Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 2

  • New age et fantasy

    noman.jpgNoman (Nobles guerriers, III)
    de William Nicholson
    traduit de l'anglais par Diane Ménard

    Gallimard jeunesse, 2008

    (par Anne-Marie Mercier)

    Ce volume est le dernier de la nouvelle trilogie de William Nicholson, auteur du très inventif du Vent de feu, en trois volumes lui aussi. Moins novateur, ce cycle reste cependant intéressant et au-dessus de ce qu’on peut lire le plus souvent dans ce genre (fantasy). Ce dernier volume croise les destins des trois héros et reprend des fils tirés dès le premier volume : phrases entendues, visions, rêves, tout trouve son aboutissement et sa fin.

    Lire la suite

  • Vivre avec les loups

    dhearst3.jpgLes Chroniques du Loup, tome 1, la promesse des Loups
    Dorothy Hearst

    traduit de l’anglais par Marina Boraso
    Albin Michel, 2008

    (par B. Longre)

    « Ne jamais se mêler aux humains.
    Ne jamais tuer un humain sans provocation.
    Ne jamais laisser en vie un loup de sang mêlé... »


    Telles sont les trois règles qui régissent les meutes de la Grande Vallée. Aussi, le jour où Ruuqo, chef de meute, égorge les frères et les sœurs de la jeune Kaala et bannit sa mère qui a enfreint la loi en choisissant un mâle extérieur à la vallée, la petite louve épargnée se voit traitée en étrangère par la plupart de ses compagnons. Elle s’adapte malgré tout à la vie collective et se fait des amis, dont Ázzuen, louveteau malingre mais futé, et Tlitoo, un corbeau qui veille sur elle.
    Cette saga préhistorique qui se déroule il y a 14 000 ans, quelque part dans le sud de l’Europe, est un beau roman des origines qui mêle mythologie, onirisme, fable politique et morale (les femelles, progressistes, s’opposent souvent aux mâles – réactionnaires, figés par la loi), pragmatisme de la survie et spiritualité, et met en scène des loups qui, tout en se comportant en animaux (instinct, sauvagerie, sens aiguisés, rivalités et hiérarchie de la meute, etc.) n’en possèdent pas moins des capacités intellectuelles et une émotivité propres aux humains.

  • Poilant

    loup tout nu.gifUn loup tout nu

    De Thierry Robberecht, illustrations de Loufane

    Balivernes (collection Calembredaines), 2008

    A partir de 5 ans

     

    (par Myriam Gallot)

     

    L’habit fait-il le moine ? A n’en pas douter oui, puisque le loup, sitôt son pelage déchiré, se retrouve à poil et ne fait plus peur à personne. Même les moutons se moquent de lui, c’est tout dire ! Une poulette couturière accepte certes de lui confectionner un nouveau pelage, mais rien n’est gratuit, et il faudra bien que le loup accepte ses conditions.

    Edité par une jeune maison de la région lyonnaise, Un loup tout nu est un album pétillant qui rappelle l’esprit Looney tunes, par l’humour et le style des illustrations. Les formes rondes et les couleurs vives raviront les petits enfants, qui n’auront plus jamais peur du grand méchant loup.

     

    http://www.balivernes.com

  • Meckert le juste

    9782070787678.gifNous sommes tous des assassins

    Justice est faite

    Jean Meckert

    Joëlle Losfeld, 2008

     

    (par Frédéric Saenen)

     

    « Le style est à droite, et les idées à gauche. » S’il y a un auteur dont la fréquentation pousse à remettre ce poncif en question, c’est Jean Meckert (1910-1995), que les amateurs de polars connaissent peut-être mieux sous le pseudonyme de Jean Amila.

    Cet anar, pacifiste indéfectible, demeure une figure méconnue qui n’est plus destinée à survivre dans nos mémoires que par ses pages percutantes et la voix qu’il y a déposée, à vif, unique. L’éditeur Joëlle Losfeld lui rend depuis quelques années toute son importance en publiant ses textes les plus engagés et qu’il signa de son nom. Les deux derniers titres parus témoignent de l’originalité de sa démarche et de la souplesse de sa plume. 

    Avec Nous sommes tous des assassins (1952) et Justice est faite (1954), le matériau de base n’est pas l’actualité (comme ce fut le cas pour l’affaire Dominici, dans La Tragédie de Lurs) mais plutôt deux films de Cayatte, portant sur des sujets de société à forte teneur explosible. C’est Gallimard en personne qui passa commande de ces « novélisations » d’œuvres cinématographiques, une technique dont Meckert sera en quelque sorte l’un des pionniers en France. Notre homme aurait pu se contenter de reproduire les dialogues, de restituer les scènes filmées, de poivrer les atmosphères de quelques adjectifs bien sentis, pour emballer l’affaire. Mais consentir à la facilité, c’eût été trop mal servir la gravité des sujets mis en avant par le réalisateur, soit la peine de mort et l’euthanasie. Meckert ne transcrit donc pas, il transpose. Se détachant de son pré-texte, le texte gagne en autonomie et s’impose chef d’œuvre.

    Lire la suite

  • Si le père pleure

    Marée d'amour dans la nuit.jpgMarée d’amour dans la nuit

    De Xu Dishan, illustré par Mélusine Thiry

    HongFei Cultures (collection Belle île Formosa), 2008

    Pour tous, à partir de 6 ans

     

    (par Myriam Gallot)

      

    Dans les années 20, Xu Dishan, auteur chinois de Taïwan, écrivit un recueil de quarante histoires tendres, « Pluies magiques dans la montagne légère ». Parmi elle, « Marée d’amour dans la nuit » est pour la première fois traduite en français.

    Elle met en scène un petit garçon dont le père souffre du décès de sa femme, qui a eu lieu 100 jours plus tôt. Le père renonce à accompagner son fils à la fête des lanternes, se réfugiant dans la solitude de la douleur et du deuil. Mais « si le père pleure, comment peut-on s’endormir ? » se demande le petit garçon, de retour de la fête.

    Lire la suite

  • Folies musicales

    le_quatuor.jpgCorps à Cordes

    Spectacle musical proposé par le Quatuor

    Mise en scène Alain Sachs

    Théâtre des Célestins, Lyon, 9-31 décembre 2008.

     

    (par Françoise Anthonioz)

     

    Ils se présentent toujours en queue de pie et nœud papillon avec leurs instruments à cordes, gage de l’apparence du sérieux ! Et cela dure depuis plus de 20 ans... Musiciens, chanteurs, poètes, clowns, danseurs, acrobates, ils savent tout faire. Ils nous entraînent pendant plus d’une heure et demie dans leur délire musical, s’amusant autant que nous, public, dans leur joie contagieuse. Les trouvailles succèdent aux trouvailles sur un rythme effréné dans des tableaux aux thèmes précis : il y a les saisons, l’Espagne, la musique tsigane, les musiques religieuses, les musiques modernes, le rap, le blues , le rock, les variétés, le tout suivant une mise en scène inventive et farfelue.

    Lire la suite

  • Livre objet

    murani.jpgLe Vendeur d’animaux
    De Bruno Munari

    Seuil jeunesse, 2008

    (par Anne-Marie Mercier)

    Cet album très court (10 pages), fait partie d’une série publiée par Munari en 1945. Album léger (couverture de carton fin mais pages sur beau papier solide), il est un bel exemple du « livre objet » qui adapte sa forme à son sujet : le vendeur d’animaux propose successivement un flamant, un hérisson, un tatou, une chauve-souris, un mille-pattes et chaque animal apparaît en monochrome plus ou moins fantaisiste (la chauve souris est bleue, le flamant d’un beau rouge) dans une double page au format variable. La page de droite est toujours plus petite que celle qui lui fait face, diminuant progressivement (et devenant celle de gauche de la page suivante). A droite, imprimé sur le bord droit de la dernière page, donc toujours visible, le marchand apparaît comme tenant en laisse chacun des animaux tour à tour. Le dialogue est cocasse (les bonnes raisons pour ne pas vouloir de ces animaux chez soi) et la « chute », masquée par un carré de papier à soulever, très… savoureuse.

    http://www.cite-sciences.fr/francais/ala_cite/evenemen/munari/biographie.htm

  • Tourments et apaisement

    3saisons.jpgTrois saisons poétiques

    Magda Carneci
    Collection GRAPHITI

    Editions PHI en coédition avec Les Ecrits des Forges, 2008

     

    (par Jean-Pierre Longre)

     

    Magda Carneci est historienne de l’art, essayiste, traductrice, membre du « Parlement Culturel Européen », directrice de l’Institut Culturel Roumain de Paris… Ses diverses responsabilités, sa participation active à la vie culturelle roumano-française n’occultent pas sa qualité de poète : Trois saisons poétiques, son dernier recueil, témoigne précisément de cette qualité.
    Ecrits directement en français ou traduits du roumain par Odile Serre et Linda Maria Baros, les poèmes, qui mêlent la musique et l’espace au temps, sont ponctués de photographies (de l’auteur) illustrant les distorsions auxquelles sont soumises l’écriture et la quête de soi.

    Lire la suite

  • Marseille-New York

    aissatou.jpgUn grand éclat de rire
    De Aïssatou Thiam

    éditions Pascal Galodé, 2008

    (par Anne-Marie Mercier)

    Fable moderne : la narratrice de cette autobiographie est née à Dakar, a grandi à Marseille dans les quartiers nord. Un père envolé, une mère qui meurt jeune, des grands parents aimants mais fragiles, la menace de la DASS, être noire à Marseille… Mais c’est aussi une enfance et une adolescence avec des bonheurs et des chances : la découverte de l’Afrique, de la musique de Bob Marley, des boites, de la littérature…Mannequin, puis actrice, Aïssatou Thiam raconte dans un texte plein de naturel les rencontres, les amitiés, les métiers avec beaucoup de gratitude et de gaieté.

    http://www.pascalgalodeediteurs.com/

  • Smell like teen spirit

    mes premières fois.jpg

    Mes premières fois

    Claire Loup

    Plon, 2008

     

    (par Caroline Scandale)

     

    La production éditoriale pour « jeunes adultes » n’est pas vraiment futile… Et heureusement ! Mais parfois, il est agréable de lire une histoire légère et fruitée.

    On est d’abord séduit par l’évanescente demoiselle de la couverture. D’ailleurs, au cas où le lectorat féminin n’aurait pas compris que cet ouvrage lui est destiné, sa couleur rose acidulé le lui rappelle illico. Pour autant ce roman n’appartient pas au courant de la chick-lit ou « littérature de poulette » car Claire Loup, la jeune auteure, fait preuve de qualités littéraires en signant ce premier roman.

    Lire la suite

  • Whisky avec l'accent belge

    indvirg1V.jpg

    Qui a peur de Virginia Woolf ?
    Edward Albee - Mise en scène de Peter Van des Eede
    Théâtre du Point du Jour, Lyon - Du 9 au 13 décembre 2008
    autres dates

    (par Nicolas Cavaillès)

    Une nuit de fête, et deux couples. Des hommes ambitieux, des femmes meurtries, dont le même drame est soit consommé (les amers Martha et George) soit à venir (les naïfs Honey et Nick). L’alcool aidant, des failles apparaissent, des crises éclatent… Les secrets de polichinelle sont incendiés, les vérités douloureuses fouettées au sang – et l’on en rit ! Loin du film de Mike Nichols (1966, avec Liz Taylor et Richard Burton), Qui a peur de Virginia Woolf ? devient entre les mains de la compagnie belge « De KOE » une vaste déconnade vicieuse et jouissive, au centre de laquelle Natali Broods, qui joue Martha, est sensationnelle.

    Lire la suite

  • Bestiaire

    9782020969185.jpgDes bêtes avec du sable entre les orteils
    Des bêtes qui partagent la forêt avec le loup
    Tatsu Nagata

    Seuil jeunesse, 2008

    (par Anne-Marie Mercier)

    On connaît les albums d’histoires naturelles de Tatsu Nagata. Voici une autre formule, carrée, dans laquelle plusieurs animaux se côtoient dans un même espace naturel. L’air de rien, cet espace est le véritable personnage : de nuit, de matin, de printemps ou d’hiver, de profondeur ou de surface… chaque animal permet d’en donner une image différentes. Les images sont comme toujours parfaites, mêlant différentes techniques, parfois proches de la photo retouchée, parfois gouache et toujours avec la caricature en action de l’auteur-savant en blouse blanche qui observe de monde à travers de grosse lunettes : ou comment rendre la science proche des enfants ?

  • La musique, passionnellement, éternellement

    ladyday.jpgLady Day, histoire d’amours
    Alain Gerber
    Fayard, 2005 / Le Livre de Poche, 2008

     

    (par Jean-Pierre Longre)

     

    Il faut toujours prêter attention aux sous-titres, lorsqu’il y en a. Celui du dernier roman d’Alain Gerber, « histoire d’amours », pourrait paraître anodin et passe-partout ; c’est le contraire, et le pluriel y est capital. Car la vie de Billie Holiday (1915-1959), pour brève qu’elle fût, a été une suite d’amours et, il faut bien le dire, de désamours – ce que le récit, en pas moins de 600 pleines pages, fait passionnément découvrir.

     

    Eleanora Fagan, ou Eleanor Halliday, ou Nora, ou Bill, ou Lady, ou Billie Holiday (selon les périodes et les narrateurs) eut-elle la destinée qu’elle méritait ? Si l’on en croit Melissa, journaliste qui l’a bien connue, oui : « Le blues, le jazz et Billie Holiday se contrefichent de l’éternité. Ils ont déjà le plus grand mal à envisager leur avenir, et leur passé les talonne. Ils vont de déboires en excès et se fabriquent ainsi de toutes pièces un parcours semé d’embûches, cachant aux autres et se dissimulant à eux-mêmes qu’ils tournent en rond. Leur vie n’est qu’artifice. Ce sont les acteurs d’un mélodrame écrit de leur propre main ». Pourtant, cette éternité, Alain Gerber et sa verve inimitable contribuent grandement à la forger.

    Lire la suite

  • Céline, autre et tel qu'en lui-même

    autreceline.jpgUn autre Céline
    De la fureur à la féérie - deux cahiers de prison

    Henri Godard
    Editions textuel, 2008

     

    (par Frédéric Saenen)

     

    Présente-t-on encore Henri Godard ? Henri Godard, l’auteur en 1994 de l’indispensable synthèse que constituait Céline scandale et, plus encore, quelque dix ans auparavant, d’une Poétique de Céline qui fit entrer de plain-pied l’argotier absolu dans le giron de l’Alma mater, jusque là réticente à l’accueillir. Henri Godard, surtout, l’éditeur des quatre volumes de la Pléiade. C’est de cette prestigieuse signature que s’enrichit un coffret de ce que l’on qualifie de « beaux livres ». Si vous comptez parmi vos amis un célinolâtre, ne cherchez pas plus loin ce que vous lui déposerez sous le sapin.

    Le but poursuivi dans Un autre Céline est annoncé sans ambages : « Ce panorama, dressé hors de toute visée biographique et même hors chronologie, afin de donner leurs justes proportions à quelques-unes des composantes du paysage de Céline, ne cherche pas à en faire une étude systématique. Mais l’iconographie est là pour prendre le relais de l’analyse. Elle aussi, de manière différente, est de nature à enrichir la lecture des textes en montrant visuellement des images que le romancier ne laisse affleurer que par des coups de projecteurs toujours brefs ».

    Lire la suite

  • Pour l’amour des mots

    stanislas.jpgAbécédaire illustré de Stanislas
    Stanislas Barthélémy
    Thierry Magnier, 2008

    (par Anne-Marie Mercier)

    Illustré par l’un des fondateurs de l’Association (BD indépendante), cet abécédaire est à la fois classique et original : classique par le graphisme et la mise en couleurs qui évoquent les « illustrés » des années 30, et par le dispositif : une lettre en écriture bâton, et des mots qui vont avec. Mais chaque page propose une infinité d’objets et de mots associés et c’est tout un jeu que de les mettre ensemble, de chercher les raisons pour lesquelles on a montré un coq le cœur battant devant une casserole (cocotte minute), et pourquoi l’homme en armure tient un ananas au bout de son épée.
    Quelques doubles pages rompent cette unité en proposant des thèmes (loisirs, métiers…), un planisphère sommaire, un jeu de l’oie des mots.
    C’est un album dans lequel se perdre… à condition d’avoir l’amour des mots, qu’ils soient usuels ou rares, longs ou courts et de prendre son temps.

  • La liberté, et quoi d’autre ?

    grondahl.jpgPiazza Bucarest
    Jens Christian Grondahl

    traduit du danois par Alain Gnaedig
    Folio, 2008 (Gallimard, 2007)

     

     (par Jean-Pierre Longre)

     

    Ce roman de l’un des écrivains les plus en vue actuellement en Europe explore les relations complexes d’un photographe américain résidant au Danemark et d’une jeune Roumaine. Sans préméditation, sur une sorte de coup de tête, Scott, au cours d’un voyage professionnel dans la Roumanie de 1988, propose à Elena le mariage qui lui permettra de fuir la dictature de Ceausescu. Mariage blanc ? Elan amoureux ? Peu à peu, le narrateur, ami de Scott, nous dévoile ce que lui-même a appris de la bouche de l’homme, puis de la jeune femme : son passé tourmenté qui n’est pas sans conséquences sur le présent et l’avenir.

    Lire la suite

  • Nouvelles images

    eco.jpgLes trois cosmonautes et autres contes
    Umberto Eco, illustré par Eugenio Carmi
    Grasset jeunesse, 2008

    (par Anne-Marie Mercier)

    « La bombe du général », « Les trois cosmonautes », « Les gnomes de Gnou » sont les trois contes présentés dans cet album au format original tant il est moyen. Les histoires de Eco sont parfaitement bien pensantes pour notre époque et a priori un peu plates : pacifisme, tolérance, écologie… Elles sont sans grande originalité quant aux thèmes. Mais elles présentent toutes un léger décalage qui les rend attachantes : ce sont les atomes qui décident de ne plus servir la guerre ; les cosmonautes appellent leur maman du fond de l’espace, et les gnomes de Gnou ont un bien joli nom et une belle assurance pour refuser les « bienfaits » de la civilisation terrienne.

    Lire la suite

  • Corporate unlimited

    kafkacola.jpgKafka Cola
    Alessandro Mercuri
    Léo Scheer, 2008

     

    (par Romain Verger)

     

    Ovni littéraire, produit marketing à disposer en palettes sur les présentoirs de supermarchés, pamphlet destiné à redresser les illusions d’optique dont souffre notre société ou imposture visant à les créer ? Ce livre est tout cela à la fois, véhicule d’une culture authentique et de références authentifiables allant de la préhistoire au dernier discours d’Alain Juppé à la mairie de Bordeaux, comme de sources détournées ou purement inventées. Patrick Le Lay, John Pemberton et Franz Kafka se regardent dans le blanc des yeux, se découvrant des affinités insoupçonnées.

    Dans Kafka Cola, table de dissection de notre prétendue modernité, Alessandro Mercuri préside à leur très improbable rencontre, questionne et autopsie ses apparentes contradictions, clivages et autres incompatibilités posées de fait, par tradition ou bonne conscience.

    Lire la suite

  • De la poule au tigre

    adiga.jpgLe Tigre Blanc

    Aravind Adiga

    Traduction de l’anglais (Inde) par Annick Le Goyat

    Éditions Buchet Chastel, 2008

     

    (par Samia Hammami)

      

    « Car, voyez-vous, j’ai été un serviteur autrefois. Trois nations seulement n’ont jamais courbé l’échine devant des étrangers : la Chine, l’Afghanistan et l’Abyssinie. Par respect pour l’amour de la liberté dont témoigne le peuple chinois, et persuadé que l’avenir du monde est entre les mains de l’homme jaune et de l’homme brun à présent que notre maître d’antan, l’homme blanc, s’est perdu lui-même dans la sodomie, l’usage du portable et l’abus de drogue, je me propose de vous révéler, gracieusement la vérité sur Bengadore. Et cela en vous contant ma propre histoire. » C’est en ces termes, non équivoques, que « Tigre Blanc » initie une série de huit lettres rédigées au cours de sept nuits consécutives. Cette longue missive est adressée à Wen Jiabao, le Premier Ministre chinois, à la veille d’une visite officielle dans le pays du Gange en vue de pénétrer le secret des entrepreneurs indiens.
    Balram Halwai, l’auteur de cette correspondance, est l’un de ceux-là. Issu des Ténèbres, il s’en est péniblement arraché pour finalement accéder à la Lumière. Cette extirpation ne se fit pas sans sacrifices car, entre ces deux Indes, des siècles de tradition et un système gangréné aux rouages huilés par l’iniquité et l'arbitraire empêchent tout déplacement d’une réalité à l’autre.

    Lire la suite

  • Affinités rares

    peur.jpgArchipels - Cie Dominique Pifarély

    3 CD (label : Poros éditions)

    Impromptu (acdp 001) - Dominique Visse, Dominique Pifarély, François Couturier. Poèmes de Paul Celan, André du Bouchet, Jacques Dupin. Introduction de François Bon.

    Trio (acdp 002) - Dominique Pifarély, Julien Padovani, Eric Groleau

    Peur (acdp 003) - François Bon (texte, voix), Dominique Pifarély, François Corneloup, Eric Groleau, Thierry Balasse

     

    (par Jacques Chesnel)

     

    Dès les années 20, une abondante littérature écrite s’est efforcée de capter l’esprit du jazz sous des formes très diverses ; dont la poésie. Parmi les premiers écrivains, Langston Hugues, Philippe Soupault, Pierre Reverdy, Charles-Albert Cingria… Plus tard, Jack Kerouac et ses poèmes de Mexico City Blues, The Last Poets et LeRoi Jones/Amin Baraka, André Hodeir et Anna Livia Plurabelle de James Joyce, Gil Scott-Heron, Steve Swallow et Robert Creeley (Home) ; plus récemment Yves Buin avec Fou-l’Art-Noir et la musique de Mimi Lorenzini, l’oratorio pour trompette et voix Clameurs de Jacques Coursil sur des textes de Franz Fanon, Edouard Glissant, Monchoachi et Antar…(liste non exhaustive).

    Lire la suite