Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/04/2009

Atmosphère envoûtante

originalpimpant.jpgOriginal pimpant
Émile Parisien Quartet

(Laborie Jazz Lj 07 ; distribution Naïve)

 

(par Jacques Chesnel)

  

1/ La couverture de pochette : le titre pourrait être une sorte d'oxymoron auquel s'ajouterait le dessin d'une affreuse bestiole évoquant le porc-épic, petit rongeur qui possède les plus grands piquants ; au verso, les titres des cinq morceaux (compositions collectives sauf Le Bel à l'agonie d'après le prélude du troisième acte de l'opéra Tristan et Ysolde de Richard Wagner) ne rassurent pas non plus, lecture sépulcrale; d'où cette interrogation sur le "pimpant" (impression de fraîcheur et d'élégance) ; quant à "original" pas de doute à entretenir sur la musique quand on se souvient du premier CD du quartet Au revoir porc-épic (tiens !, déjà). Mais alors !


2/ La musique : à défaut d'être totalement convaincante pour certains, reconnaissons qu'elle est interprétée par des musiciens convaincus allant jusqu'au bout de leur démarche radicale, sans concessions, joliesse, fioritures, ornements et autres dentelles, sans chercher à "faire plaisir" à tout prix, peut-être même conscients et heureux du trouble que cela peut occasionner, du malaise que cela peut éventuellement provoquer, rejoignant ainsi l'esprit de certains compositeurs du siècle précédent (les dernières œuvres de Scriabine, Schoenberg, puis ceux de "l'école spectrale" ou de la "musique liminale", au seuil du perceptible).

 

Sans aller jusqu'à qualifier cette musique hard, ardente et ardue (qui se mérite et possède des vertus indéniables, (compositions - exécution) de diabolique voire de démoniaque, il y a là comme un parfum de sortilèges où le jazz (tout du moins son esprit) est présent dans sa face cachée. Donc, une musique pour ceux qu'attire le mystère (au sens non religieux) avec ses vénéneuses ou venimeuses beautés. 

 

Émile Parisien (saxophone soprano), Julien Touéry (piano), Yvan Gélugne (contrebasse), Sylvain Darrifourcq (batterie, percussions)

 

1/ Sanchator de Profundus.  2/ Darwin à la montagne. 3/ Requiem Titanium.  4/ Le Bel à l'agonie. 5/ Sopalynx

 

CD accompagné d'un DVD incluant la captation d'un concert à Radio France et un documentaire sur le quartet.

Les commentaires sont fermés.