seuil jeunesse, 2008

    (par Anne-Marie Mercier)

    On connaît les albums d’histoires naturelles de Tatsu Nagata. Voici une autre formule, carrée, dans laquelle plusieurs animaux se côtoient dans un même espace naturel. L’air de rien, cet espace est le véritable personnage : de nuit, de matin, de printemps ou d’hiver, de profondeur ou de surface… chaque animal permet d’en donner une image différentes. Les images sont comme toujours parfaites, mêlant différentes techniques, parfois proches de la photo retouchée, parfois gouache et toujours avec la caricature en action de l’auteur-savant en blouse blanche qui observe de monde à travers de grosse lunettes : ou comment rendre la science proche des enfants ?

  • Pour l’amour des mots

    stanislas.jpgAbécédaire illustré de Stanislas
    Stanislas Barthélémy
    Thierry Magnier, 2008

    (par Anne-Marie Mercier)

    Illustré par l’un des fondateurs de l’Association (BD indépendante), cet abécédaire est à la fois classique et original : classique par le graphisme et la mise en couleurs qui évoquent les « illustrés » des années 30, et par le dispositif : une lettre en écriture bâton, et des mots qui vont avec. Mais chaque page propose une infinité d’objets et de mots associés et c’est tout un jeu que de les mettre ensemble, de chercher les raisons pour lesquelles on a montré un coq le cœur battant devant une casserole (cocotte minute), et pourquoi l’homme en armure tient un ananas au bout de son épée.
    Quelques doubles pages rompent cette unité en proposant des thèmes (loisirs, métiers…), un planisphère sommaire, un jeu de l’oie des mots.
    C’est un album dans lequel se perdre… à condition d’avoir l’amour des mots, qu’ils soient usuels ou rares, longs ou courts et de prendre son temps.

  • Nouvelles images

    eco.jpgLes trois cosmonautes et autres contes
    Umberto Eco, illustré par Eugenio Carmi
    Grasset jeunesse, 2008

    (par Anne-Marie Mercier)

    « La bombe du général », « Les trois cosmonautes », « Les gnomes de Gnou » sont les trois contes présentés dans cet album au format original tant il est moyen. Les histoires de Eco sont parfaitement bien pensantes pour notre époque et a priori un peu plates : pacifisme, tolérance, écologie… Elles sont sans grande originalité quant aux thèmes. Mais elles présentent toutes un léger décalage qui les rend attachantes : ce sont les atomes qui décident de ne plus servir la guerre ; les cosmonautes appellent leur maman du fond de l’espace, et les gnomes de Gnou ont un bien joli nom et une belle assurance pour refuser les « bienfaits » de la civilisation terrienne.

    Lire la suite

  • On ne nait pas femme, on le devient

    emma.gif

    Emma fait de la danse
    Susie Morgenstern
    Illustré par Sévérine Cordier
    Nathan, 2008

     

    (par Caroline Scandale)

     

    La collection « Emma » propose depuis peu des albums « spécial filles » écrits par Susie Morgenstern. D’abord dubitative face à cet objet littéraire « sexué », censé renvoyer aux petites filles l’image que la société attend d’elles, j’ai été agréablement surprise par l’héroïne aux idées bien arrêtées en matière de construction des sexes. Emma, 4 ans, est vivante et dynamique. A l'image de beaucoup de parents, sa maman aimerait la voir danser comme elle aurait adoré le faire à son âge. Elle décide donc de l’inscrire aux cours et lui achète un joli tutu rose ; mais Emma est réticente. Elle lui annonce son envie de faire du parachutisme, de la plongée et surtout de la pétanque… On imagine le désappointement comique de la maman…

     

    http://www.nathan.fr

    http://susie.morgenstern.free.fr/siteweb/

  • Yes, she can

    mama miti.jpgMama Miti la mère des arbres

    De Claire A. Nivola

    Le Sorbier (collection « les ethniques »), 2008

    à partir de 7 ans

     

    (par Myriam Gallot)

      

    Au Kenya, Wangari Maathai est surnommée « Mama Miti », « la mère des arbres » en swahili. Cet album biographique traduit de l’américain retrace à l’aquarelle son parcours, jusqu’au prix nobel de la paix, qu'elle reçut en 2004.

    L’œuvre de Mama Miti ? Avoir su réagir à la déforestation massive de son pays, suite à la mise en place de monocultures en remplacement des cultures vivrières traditionnelles, et à ses dramatiques conséquences écologiques et humaines.

    Lire la suite

  • Refusez de la faire

    2soldats.jpgLes deux soldats

    Michel Piquemal, illustrations de Julien Billaudeau

    Rue du monde (collection Pas comme les autres), 2008

    A partir de 5 ans

     

    (par Myriam Gallot)

     

    Ils étaient deux « braves gars », celui de chez nous s’appelait Thomas, celui de là-bas Tibo. Tous deux goûtaient la vie, aimaient la nature et une belle jeune fille de leur pays. Tous deux moururent au front, sacrifiés par la mère patrie, absurdement opposés l’un à l’autre. Sans savoir qu’ils étaient frères. C’était il y a 90 ans. C’était la première guerre mondiale, racontée aux enfants avec des mots simples, dans cet album-miroir aux couleurs de fraternité et de poésie.
    Mais ce sont aussi toutes les guerres, dont les bénéfices reviennent aux puissants. La manipulation et la souffrance seront toujours dans les deux camps et il n’y aura jamais qu’un vainqueur : les marchands d’armes scandaleusement enrichis sur le sang des « petits gars d’ici et de là-bas ». Du moins jusqu’au jour où les « petits gars » refuseront d’y aller et préfèreront « compter les étoiles réunies, celles de là-bas et celles d’ici, dans le grand mystère de la nuit ». Un message de paix universel porté par les illustrations-collages vibrantes, au style très personnel d’un tout jeune artiste-dessinateur, Julien Billaudeau, et les rimes de Michel Piquemal.

     

    Présentation de la maison d'édition Rue du monde

  • J'ai le coeur en hiver quand tu es loin de moi

    atout coeur.jpgAtout cœur

    Nathalie Collon et Maria J. Mola

    Editions Anna Chanel, 2008

     

    (Par Caroline Scandale)

     

    A travers seize petits textes poétiques, empreints de sagesse et de tolérance, cet album égrène les émotions nées de situations joyeuses ou plus tristes. Il invite le jeune lecteur à découvrir l'intelligence du cœur. D’un esthétisme enthousiasmant, il offre une jolie leçon de vie philosophique.

    Lire la suite

  • Hair

    hair.jpgLes cheveux de Léontine

    Rémi Courgeon

    Album Nathan, 2008

     

    (Par Caroline Scandale)

     

    Léontine, introvertie, se cache derrière de très longs cheveux, identiques à ceux de son père décédé. Elle ne veut pas les couper car ils sont une part de lui en elle. Ils la protègent mais l’isolent aussi des autres. A l’école, ses camarades se moquent de cette étrange petite fille retranchée derrière ce rideau couleur geai.

    Lire la suite

  • Les forêts dans les livres

    omega.jpgOméga et l’ourse
    Guillaume Guéraud, Beatrice Alemagna, Editions Panama, 2008

    (par Madeline Roth)

    Il y a quelque part dans les livres des forêts immenses à parcourir. Il faut parfois fermer les yeux, et mettre son pas dans les pas d’un autre : ici c’est Oméga qui emmène. Le jour, Oméga rêve à l’ourse, à sa fourrure brune et à ses yeux sombres. Le soir, elle l’observe sans bouger, le front collé à la vitre. Mais lorsque le froid arrive et que les bergers rentrent les moutons, l’ourse s’approche du village le ventre vide. Elle s’approche « si près que, dans ses yeux, flottait la nuit tout entière ». Alors, « simplement », Oméga saute dans les bras de l’ourse. Leur course à travers la forêt durera des secondes, ou des semaines, jusqu’à ce que...

    Lire la suite

  • Pour cœur brisé rien d’impossible

    choses cassées d'octavio.jpgLes choses cassées d’Octavio

    Texte d’Agnès de Lestrade

    Illustrations de Pascaline Mitaranga

    Gautier-Languereau, 2008

    à partir de 3 ans

     

    (par Myriam Gallot) 

     

    Octavio et sa fidèle assistante, une poulette bricoleuse, réparent tout : les mers démontées, les trous de mémoire, « les tuiles, les bosses et les coups du sort. » Mais comment réparer le cœur de Madeline, la jolie voisine ? Une fable imaginative, à l'écriture soignée, et servie par des illustrations colorées, douillettes et drôles, qui en font un petit bijou de malice et de tendresse. Encore une très belle réalisation des éditions Gautier-Languereau.

     

    http://www.gautier-languereau.fr

  • Deux contes minuscules chinois

    pince coeur.gif

    Pince-cœur
    d’après Guo Ju-Jing, illustrations de Selma Mandine
    Mûres mûres

    d’après Guo Ju-Jing, illustrations de Gaëlle Duhazé
    HongFei Cultures (collection Cœur vaillant), 2008
    A partir de 3 ans

     

     (par Myriam Gallot)

      

    Hong Fei, « grand oiseau en vol », en chinois, est une toute jeune maison d’édition interculturelle qui cherche à « favoriser la rencontre des cultures européennes et extrême-orientales ». Parmi ses premières publications figurent deux « contes minuscules » à destination des tout-petits, adaptés de classiques chinois du XIIIème siècle.

    Lire la suite

  • Chroniques d’une vieille taupe - 4e épisode.

    tigrr.jpgMonique la taupe vous invite à découvrir quelques albums...

     

    (par Monique)

     

     

    Me revoilà !

     

    En pleine forme.

    J’vous avais prévenus que je reviendrais vous embêter après les vacances. Et me revoili me revoilou. Ça sent encore les vacances dans la maison des livres. Une petite odeur de vert. Sens un coup, vas-y donc de la reniflette, pour une fois qu’on t’autorise, et « on » c’est pas n’importe qui, c’est Monique. Alors, tu sens ?

    Tu dis ? Un parfum délicat de… bouse ? Tu… tu crois ? J’aurais enfin trouvé ?

    Raté. Encore raté ! C’est l’Arlésienne, ma taupe à la tête crottée. Voilà ce que c’était :

    Une vache dans ma chambre. Meuh non ! moi c’est une taupe, que j’ai dans ma chambre, Bernard de mon cœur. Mais tout de même, par curiosité, j’ai ouvert le livre avec sa vache de couverture à l’envers, dans l’eau, comme en apesanteur et là, c’est ma tête qui s’est mise à tourner, avec les mots, avec les vers libres, ah ! la poésie, ça nous rend la vie plus douce, tout de même. « J’aimerais être un ruminant pour manger l’herbe de ma chambre et digérer le silence de la nuit .» Et moi, Monique, qu’est-ce que j’aimerais être ? J’aimerais être… Si t’as une idée, aide-moi. Tu peux. J’aimerais être… Bidiou ! Je peux avoir un joker, appeler Bernard ? Pas tout de suite ? Je dois réfléchir un peu, avant ? J’aimerais être…

    Lire la suite

  • Enfance chinoise, entre gris et rouge.

    maoetmoi.jpgMao et moi
    Chen Jiang Hong
    L’Ecole des loisirs, 2008 

    (par B. Longre)

     

    Chen Jiang Hong, peintre et illustrateur vivant en France depuis une vingtaine d’années, est né dans une grande ville du nord de la Chine, là où commence son récit autobiographique : une suite d’anecdotes et de souvenirs qui défilent dans l'ordre chronologique et laissent apparaitre, en filigrane, la douceur de la vie quotidienne, auprès de parents et de grands-parents aimants, et sa dureté. En 1966, il a trois ans, quand débute la révolution culturelle dont on connaît les conséquences désastreuses qu’elle a pu avoir sur le pays et les individus.

    Lire la suite

  • c’était les années 70...

    1993115357.jpgMes années 70
    Claudine Desmarteau
    Panama, 2008

     

    (par B. Longre)

     

    Un album grand format que je recommande tout particulièrement : le dernier-né de Claudine Desmarteau, qui donne sacrément envie de (re)descendre dans la rue, de clamer « peace and love » ou d’écouter du Janis Joplin… L’impertinence salutaire et l’humour vivifiant de ce revival se goûtent sans modération et l’auteure, qui parle d’expérience, a l’habileté de mêler souvenirs personnels (sa garde-robe, ses lectures, ses goûts et ses activités, etc.) et thèmes plus vastes (libération de la femme, interdits et progrès sociaux, mode et musique, politique, etc.).

    Lire la suite

  • Dans un livre, tout est permis

    mammouth.jpgLes mammouths, les ogres, les extraterrestres et ma petite sœur
    Alex Cousseau, illustrations Nathalie Choux
    , Sarbacane, 2008

    (par B. Longre)

    Cet album en apparence inoffensif (si l’on se contente de se fier à la mine sympathique des personnages et au rose bonbon de la couverture) dissimule en réalité des questions retorses (mais essentielles) qui permettent à la fois de découvrir, à travers quelques décors fantaisistes, le parcours d’un jeune narrateur fort curieux et de s’interroger sur le livre en tant que création (et collaboration) : une mise en abîme que l’on trouve rarement dans cette catégorie littéraire.

    Lire la suite