Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/01/2009

La vie devant soi

jolie fille rien que pour moi.jpgUne jolie fille rien que pour moi

Aurélie Antolini

Editions Intervista, collection « les mues », 2008

 

(par Myriam Gallot)

 

A n’en pas douter, Aurélie Antolini s’est amusée en écrivant son premier roman. Coup de cœur de Constance Joly-Girard, directrice de la collection « les mues », Une jolie fille rien que pour moi a l’art de capturer dès les premières lignes.
Son secret ? Un savoureux langage pré-adolescent à la Romain Gary qui explose (de rire évidemment) à chaque page, mélange de jeux de mots, de réflexions de bon sens, d’images décalées et de petits détournements de textes de la vie de tous les jours (étiquettes, mots fléchés, etc)


Ces trouvailles verbales sont celles d’un pétulant narrateur de 11 ans qui découvre l’amour avec Minouche : « la première fois qu’elle m’a regardé, eh bien je saurais pas dire comment, mais mon cœur s’est gonflé comme un gros ballon. J’ai trouvé que ses yeux étaient trop grands pour moi. » Ce n’est pas encore tout à fait comme les grands, mais presque ! Les histoires de famille sont compliquées, mais il faut plus que des chamailleries d'adultes pour détourner ce petit bout d’homme de son caractère résolument positif et joyeux.

 

L’ensemble est très enlevé, et surtout très "girlie" : ça fleure bon le charme des premières fois, quand tout est sérieux, mais rien vraiment grave. Un délectable goût de début d’adolescence, équilibre subtil et fugace d’orgies de mamie nova et de galoches roulées en catimini derrière la maison.

 

 

http://www.editionsintervista.com/

  

Site de la collection "les mues" : myspace.com/lesmues

Site de l’auteur : myspace.com/cocottes

Les commentaires sont fermés.