Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les voyages forment la jeunesse, c’est bien connu...

genevievebrisac6.jpgAngleterre
Geneviève Brisac
Médium de L’Ecole des Loisirs, 2005

 

(par B. Longre)

Les parents d’Adélaïde décident de l’envoyer en séjour linguistique sans l’avoir consultée au préalable (pour des raisons d'abord obscures), la toute jeune fille est révoltée – et se plie malgré tout à l’autorité parentale… Quand elle arrive en Angleterre, elle va de surprises en déconvenues, portant un regard critique sur tout et sur tous – transformant ainsi certaines scènes au demeurant banales en une comédie très acide : la famille d’accueil en prend pour son grade, mais les Français qui l’accompagnent aussi.

L’expérience a des aspects cauchemardesques évidents et le sentiment de solitude d’Adélaïde (complexée vis-à-vis des autres filles du groupe) ne cesse de s’amplifier, l’incitant à écrire régulièrement à sa sœur charlotte (Javotte pour les intimes) restée au pays (et qui ne répond pas à ses lettres), et à entamer, en parallèle, un journal de bord plutôt original, grâce auquel elle tâche d’exorciser peurs et angoisses.

A vrai dire, ce roman sans mièvrerie n’a rien d’une agréable balade anglaise, mais décrit plutôt les affres d’une adolescente en construction, confrontée à un monde extérieur plus qu’hostile (en témoignent, entre autres, les très malsaines tentatives de séduction du père de la famille d’accueil…) – une idée que le séjour forcé en terra incognita renforce davantage encore – et, plus loin dans le roman, à la disparition d’un être cher.


Adélaïde saura néanmoins tirer quelques bénéfices de cet exil forcé – en prenant peu à peu confiance en elle, même si l’ensemble, conté de manière très réaliste, demeure sombre (peu de chances en tout cas que ce roman incite les lecteurs à partir en séjour linguistique… le titre pouvant les tenter au premier abord), un parti pris qu’atténue cependant l’humour sarcastique de la narratrice.

 

 

http://www.ecoledesloisirs.fr/index1.htm

Les commentaires sont fermés.