Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/06/1999

En perdition

tonto.jpgPhoenix, Arizona
Sherman Alexie

traduit de l'anglais par Michel Lederer

(titre original :
The lone-ranger and Tonto fist-fight in heaven)
Albin Michel, 1999 - Parution en 10/18 - 2002

 

(par B. Longre)

 

Ce recueil de nouvelles imbriquées les unes aux autres est un formidable témoignage de la vie dans une réserve indienne, située dans l'état de Washington, à l'extrême Nord-Ouest du pays. Des personnages s'y croisent, y évoluent de l'enfance à l'âge adulte, tous marqués par leur destinée indienne, empreinte de morosité rageuse. De chroniques humoristiques en récits pathétiques, la condition humaine des Indiens d'Amérique se révèle peu à peu, entre alcoolisme ravageur, chômage, désœuvrement, basketball et un attachement compulsif à des valeurs ancestrales, seul moyen de survie pour des hommes et des femmes tributaires des "blancs" - le comportement de ces derniers oscillant entre paternalisme libéral et racisme. Et c'est par une formule très simple que l'auteur résume la lutte désespérée de ses compatriotes, dans la nouvelle Imagining the reservation : "survie = colère + imagination. l'imagination est la seule arme dans la réserve."


Une imagination qui, à travers le talent de Sherman Alexie, permet à Thomas Builds-the-Fire, conteur et visionnaire paria, d'échapper au quotidien : des histoires fortement symboliques ou cocasses censées aider les Indiens qui veulent bien l'écouter à renouer avec leurs racines et une tradition orale parfois délaissée. D'autres figures messianiques jalonnent le recueil, comme le petit James, recueilli par Victor à la mort de ses parents, et qui énonce, à l'âge de sept ans, alors que la parole jaillit de lui pour la première fois : "La terre est notre grand-mère et la technologie est devenue notre mère et toutes deux se haïssent". D'autres, comme Jimmy Sixteen-and-one-half-horses transcendent leur désespoir par l'humour noir.

 

L'ensemble est une ode à un peuple en perdition, par un écrivain Indien (le terme qu'il revendique, refusant d'adopter celui de "Native-American" inventé par des blancs libéraux), un auteur prolifique de trente-quatre ans, aujourd'hui reconnu comme l'un des porte-paroles d'un peuple isolé dans une Amérique étrangère ; et la grande poésie qui se dégage de la prose de cet homme, qui a survécu grâce à l'écriture et à la littérature, alors que tant d'autres meurent toujours d'éthylisme, vaut à elle seule que l'on s'y attache.

 

 

Lire aussi Dix Petits indiens

http://www.albin-michel.fr/

http://www.fallsapart.com/

Les commentaires sont fermés.