Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/05/2009

Heureux qui comme Ulysse…

sclavis.JPGLouis Sclavis
Lost On The Way
(ECM 179 849-7)

(par Jacques Chesnel)

On connaît depuis longtemps les penchants affirmés de notre Louis national, l'un des premiers pionniers du jazz dit européen, pour d'autres territoires musicaux (folklores, musiques ethniques, domaines contemporains), ses relations avec les mondes de Duke Ellington (On the Air) et Jean-Philippe Rameau (Les Violences), le cinéma (autour de Charles Vanel, Dans la Nuit), la danse, les arts plastiques (Ernest Pignon-Ernest, Napoli's Walls) et le langage (L'imparfait des langues).

Douze plages/étapes pour ce périple musical inspiré d'Ulysse dans l'Odyssée écrite par Homère en 24 chants vers la fin du VIII° siècle avant J.C., poursuivant ainsi le travail inauguré avec le précédent quintet et, dixit Louis : inventer de nouvelles musiques dans lesquelles on s'engage pleinement au risque de se perdre… aller vers l'inconnu… me laisser tomber de Charybde en Scylla en essayant de maîtriser le vent et les vagues pour au retour pouvoir raconter le voyage.


Plus que précédemment, me semble-t-il, le travail de/du groupe s'impose à travers/dans l'écriture, la matière/manière sonore, déambulation syncopée au gré des étapes/occurrences de ce voyage imaginaire à forte densité onirique. Plus que précédemment aussi, me semble-t-il, les mélodies sont plus immédiates, plus prégnantes dans ces unissons répétés, que ce soit dansantes comme  portées par les vents (De Charybde en Scylla), ondoyantes (Le sommeil des sirènes), inquiètantes ou angoissantes (Aboard Ullysse's Boat, Un vent noir), enfin apaisées (L'Absence). Vanter les qualités de ces musiciens paraît superflu tant elles sont évidentes dans la constitution même de ce groupe. Saluons les présences nouvelles de Matthieu Metzger et d'Olivier Lété offrant une impulsion régénératrice aux côtés des autres compagnons de plus longue date.

Au regard de la modernité, de l'actualité de cette musique (de son intemporalité aussi), la référence à un autre Ulysse (Léopold Bloom, Lost on the way également, dans la ville de Dublin, le 16 juin 1904) celui de James Joyce, plus proche de nous dans le temps, est tout à fait envisageable, et pour moi, envisagée ; référence incontournable qui devrait convenir à Louis, gourmand de littérature (son admiration pour Erri de Luca)


Louis Sclavis (clarinette, clarinette basse, saxophone soprano, compositions, sauf plage 2 en collaboration avec O.Lété), Matthieu Metzger (saxophones soprano & alto), Olivier Lété (guitare basse), Maxime Delpierre (guitare), François Merville (batterie).

1/ De Charybde en Scylla.  2/ La première île.  3/ Lost on the way.  4/ Bain d'or.  5/ Le sommeil des sirènes. 6/ L'heure des songes.  7/ Aboard Ullysse's Boat.  8/ Les Doutes du Cyclope.  9/ Un vent noir.  10/ The last Island. 11/ Des bruits à tisser. 12/ L'Absence.

Enregistrement du 20 au 22 sept. 2008, Théâtre de St.Quentin-en -Yvelines

http://sclavisfansite.jp/index.html

Les commentaires sont fermés.