Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/01/2009

Munch: cris et chuchotements

E109939.gifEdward Munch, l'enfant terrible de la peinture
Arnaud Cathrine

L’école des loisirs, collection Belles vies, 2008

(par Anne-Marie Mercier)

La vie du peintre norvégien Munch est évoquée par des témoignages de contemporains : sa soeur, d’autres peintres (Krogh), des écrivains (Jaeger, Goldstein, Przybyszewski), un médecin, des historiens d’art, des témoins divers. Si ces témoignages sont fictifs, leur matière ne l’est pas : les événements et les idées du peintre sont tirées de journaux, lettres, entretiens.


Chacun évoque une partie de la vie du peintre  (1863- 1944). Depuis les chocs affectifs et les deuils de l’enfance en passant par les chagrins du jeune homme amoureux pour arriver aux angoisses du peintre « maudit », toute la vie de Munch semble sous le signe du tableau « Le Cri ». Le dernier chapitre, celui porté par la voix de Cathrine qui parle en son nom propre évoque cette parenté entre l’écrivain et le peintre, une même sensibilité pour les écorchures et les deuils. Les blessures d'enfance (et le sous titre insite sur ce point) sont d'après Munch lui-même à la source de l'oeuvre.
Les œuvres sont évoquées au cours de ces épisodes comme autant d’étapes dans la construction d’un art sensible. Un cahier central illustre le propos avec des photos et des reproductions de tableaux, petites, mais qui donnent une idée de ce style et donneront envie d’aller y voir de plus près.

http://www.ecoledesloisirs.fr/index1.htm

http://www.arnaudcathrine.com/

Dans la même collection : Jacques Cartier, de Claire Ubac.

Les commentaires sont fermés.