Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/02/2009

Philosophie en noir et blanc

9782841569632.jpgLe Maître de tout
De Bart Moeyaert et Katrien Matthys
Le Rouergue, 2008

(par Anne-Marie Mercier)

Un chien attaché attend son maître qui ne vient pas. Un chat, perplexe, le regarde, lui parle, guette ses pleurs et gémissements, questionne sur ce maître et ce qui les lie, prêche la révolte, la fuite, en vain, au fur et à mesure que les jours passent. « Un jour sans maître, je sens un manque », dit le chien ; « un jour sans maître, je me sens saltimbanque », dit le chat. L’incompréhension du chat quant au comportement du chien évoque l’une des Histoire comme ça de Kipling, « Le chat qui s’en va tout seul » : « je ne sais pas, je suis le chat » dit le chat. Le thème de la liberté et de l’attachement est au cœur de ces dialogues très elliptiques et pleins d’implicite.


Au dialogue entre animaux domestiques répondent des dialogues entre le chat et des animaux sauvages (chouette, renard, coléoptères, papillon…), encore plus étranges et implicites ; la question de la différence entre les êtres, de manger ou d’être mangé, mais surtout des pensées, des silences, des sentiments à peine formulés. L’album est composé de courtes séquences, possédant chacune un titre, ce qui donne au livre une allure de recueil de fables animalières : « le chien et la patience », « Le papillon et la ligne droite », « La chouette et la place vide»…

Les doubles pages dans lesquelles s’inscrivent ces dialogues, crèmes aux illustrations noires de bois gravés, sont repliées sur des pages intérieures noires aux illustrations crèmes qui se révèlent être phosphorescentes dans le noir. L’ensemble forme un très bel album,original, énigmatique, intelligent, clair et obscur à la fois.
Pas de morale, mais des questions en suspens. Ainsi du papillon, répondant au chat (qui lui reproche de ne pas suivre une ligne droite) : « Toi, tu considères que je suis toujours en chemin ; moi, je pense que je suis toujours quelque part. Tu perçois la différence ? ».

Alternance entre le jour et la nuit, la présence et l’absence, la compréhension et le doute, les questions et les réponses, repliées sur elles-mêmes comme les pages du livre.

Les commentaires sont fermés.