Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Littérature jeunesse - Page 2

  • Brosses à dents en folie

    9782070620982.gifLes Brosses à dents
    De Pittau et Gervais

    Gallimard jeunesse (Giboulées), 2008

    (par Anne-Marie Mercier)

    Variations sur les brosses à dents. Elle sont portraiturées comme dans une encyclopédie qui les montre de profil, en couleur, et sous toutes les formes jusqu’aux plus improbables : de la brosse à dents noire de l’aveugle à celle hérissée d’aiguilles du couturier, plantée de tulipes du fleuriste, nuageuse du météorologue…

    Lire la suite

  • Deux titres Tourbillon

    danslenoir.jpgDans le noir, de Gita wolf, Sirish Rao, Rathna Ramanathan - Editions Tourbillon

     

    (par  Frédérique Mattès)

     

    Alors qu’ils rentrent chez eux par une nuit sans lune, cinq amis heurtent quelque chose. Chacun, en face d’une partie de la chose, donne son avis, persuadé d’avoir raison. Le jour qui se lève leur offre une vision globale et la réponse à la question « De quoi s’agit-il ? » Un conte de sagesse traditionnel dans une version originale qui s’appuie sur une fabrication entièrement artisanale : les illustrations sont sérigraphiées sur papier fait à la main. Un bel objet.

     

    Une autre version de ce conte : Sept souris dans le noir, d’Ed Young (Milan)

     

    Les histoires d’amour ne sont pas toujours simples, de Hubert Ben Kemoun, Isabelle Chatellard - Editions Tourbillon

     

    Les enfants aussi sont amoureux et c’est pour eux parfois aussi compliqué que pour les adultes. Marie pense que le gros Bruno est amoureux de la petite Emilie qui elle-même aime le grand Nicolas. Lequel ne regarde que la belle Coline qui n’a d’yeux que pour Hugo le malin… On se croirait dans la cour de l’école, où les histoires d’amour ne comptent pas pour du beurre.

     

    http://www.editions-tourbillon.fr/

  • Fait divers

    julie telle que.jpg

    Julie telle que
    Nadia Xerri-L.
    Actes Sud Junior, 2008

    (Par Caroline Scandale)

    La collection « D’une seule voix » chez Actes Sud Junior rassemble des monologues d’adolescents aux thèmes très forts. Entre émotions secrètes et révoltes partagées, elle propose aux jeunes adultes une approche de la littérature par l’oralité, d’ailleurs les gros caractères qui égrènent le texte sont spécialement pensés pour faciliter la lecture à haute voix.
    Dans Julie telle que, l’auteure fait entendre la voix de Julie dans les minutes qui précèdent le procès d’Alex son grand frère. Un an auparavant, sous l’effet de l’alcool, il aurait tué un homme à la sortie d’un bar. L’arme du crime, un couteau à cran d’arrêt, s’est volatilisée et
    Alex ne semble pas se souvenir de ce qui s’est passé cette nuit-là. 

    Lire la suite

  • Lettres en rogne

    9782844206817.gifL’abécédaire de la colère
    Emanuelle Houdart

    Thierry Magnier, 2008

    (par Anne-Marie Mercier)

    De Abdomen, Bagarre, Cris, à Koala, Guerre, puis objets, ou zygomatiques, l’exercice de l’abécédaire n’a pas permis une vraie exploration de ce qu’est la colère, de ses effets, de sa maîtrise, mais offre cependant quelques belles fenêtres dont on espère que les psychologues se régaleront.
    Un album qui dérange, tant par ses affirmations complexes et pleines de sous-entendus ou au contraire très claires, que par ses images, pas sages du tout. L’utilisation quasi exclusive des diverses nuances du rouge et du brun, les visions infernales et agressives, les insectes et animaux divers qui parcourent les corps et les vêtements provoquent une belle explosion, à l’image de celle des objets qu’on brise et des paroles qu’on hurle. Explosif !

  • Gros animaux

    9782020983327.gifLes sciences naturelles de Tatsu Nagata (L’Ours, La Vache)
    De Tatsu Nagata

    Seuil, 2008

    (par Anne-Marie Mercier)

    L’Ours (ne pas confondre avec le nounours, ni avec l’ourson) vit souvent dans une grotte, dort tout l’hiver (certains) peut marcher dans la neige sans s’enfoncer, a un cousin tout blanc sur la banquise… La vache, elle, a bien des soucis : piquée par les mouches, dérangée par les trains (en Inde, bien sûr), elle fournit le lait, les peaux, la viande, mais tout cela une page après l’autre, et avec humour, celui des dessins charmants et colorés de Tatsu Nagata qui renouvelle toutes les évidences.

  • Attention, humour !

    mon père en slip.jpgMon père en slip

    Taï-Marc Le Thanh, illustrations de Barroux

    Gautier-Languereau, 2008

    A partir de 5 ans

     

    (par Myriam Gallot)

      

    Mais que fait le père de ce petit garçon en slip toute la journée ? C’est qu’il est catcheur, ma bonne dame ! Un métier comme un autre, après tout… et qui rend très fier son fils. Combat Super, c’est son nom d’artiste, est certes dix fois plus grand et plus fort que (presque) tous les autres parents, mais c’est aussi un papa très présent.
    Ce récit un peu toqué est débordant de tendresse et de petites anecdotes mignonnes. L’album déploie une esthétique très catch, donc très kitsch : la couverture est matelassée dans du papier argenté brillant, la technique mêle dessin, peinture, collages et humour. Une originale déclinaison du sempiternel « mon papa, c’est le plus fort ! »

     

    http://www.barroux.info/

  • Jules Blyton

    9782259208970R1.gifLes Cryptides. A la poursuite du Kraken, t. 1
    De Alexandre Moix

    Plon jeunesse, 2008

    (par Anne-Marie Mercier)

    Il y a un peu du Jules Verne dans ce premier volume d’une série : un savant (fou ?), des jeunes gens avides de savoirs (d’ailleurs l’un d’eux lit L’ïle mystérieuse), des phénomènes naturels étranges et monstrueux mais si grandioses qu’on s’y attache. Il y a aussi un peu du Club des cinq : la bande de cousins embarqués dans l’aventure mène l’enquête malgré les adultes et fait mieux que toutes les polices et services secrets réunis. La vraisemblance psychologique ou matérielle est très peu le souci de l’auteur. Et il y a même un animal embarqué.
    De l’ambiance (ah ! la Norvège l’hiver, la nuit du Nord…), du gothique, de belles descriptions, cela ne manque pas de charme, même si on préfère l'un des versants (Jules) à l'autre et si cette alternance bizarre donne un peu le mal de mer.

  • Des amis impossibles

    vdayre.jpgTes petits camarades
    Valérie Dayre

    Thierry Magnier (petite poche), 2008

    (par Anne-Marie Mercier)

    Tout petit roman, et pourtant grand sujet. L’enfant est nouveau dans le quartier, dans l’école : solitude, aggravée par un physique peu avenant. Tout cela empire au moment de son anniversaire car sa mère n’accepte pas la situation et veut absolument qu’il invite « des petits camarades ». Stratagème malheureux de l’enfant pour attirer ceux qui ne le cherchaient pas, mais fin heureuse car il trouve au bout du compte ceux qu’il n’avait pas su chercher. Beaucoup d’implicite, un petit mystère, et de la chaleur humaine.

  • Sauce Potter

    84626100243960M.gifAbracadagascar
    Ménéas Marphil

    Au Diable Vauvert, 2008

    (par Anne-Marie Mercier)

    Un jeune orphelin découvre qu’il est un sorcier, qu’il doit aller dans une école pour parfaire ses dons (immenses bien sûr) au plus vite afin de sauver le monde… Cela a beau se passer dans un cadre un peu différent, on se lasse vite de voir toujours cette même histoire resservie à différentes sauces. On est encore plus las quand on voit que là aussi le jeune sorcier est aussi immédiatement pourvu d’un gros compte en banque mais qu’à la différence de Harry Potter cela lui donne droit (à quoi rêvent les enfants) à une carte de crédit. Et quand les stéréotypes sexistes s’affirment avec une telle franchise, on se demande quelle œuvre est en avance sur l’autre et, répondant à cette question, on se demande si ce livre est utile à quelque chose.

  • Un vrai beau cauchemar

    9782844207012.gifLa Fois où j’ai eu si peur
    Martine Laffond et Fabienne Burckel
    Thierry Magnier, 2008

    (par Anne-Marie Mercier)

    Une sortie à la fête foraine est interrompue par l’orage. Une fillette suit un garçon plus âgé pour se mettre à l’abri dans une usine désaffectée. Là, le caractère désolé du lieu, les bruits, et les récits du garçons sur ce qui s’y est passé au moment de la fermeture (une attaque de poissons qui se vengent de l’empoisonnement qu’elle produisait), plongent la petite fille dans un état de panique qui lui fait voir toutes sortes de choses.
    On ne sait à quel moment la réalité bascule, tout se fait insensiblement, aussi bien au niveau du texte que des images. L’atmosphère inquiétante est d’ailleurs présente dès les premières lignes (cette fête est triste) et demeure même après le retour : un vrai cauchemar subtil, et des illustrations délicieusement inquiétantes.

    http://www.editions-thierry-magnier.com

  • Maman en solo

    ma mère.gif

    Ma mère dans tous ses états

    Gwendoline Raisson, illustré par Magali Bardos

    L’école des loisirs, 2008

     

    (Par Caroline Scandale)

     

    Voici un petit album très drôle écrit du point de vue de l’enfant, qui met en scène le quotidien d’une maman célibataire et de son petit garçon. On s’amuse de l’interprétation qu’il fait des états d’âme de l'adulte et on rit du décalage entre la réalité et le ressenti de l’enfant, perception tantôt judicieuse, tantôt déformée, mais toujours pleine de bon sens. A travers trois petites histoires indépendantes les unes des autres on découvre que sa mère a peur du noir et tente de lui cacher, qu’elle est prête à se ridiculiser pour lui faire manger des légumes verts et qu’elle a un amoureux secret. Mais le petit garçon n’est pas dupe, il lit en elle comme dans de l’eau de roche… Enfin, c’est ce qu’il croit…

    Ma mère dans tous ses états est publié dans la collection Off-Pastel. Cette collection réunit des livres d'humeur et d'humour qui parlent aux enfants et aussi aux plus grands. « Des livres singuliers avec un brin de folie ou de philosophie, qui sortent des rails sans toutefois dérailler. »

     

    http://www.ecoledesloisirs.fr/index1.htm

  • Impossible justice

    9782732039275.gifLe Mauvais Juge
    Blaise Cendrars, Illustré par Merlin

    Le Sorbier, 2008

    (par Anne-Marie Mercier)

    Cette histoire fait partie des célèbres Petits Contes nègres pour les enfants des blancs de Cendrars et mêle récit étiologique et fable moderne. Pourquoi le chien déteste-t-il le chat ? Pourquoi le feu brûle-t-il le bois, est éteint par l’eau, qui est bue par l’éléphant, qui est piqué par la fourmi et surtout pourquoi le babouin marche-t-il de biais ? Pourquoi le destin de l’homme est-il de toujours travailler, de souffrir pourtant de la faim et de subir les injustices ?
    Le tailleur, représentant de l’humanité, en appelle à la justice, incarnée par le Babouin, une justice paresseuse et qui se soucie plus des châtiments à infliger aux éventuels coupables que des victimes. La complexité du cas avec  des responsabilités en chaîne (l’homme accuse la souris qui accuse le chat, qui accuse le chien…) sont mises en valeur par les illustrations de Merlin avec de beaux effets colorés de pastel gras sur des fonds beiges moins bruts qu’ils n’en ont l’air.

  • Alice pur sucre

    alice.jpgAlice au pays des merveilles
    Lewis Carroll
    Illustré par Thomas Perino

    Seuil jeunesse, 2008

    (par Anne-Marie Mercier)

    Un Alice délicieux, anti-Walt Disney. Pour résumer : le texte français est fidèle et simple, bellement traduit par Jacques Papy. Les illustrations sur bois gravé de Thomas Perino mêlent poésie, géométrie, étrange (superbes cartes à jouer, léger frisson de peur). L’album tout entier est très soigné : beau papier crème, illustrations en noir et blanc, quelques touches de rouge, tranche lilas.

  • Philosophie en noir et blanc

    9782841569632.jpgLe Maître de tout
    De Bart Moeyaert et Katrien Matthys
    Le Rouergue, 2008

    (par Anne-Marie Mercier)

    Un chien attaché attend son maître qui ne vient pas. Un chat, perplexe, le regarde, lui parle, guette ses pleurs et gémissements, questionne sur ce maître et ce qui les lie, prêche la révolte, la fuite, en vain, au fur et à mesure que les jours passent. « Un jour sans maître, je sens un manque », dit le chien ; « un jour sans maître, je me sens saltimbanque », dit le chat. L’incompréhension du chat quant au comportement du chien évoque l’une des Histoire comme ça de Kipling, « Le chat qui s’en va tout seul » : « je ne sais pas, je suis le chat » dit le chat. Le thème de la liberté et de l’attachement est au cœur de ces dialogues très elliptiques et pleins d’implicite.

    Lire la suite

  • Petit thriller adolescent

    vendeur cauchemars.jpgVendeur de cauchemars

    André Benchetrit

    Le Rouergue, collection « DoAdo noir », 2008

    à partir de 12 ans

     

    (par Myriam Gallot)

     

    Dans la famille « roman noir pour ado », je demande le fils et la fille. Leurs parents flambeurs ont quelques ennuis avec les huissiers. La fille est victime de visions : un insupportable nain roi de pique lui apparaît et dialogue avec elle. Le fils s’occupe de sa petite sœur tout en révisant ses cours, pendant que les parents sont au travail pour tenter d’éponger leurs dettes. C’est alors qu’apparaît un géant psychopathe déguisé en représentant de commerce au sourire tout droit sorti d’une émission de variétés. Sa marotte est de s’immiscer chez les gens et de les effrayer avant de les assassiner sauvagement.

    Vendeur de cauchemars est un petit thriller en huis-clos balançant entre réalisme et fantastique, épouvante et comique de situation. La fin est heureuse, très heureuse - trop heureuse ? Sans doute qu’à rebours de tout ce qui précède, André Benchetrit a voulu conférer à son roman des vertus éducatives en rappelant aux jeunes qu’ils peuvent avoir confiance en les adultes. Y croiront-ils vraiment ?

     

    http://www.lerouergue.com/

     

    http://andre.benchetrit.free.fr/

  • Blanche-neige au miroir

    E113792.gifBelle comme le jour
    Gail Carson Levine
    Traduit par Agnès Desarthe
    L’école des loisirs (Neuf), 2008

    (par Anne-Marie Mercier)

    Depuis Ella l’ensorcelée, Gail Carson Levine s’est fait une spécialité des contes revisités. Ici, on ne devine qu’assez tard qu’il s’agit de Blanche Neige (le titre anglais, « Fairest » était plus parlant) malgré les indices livrés dès les premières pages : l’héroïne est une enfant trouvée fort laide ; trop brune dans un pays de gens clairs, trop pâle, aux lèvres trop rouges, mais aussi trop grande. Elevée par des aubergistes, elle arrive au château par une succession de hasard et devient la confidente de la belle princesse au miroir (« dis moi, miroir… »). Cette femme si belle est aussi la perversité même et entraîne la pauvre Aza dans son sillage, amenant le royaume au bord de la ruine, et empoisonnant Aza (avec une pomme, et on connaît la suite) lorsque celle ci devient plus belle qu’elle.

    Lire la suite

  • Abécédaire amoureux

    jetaime.jpgJe t’aime du bout du monde

    Servane Havette
    Editions du Jasmin, 2008

     

    (par Frédérique Mattès)

     

    Ce très bel abécédaire grand format nous offre un voyage à travers le monde grâce à un parti pris original, s’appuyer sur la diversité des langues et des écritures pour présenter chaque pays.

    Les couleurs chatoyantes des portraits en gros plan réalisés sur fond de journaux du pays nous saisissent à chaque page tournée et nous permettent  d’entrer de plein pied dans l’ambiance de chaque lieu.  Le « Je t’aime » (décliné  dans plus de vingt langues) qui s’étale en grosses lettres à l’encre noire complète très agréablement l’illustration. Pourra plaire, à offrir….. aussi bien à un enfant qu’à un adulte.

     

    http://www.editions-du-jasmin.com/

  • Camomille pour dormir d'ennui

    camomille.jpgLa Sorcière Camomille et les trois petites sœurs au pays des contes
    De Rozer Capdevilla (illustration ?)

    Le Sorbier, 2008

    (par Anne-Marie Mercier)

    Cet album donne un nom d’illustratrice et pas de nom d’auteur. On peut supposer que Rozer Capdevilla préfère se contenter de cette fonction et tient peu à la première qui ne viendrait qu’en commentaire des images ? De fait, le texte est extrêmement faible, de même que l’argument : les trois sœurs sont plongées chaque soir dans un nouveau conte (Cendrillon, Blanche-Neige, Le Petit Poucet, etc.) et dans chaque histoire la sorcière tente de régler définitivement leur sort. Mais, grâce à leur vivacité, leur imagination, etc, elles s’en sortent toujours. Un album parfaitement inutile qui utilise une veine commerciale éculée.

  • Maximes florales

    pensees.jpgLes pensées sont des fleurs comme les autres

    Franck Prévot et Régis Lejonc
    Editions L’Edune 2008

     

    (par Frédérique Mattès)

     

    Un florilège de pensées en formes brèves pour nous permettre d’arrêter un instant le tourbillon de la vie.… Un soupçon de poésie dans ces leçons de choses un peu décalées qui peuvent aller parfois jusqu’à la leçon de sagesse,  illustrées de façon naïve par Régis Lejonc. A feuilleter un peu, beaucoup,…à l’occasion… à déguster par petites touches. On sourit, on rit même… un bon remède contre la morosité ambiante !

     

    http://www.editionsledune.fr

  • La vieille dame du 3ème étage

    mission bouille grenouille.jpgMission bouille de grenouille
    Muriel Kerba
    Gautier-Languereau, 2007
    A partir de 5 ans

     (par Myriam Gallot)

    Mais qui est cette « bouille de grenouille » ? Une vieille dame bizarrement fichue dont chaque verre de lunette est presque de la taille d’un écran plasma, et qui intrigue les jeunes occupants de son immeuble. On dit d’elle que c’est une vraie peau de vache, mais ne serait-ce pas plutôt une pauvre âme esseulée ? A coups de collages loufoques débordants de détails malicieux, Muriel Kerba peint un monde grave, mais drôle. Un album à large sourire qui apprend aux enfants que se soucier d’autrui est indispensable au bonheur et que la différence est une richesse.