Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Whisky avec l'accent belge

indvirg1V.jpg

Qui a peur de Virginia Woolf ?
Edward Albee - Mise en scène de Peter Van des Eede
Théâtre du Point du Jour, Lyon - Du 9 au 13 décembre 2008
autres dates

(par Nicolas Cavaillès)

Une nuit de fête, et deux couples. Des hommes ambitieux, des femmes meurtries, dont le même drame est soit consommé (les amers Martha et George) soit à venir (les naïfs Honey et Nick). L’alcool aidant, des failles apparaissent, des crises éclatent… Les secrets de polichinelle sont incendiés, les vérités douloureuses fouettées au sang – et l’on en rit ! Loin du film de Mike Nichols (1966, avec Liz Taylor et Richard Burton), Qui a peur de Virginia Woolf ? devient entre les mains de la compagnie belge « De KOE » une vaste déconnade vicieuse et jouissive, au centre de laquelle Natali Broods, qui joue Martha, est sensationnelle.

Malgré un final plus pesant, la pièce dédramatise largement l’œuvre originale et la dynamite, bégaiements et maladresses accentuées en belge corroborant la fragilité dans laquelle le texte est cruellement déversé : un chaos de bouteilles vides et de piles de revues branlantes encadré de néons frémissant, aux aguets. Ce qui démarre comme un excellent sketch, faisant la part belle à l’improvisation apparente et aux contacts avec le public, tourne tout de même bien au psychodrame prévu, consacrant la faiblesse d’une génération d’adultes pris entre des aînés divinisés (le père de Martha, directeur de l’Université, jette son ombre sur les deux hommes de la pièce) et une progéniture impossible – ou le désastre d’un monde sans enfants, où règne un seul vieillard autoritaire et étouffant. Des incursions musicales viennent ajouter au traumatisme en cours, et le spectacle s’allonge peut-être un peu trop, hachant son propos sans l’empêcher de se diluer, selon un rythme alcoolémique peu convaincant. Mais peut-être les longueurs de cette soirée folle et hargneuse sont-elles moins le fait de la mise en scène que du spectateur lui-même et de son malaise sadique face à l’inévitable déchéance des cœurs : devant un couple qui s’enguirlande, ne trouve-t-on pas toujours le temps désagréablement long ?

http://www.dekoe.be/F/011_home_D.php

Les commentaires sont fermés.