Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/10/2008

Enfance chinoise, entre gris et rouge.

maoetmoi.jpgMao et moi
Chen Jiang Hong
L’Ecole des loisirs, 2008 

(par B. Longre)

 

Chen Jiang Hong, peintre et illustrateur vivant en France depuis une vingtaine d’années, est né dans une grande ville du nord de la Chine, là où commence son récit autobiographique : une suite d’anecdotes et de souvenirs qui défilent dans l'ordre chronologique et laissent apparaitre, en filigrane, la douceur de la vie quotidienne, auprès de parents et de grands-parents aimants, et sa dureté. En 1966, il a trois ans, quand débute la révolution culturelle dont on connaît les conséquences désastreuses qu’elle a pu avoir sur le pays et les individus.

Lire la suite

18/10/2008

En écho

88715971.jpg289687767.jpgRendez-vous sur le lac
Cathy Ytak
La cabane sur le chien, mars 2008

Rien que ta peau

Cathy Ytak

D’une seule voix, Actes Sud Junior, octobre 2008

 

(par Madeline Roth)

 

Mises côte à côte, les deux couvertures ont presque le même vert, et puis les mains qui se touchent… Les deux derniers romans de Cathy Ytak se ressemblent étrangement, et même si le premier est une réédition d’un roman paru en 2003 chez J’ai lu, ces deux textes semblent se suivre, étrangement, et se répondre même, parfois.

 

En simplifiant, les deux récits racontent une histoire d’amour au bord d’un lac de montagne. Ensuite, tout est évidemment plus compliqué que cela. Dans Rendez-vous sur le lac, Marion a quinze ans. Elle vit dans une ferme isolée, attendant de quitter le lycée le week-end pour se réfugier en forêt. Elle se moque pas mal d’être cette fille franche et taiseuse qui ne se reconnait pas dans les caprices de son amie Aurélie. Et quand Clément arrive dans sa vie, elle découvre qu’elle peut partager avec lui sa passion pour la nature, le nom des fleurs et des oiseaux que lui apprend encore sa grand-mère.

Lire la suite

14/10/2008

c’était les années 70...

1993115357.jpgMes années 70
Claudine Desmarteau
Panama, 2008

 

(par B. Longre)

 

Un album grand format que je recommande tout particulièrement : le dernier-né de Claudine Desmarteau, qui donne sacrément envie de (re)descendre dans la rue, de clamer « peace and love » ou d’écouter du Janis Joplin… L’impertinence salutaire et l’humour vivifiant de ce revival se goûtent sans modération et l’auteure, qui parle d’expérience, a l’habileté de mêler souvenirs personnels (sa garde-robe, ses lectures, ses goûts et ses activités, etc.) et thèmes plus vastes (libération de la femme, interdits et progrès sociaux, mode et musique, politique, etc.).

Lire la suite

13/10/2008

Gus, un enfant d'aujourd'hui

gus.jpgLe petit Gus
Claudine Desmarteau
Panama, 2008

A partir de 9 ans

 

(Par Catherine Gentile)

 

Le 29 mars 1959, la première histoire du Petit Nicolas paraît dans Sud-Ouest dimanche et conquiert rapidement les faveurs du public. Aujourd’hui ce personnage et ses copains font toujours rire les enfants et les grands, malgré leur ancrage dans les années soixante, il y a donc bien longtemps …

Le 28 août 2008, Le petit Gus (dédié à René Goscinny et à Jean-Jacques Sempé) paraît au Panama, imaginé, écrit et dessiné par Claudine Desmarteau qui fait preuve d’une belle énergie et d’une langue drôle et inventive. Espérons qu’il aura une aussi belle longévité !

 

Gus, notre narrateur, c’est donc Gustave, « tout ça parce que les vieux prénoms moches étaient à la mode le jour où je suis né. » Il a dix ans, un père qui perd ses cheveux, une mère petite et brune, qui fait un régime, une grande sœur de 14 ans, Delphine, qui écoute Nirvana en boucle sur son i-Pod, un plus grand frère, Romain, 17 ans, qui porte des pantalons trop horribles complètement collés aux mollets, mais qui sont « style » d’après lui (prononcer « style » comme dans « ail »), trois grands-parents (parce que l’une de ses grands-mères est « dessoudée » !), et une chatte, Monica, (à cause de Monica Belluchi) qui attend des chatons. Gus va à l’école, il est en CM2 avec Arthur, Victor, Aboubakar, Romane, Sofiane, Ahmed, Rachid, Guondo, Alice, Jamila et Ryan. Pas en avance, le Ryan : 13 ans, 80 kg, qui « traverse toujours la cour de l’école comme un taureau sans regarder en dessous de lui si un humain croise sa route ».

Lire la suite

12/10/2008

Dans un livre, tout est permis

mammouth.jpgLes mammouths, les ogres, les extraterrestres et ma petite sœur
Alex Cousseau, illustrations Nathalie Choux
, Sarbacane, 2008

(par B. Longre)

Cet album en apparence inoffensif (si l’on se contente de se fier à la mine sympathique des personnages et au rose bonbon de la couverture) dissimule en réalité des questions retorses (mais essentielles) qui permettent à la fois de découvrir, à travers quelques décors fantaisistes, le parcours d’un jeune narrateur fort curieux et de s’interroger sur le livre en tant que création (et collaboration) : une mise en abîme que l’on trouve rarement dans cette catégorie littéraire.

Lire la suite

11/10/2008

Vous dansez Mademoiselle ?

avantl.jpgDis, c’était comment avant ?
Sandrine Couprie-Verspieren
Illustrations de Delphine Mach et Emmanuel Polanco
De la Matinière jeunesse, 2008

(Par Caroline Scandale)

Dans cet album aux textes étoffés, Alice et Vladimir, 12 ans, viennent de recevoir leur premier téléphone portable. Un jour, agacée par l’omniprésence de ce gadget, la maman leur lance : « Moi, quand j’avais votre âge, on n’avait pas de portable, et on s’en passait très bien ! » Les enfants, interloqués, la prennent quelque peu de haut et la renvoient à l’ère préhistorique où l’on allumait des bougies pour s’éclairer et où l’on écrivait sur du papyrus… C’est de là qu’est née l’idée de ce livre Dis, comment c’était avant ? Pour raconter aux enfants d’aujourd’hui le quotidien de leurs parents et de leurs grands parents.

Lire la suite

10/10/2008

Les débuts sont des moments délicats

tgornet3.jpgJe n’ai plus dix ans
Thomas Gornet
Neuf, L’école des Loisirs, 2008

(par Madeline Roth)

« Il y a un film de science-fiction qui commence dans les étoiles. On les voit s’allumer une par une. Et ensuite une tête de femme apparaît, comme si elle flottait dedans. Et elle dit : « Les débuts sont des moments délicats ».

Je n’ai plus dix ans est le deuxième livre de Thomas Gornet, après Qui suis-je ?, publié dans la collection Medium de L’Ecole des Loisirs, en 2006. Ce premier livre avait déjà ce goût de terre, de cour d’école, de bleus au genou. Il y a des auteurs qui parlent de l’enfance comme s’ils n’en étaient jamais tout à fait partis. Pas quelque chose posé à côté, dissonant. Et puis il faut voir Thomas Gornet sur scène aussi, pour se remplir d’images.

Lire la suite

Diabou Ndao

 ndiabou.jpg

Diabou Ndao
de Mamadou Diallo
illustré par Vanessa Hié
Syros, 2008, dès 3 ans.

(par Caroline Scandale)

Diabou Ndao est une petite fille gourmande au courage bluffant. Sorte de Fifi Brindacier africaine, elle n’a peur de rien et surtout pas d’un lion mangeur de gnioules... D’ailleurs, elle le traite de « petit chat malade » et « ne le craint absolument pas ! » Comme elle raffole aussi de ces petites noix de palmier que l’on casse pour croquer l’amande qui se trouve dedans, elle reste seule la nuit dans la cour du village pour en briser inlassablement.

Une nuit qu’elle est seule à se régaler devant sa maison, on entend le félin rugir au loin. « Ce n’est pas un lion qui fera courir Diabou Ndao » assure la fillette. Mais la bête ne tarde pas à se rapprocher et ses rugissements terrifient les villageois qui se barricadent. Il est là, face à elle. Elle s’approche de lui, tente de l’assommer avec une petite pierre ; il en profite pour l’avaler. Mais Diabou Ndao sort par les fesses du lion et l’avale à son tour… « L’histoire de cette petite fille avaleuse de lion est de celles qui ont bercé l’enfance de Mamadou Diallo […] Comme de nombreux contes africains, Diabou Ndao puise dans le foisonnement universel, tel celui de la dévoration souvent associée à la copulation, dont il joue à loisir. »

08/10/2008

D'arbre en arbre

arno.jpgJe te protégerai, d’Arno - Sarbacane, 2008

 

Le rêve de l’arbre, de Christophe Gallaz, Jean-Claude Götting - Gallimard jeunesse, 2008

 

(par Madeline Roth)

 

 

Alors depuis le mois de mai le livre d’Arno est posé quelque part en attente de quelques mots. Je l’ai relu dix fois, vingt, attentive aux détails, le chat, l’oiseau. Mais il a suffit d’une seule lecture – « c’est la mort, c’est ça ? » - pour tout remettre en cause.

Lire la suite

06/10/2008

Editions bouts de papier - derniers titres

ptitpapcouv.jpgLes p’tis papiers sur une chanson de Serge Gainsbourg et illustré par Claire Garralon, Bouts de papier, 2008, pour les enfants et les adultes

(par Caroline Scandale)

En 1965 Serge Gainsbourg écrit pour Régine « Les p’tis papiers », chanson qui obtiendra le prix de l’académie Charles Cros. Ce texte recèle tout l’art de jouer des mots de Serge Gainsbourg. Véritable petit bijou poétique, ce texte est intemporel.

Lire la suite

29/09/2008

J'ai un truc

truc.jpgMoi, mon truc

M. Lisa et D. Perret
L’Atelier du poisson soluble / musée du Louvre, 2008

 

(par B. Longre)

 

Un titre du Poisson soluble à classer, une fois encore, parmi les inclassables et autres curiosités… D’abord, la couverture astucieuse de ce petit ouvrage souple offre la possibilité de l’envoyer tel quel par la poste ; mais on insistera davantage sur ce qu’il contient : une énumération de situations où l’on se sent en position d’infériorité, par la faute de petits détails en réalité bien anodins ; des situations qui sentent assurément le vécu et qui partent d’un postulat commun à nombre d’entre nous (« Quand je ne peux plus me voir en peinture… », d’où l’une des raisons du partenariat éditorial avec le Louvres). Les auteures nous offre une petite solution simple mais efficace pour s’accepter tel que l’on est – encore fallait-il y penser.


http://www.poissonsoluble.com/main.html

28/09/2008

Miraculeux ? Assurément.

edouard.jpgLe miraculeux voyage d’Édouard Tulane
Kate DiCamillo

illustrations de Bagram Ibatoulline, traduit par Sidonie Van Den Dries, Tourbillon, 2007

 

(par B. Longre)

Ce roman illustré, aux allures de beau-livre, réserve d’insoupçonnables ravissements au lecteur. Littérature « jeunesse » ? Pas vraiment. Éminemment picaresque, et pourtant bâtie comme un conte qui s’inspirerait de nombreux autres tout en demeurant unique, l’histoire d’Édouard, lapin de porcelaine narcissique et superficiel, recèle tant de niveaux de lecture que chacun est susceptible d’y trouver son compte. Malmené par de multiples événements, balloté par les éléments ou les humains qui croisent sa route, Édouard est un héros au prime abord peu sympathique, qui évolue bien malgré lui, de la déchéance à la rédemption : il s’humanise peu à peu, se métamorphosant au fil des ans, tandis qu'il se découvre un cœur et des sentiments. Le raffinement des illustrations à l’ancienne rappelle par instants la précision d’un Norman Rockwell et ajoute à l’ensemble un charme désuet qui s’accorde à la perfection à ce roman sans âge, qui a déjà tout d’un classique.

20/09/2008

Révolution française de l'intérieur

jay3.jpgL’Inconnu de la Bastille
Annie Jay et Micheline Jeanjean

Livre de poche jeunesse, 2008

 

(par Jean-Pierre Tusseau)

 

Certains romans peuvent parfois nous permettre, mieux que les livres d’histoire, de saisir l’ambiance d’une époque. C’est le cas de L’Inconnu de la Bastille, écrit à quatre mains par Annie Jay et Micheline Jeanjean qui nous fait vivre de l’intérieur la Révolution française en suivant les aventures parisiennes de la jeune Flore de Dalzin.

 

Arrivant à Paris en plein 14 juillet 1789, après la mort de sa mère, cousine de M. de Launay, gouverneur de la Bastille, celle-ci apprend qu’on ne garde plus, dans cette forteresse, que sept prisonniers « deux fous, quatre faussaires et un condamné pour mauvaises mœurs » et que la garnison se limite à « quatre-vingts invalides, des vétérans et des infirmes ».

Lire la suite

18/09/2008

SF écolo

soon.jpgApocalypse Maya

Frédérique Lorient

 Syros, collection Soon, 2008

 

(par B. Longre)

 

Une nouvelle collection a vu le jour aux éditions Syros : dirigé par Denis Guiot, Soon entend proposer des romans de SF intelligents, ouverts sur l’ailleurs – une façon comme une autre d’inciter à réfléchir à l’ici et au maintenant, mais aussi de divertir le lecteur. Des caractéristiques habilement conjuguées dans Apocalypse Maya, qui peut se lire de diverses manières – comme un roman d’apprentissage relatant l’éveil d’une conscience sociale et environnementale ; comme une fable qui rappellerait que l’Histoire est composée de situations cycliques et d’atrocités (il est ici question de deux génocides, à des décennies de distance) vouées à se répéter à moins d’agir pour en atténuer l’ampleur ; comme une illustration de ce qui ne manque pas d’arriver si on laisse la rentabilité l’emporter sur l’humain, sur l’éthique et sur l’équilibre naturel (le fameux « science sans conscience »…) ; ou encore comme une aventure plutôt bien menée et écrite, qui réserve nombre de rebondissements. Certaines « leçons » écologiques ou historiques sont parfois amenées de manière très explicite (trop, peut-être), mais on lit d’une traite l’histoire du jeune Jové, du vieil Indien qui le convertit à ses valeurs et de l’étonnant peuple des Suris (leur langage, en particulier, fascine, tout comme leur propension artistique), confrontés à l’organisation toute-puissante qui a colonisé la planète Maya.

http://www.syros.fr/nouveautes.asp

14/09/2008

Grand et petit

hmeunier2.jpgGrand et petit
Henri Meunier et Joanna Concejo

L’atelier du poisson soluble, 2008

 

(par M. Gallot)

« Grand et petit », c’est l’histoire d’une amitié inattendue entre un petit garçon et son alter ego géant, né le même jour que lui, et dont la taille va diminuer jusqu’à disparition, à mesure que le petit garçon deviendra grand à son tour. Le récit, dont on peut faire bien des lectures symbolistes, est empreint de merveilleux et de grâce poétique, de beauté et de silences. Les dessins crayonnés sur du papier jauni, à la manière d’un vieux carnet au charme sépia, ajoutent encore en émotion et délicatesse à la mystérieuse amitié de grand et petit. Cet album, particulièrement soigné, sait convoquer d’une manière originale l’imagination et la sensibilité du jeune lecteur.

09/09/2008

Roman d'été

mazard2.jpgUn cow-boy dans les étoiles
Claire Mazard
Seuil jeunesse, collection chapitre, 2008

 

(par B. Longre) 

Une fillette passe des vacances estivales à la Fariguette, où elle a retrouvé ses grands cousins, Louis et Tristan, qu’elle admire ; en leur compagnie, Anne se fait aventurière, partage leurs rêves et découvre un trésor (un vrai, qui sera en quelque sorte l’un des fils conducteurs du récit) et grandit un peu. Ces instants presque idylliques sont pourtant anéantis, peu de temps après, par un coup du sort sur lequel aucun des personnages n’aura de prise. Des années plus tard, Anne se souvient, revenant sur cette période figée dans un passé à jamais révolu, mais pourtant inoubliable, toujours vivante en elle. Une évocation nostalgique de l’insouciance bouleversée, un récit entre enfance et adolescence qui se goûte avec un plaisir rare.

08/09/2008

Tour du monde

tamtam1.jpgLa bagarre des deux petits frères loups
Conte de Mongolie, d'Albéna Ivanovitch-Lair et Annie Caldirac, Antoine Guilloppé

Le jour de la fin du monde
Conte d’Indonésie, d'Albéna Ivanovitch-Lair et Annie Caldirac, Joëlle Jolivet

Tam-tam du monde, Tourbillon, 2008

(par Madeline Roth)

 

En juin 2007 les éditions Tourbillon lançaient la collection Tam-Tam du monde, une petite collection de contes du monde entier, « malicieux et philosophiques, merveilleux et magiques ». La collection compte aujourd’hui une dizaine de titres, reliés, au prix très bas de 3,95 euros, ce qui est rarement un argument, mais quand même.
Parmi les dix titres on trouve des contes classiques tels que Boucle d’Or ou Les trois petits cochons, mais aussi et surtout des contes d’ailleurs, Afghanistan, Maroc, Indonésie, Mongolie.

Lire la suite

06/09/2008

La fin est trop belle ?

jpnoziere10.jpgTu peux pas rester là de Jean-Paul Nozière - Thierry Magnier, 2008
 
(par Madeline Roth)

Jean-Paul Nozière découpe parfois des faits divers dans les journaux. Il fait aussi des livres sur le terreau le plus friable qui soit, la somme des lâchetés et des silences. A Sponge, la ville qu’il a imaginée, on croise au fil de ses textes des enfants, des adolescents qui n’aspirent qu’à comprendre le monde dans lequel ils vivent. Leur combat, c’est peut-être avant tout celui-là. Comprendre, creuser dans les silences des adultes ou du monde autour, avant même de se battre ou d’abdiquer.

Lire la suite

05/09/2008

La sorcière dans le congélateur

sorciere.jpgLa sorcière dans le congélateur

Dorothée Piatek et Mary-Loup

Petit à petit, 2008

 

(par C. Scandale)

 

La sorcière dans le congélateur écrit par Dorothée Piatek est illustré par Mary-Loup, jeune artiste peintre au talent délirant. "Hantée par des influences baroques et surréalistes et habitée par des visions enfantines", l'illustratrice colore ce conte loufoque et glacial d'un camaïeu de rouges brûlants. On y croise de jeunes sorcières aux yeux de billes et à l'air candide. Les demoiselles s'indignent de voir arriver dans leur classe une nouvelle élève détestable de supériorité et givrante à souhait, Violette Dumalasourire. Au fil du temps elle se métamorphose et finit par ressembler à ce qu'elle est au fond, un véritable glaçon. Mais que cache cette froideur maladive et cette assurance trop flagrante ? Que dissimule la petite fille derrière son armure de glace ? Un cœur bat-il sous cet iceberg? A travers ce texte drôle et métaphorique, l'auteur montre bien les difficultés à s'intégrer dans un groupe quand on se sent inférieur...

 

http://www.petitapetit.fr

03/09/2008

À l’abordage !

voltz9.jpgLe livre le plus génial que j’ai jamais lu…

Christian Voltz

L’École des Loisirs, Collection Off-Pastel, 2008

 

(par Samia Hammami)

 

 Voici un ouvrage qui tient les promesses de son titre car, oui, Le livre le plus génial que j’ai jamais lu… est tout bonnement génial ! Une jeune fille pirate combattant au pistolet laser et se délectant de saucissons à la queue de chat est incapable de s’endormir sans son nounours et cherche gaîment son Prince Charmant. Le trouvera-t-elle ? Et quel est ce bonhomme grognon qui, muni d’une langue bien pendue, se permet d’interférer entre chaque double page, voire carrément de s’immiscer dans l’histoire narrée par l’auteur ?

Lire la suite