Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Masochisme montagnard

culsac.jpgUn cul-de-sac dans le ciel
Bernard Ascal

Rhubarbe, 2008

                            

(par Jean-Pierre Longre)

 

La montagne est capricieuse, difficile, décevante : c’est le paradoxe du grimpeur, que Bernard Ascal développe en courts textes prenant souvent les allures de règlements de comptes entre l’amant masochiste et l’objet de son désir.

 

La relation entre l’homme et le terrain est paradoxale : platitude de la marche « en dépit des creux et des bosses », inhumanité de la nature, trous d’eau abusivement appelés lacs et en réalité « décharges naturelles », chemins qui n’offrent à la vue que les cailloux sur lesquels caler les pieds, et, surtout, malgré l’immensité spatiale qu’offre l’arrivée au sommet, l’impossibilité d’aller plus loin, le « cul-de-sac dans le ciel » et l’obligation de redescendre. Ultime déception, mais déception de privilégié. Car qui sont ces randonneurs ? Non le tout-venant, mais ceux que la vie quotidienne ménage, ceux qui ont le temps de substituer au couple « Fatigue-Travail » le couple « Fatigue-Loisir »…

Constat désespéré ? Plutôt décalé, humoristique : les pages sur les mouches et autres insectes « prioritaires sur nos sandwiches et qui transforment nos nez, oreilles, joues en aires de pique-nique » ou sur les conséquences d’une baignade en eaux de montagne, ou encore la description en accéléré de la formation et de la déformation géologiques des montagnes laissent entrevoir une distance souriante entre le rêve et la réalité. Il ne s’agit pas de réfléchir, mais de ressentir (dans les muscles, sur la peau, par les yeux et les oreilles) les bienfaits et les méfaits de la (relative) solitude montagnarde.

 

En quelques pages ponctuées de dessins sommaires, tracés à la va-vite, comme en marchant, l’auteur évoque le purgatoire qu’est pour lui l’ascension : « Ecole de la faute, du rachat par l’épuisement volontaire ». Pas d’exaltation idéaliste, pas de prétention au paradis, mais plutôt les dures réalités du grimpeur, les affres de son désir inassouvi.

 

http://www.editions-rhubarbe.com/

 

Les commentaires sont fermés.