Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Tourments et apaisement

3saisons.jpgTrois saisons poétiques

Magda Carneci
Collection GRAPHITI

Editions PHI en coédition avec Les Ecrits des Forges, 2008

 

(par Jean-Pierre Longre)

 

Magda Carneci est historienne de l’art, essayiste, traductrice, membre du « Parlement Culturel Européen », directrice de l’Institut Culturel Roumain de Paris… Ses diverses responsabilités, sa participation active à la vie culturelle roumano-française n’occultent pas sa qualité de poète : Trois saisons poétiques, son dernier recueil, témoigne précisément de cette qualité.
Ecrits directement en français ou traduits du roumain par Odile Serre et Linda Maria Baros, les poèmes, qui mêlent la musique et l’espace au temps, sont ponctués de photographies (de l’auteur) illustrant les distorsions auxquelles sont soumises l’écriture et la quête de soi.

Et le mélange des formes esthétiques (le cerveau comme un « orgue fou » qui « déverse / ses cascades de visions et de sons ») effectué dans la violence, dans le « tourbillon frénétique du cosmos », dans la souffrance collective et individuelle (« mon corps était un alambic torturé »), ce mélange peut conduire à l’apaisement et à l’harmonie « inconcevable », au « son parfait, délicat / d’une plume d’oiseau qui tombe dans la poussière ».

L’univers se métamorphose en mère universelle, suscitant le désir de faire corps avec le monde et les rêves de voyages sidéraux destinés à « enlever le soleil », lieu de mort et de vie à la fois. Les ascensions vers les cimes, le besoin de transcendance passent par une mise en scène de soi dans un espace utérin et cosmique, enivrant et protecteur, multiple et unique. Se perdre dans le temps incertain, s’enfoncer dans les recoins fantastiques de l’univers, ce sont les risques de l’écriture poétique pleinement assumée. Mais ils valent la peine d’être courus, ces risques qui aboutissent à la vision d’un « moi » dédoublé : « Du miroir, Moi-même me regardait en souriant ». Et ce n’est pas un hasard si ce recueil tourmenté se clôt sur « Le paradis poétique », ultime poème voué à la perfection, après un cheminement terrible et apaisant.

http://www.phi.lu/

http://www.ecritsdesforges.com/

http://www.institut-roumain.org/

Les commentaires sont fermés.