Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un guide pour le présent, des pistes pour l’avenir

viartvercier3.jpgLa littérature française au présent.
Héritage, modernité, mutations

de Dominique Viart, Bruno Vercier
Bordas, 2005

 

(par Jean-Pierre Longre)

 

Comment éviter de se perdre dans le maquis (ou la jungle) de la littérature d’aujourd’hui ? Chaque « rentrée littéraire », selon un phénomène médiatique qui ne permet pas de faire le tri – sinon commercial – dans les centaines de parutions annuelles, y va de sa contribution à l’inflation générale. Un ouvrage comme celui que viennent de publier Dominique Viart et Bruno Vercier, deux spécialistes de la littérature française contemporaine, avec la collaboration de Franck Evrard pour ce qui concerne le théâtre, est d’une utilité incontestable.

Brossant un tableau détaillé qui couvre les vingt-cinq dernières années, il n’est ni un manuel – bien qu’il en ait la clarté – ni un essai – bien qu’il en ait la cohérence, mais tout cela à la fois.

Les deux grandes parties et leurs trois subdivisions respectives répondent à une organisation «problématique » et « générique » : le « renouvellement des questions » se subdivise en «écritures de soi », « écrire l’Histoire » et « écrire le monde » ; « L’évolution des genres, le conflit des esthétiques », après un chapitre de transition tentant d’identifier le statut de l’écriture littéraire de nos jours, aborde successivement les questions liées à la narration, à la poésie et au théâtre. Le tout est précédé d’une introduction qui, pour le coup, est un bel essai sur les origines, les tendances, les visées de la littérature d’aujourd’hui : réflexions de D. Viart sur la « postmodernité » (le concept est-il valide en littérature et en France ?), sur le retour du sujet et du récit, qui pose plus de questions qu’il n’en résout, sur l’héritage de « l’ère du soupçon » etc. ; point sociologique sur l’état actuel de la littérature, par B. Vercier, qui s’intéresse aux problèmes de l’édition et de la diffusion posés par les lois du marché, au foisonnement des prix, salons, foires, festivals du livre, ainsi qu’à l’avenir de la critique journalistique (revues, suppléments hebdomadaires, expansion des sites internet…).

Les cinq cents pages entrent dans le détail des auteurs, des œuvres, des tendances, en essayant de faire la part entre ce qui pénètre véritablement dans le champ littéraire et ce qui ne relève que d’un succès éphémère, entre les littératures dérangeantes, dans lesquelles on reconnaît le « souci de l’écriture », et les « littératures consentantes », qui vont dans le sens du vent. Certes – et les auteurs n’hésitent pas à le reconnaître – il peut y avoir des choix personnels laissant de côté des écrivains dont la subjectivité du lecteur (non exempte de cuistrerie) risque de déplorer l’absence ou la trop rapide mention (quelques mots sur François Weyergans ou sur Laurent Mauvignier suffisent-ils ?), ou faisant la part trop belle à certains autres (nous ne donnerons pas de noms) ; mais dans une telle somme, c’est inévitable.

Car l’essentiel est là. L’analyse est fournie, pertinente, laissant régulièrement la place à quelques morceaux choisis illustratifs ; la synthèse est logique, rassurante, donnant une vision globale des choses. Voilà un véritable guide, qui s’adresse aux étudiants, aux enseignants, et à tous les lecteurs qui veulent rester éclairés.

Dominique VIART est professeur de Littérature française contemporaine à l'Université Lille-III
Bruno VERCIER a enseigné la Littérature française à l'Université Paris-III Sorbonne Nouvelle.

http://www.editions-bordas.com/

Les commentaires sont fermés.