Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/12/2008

Pinocchio en liberté

pinocchio.jpgLa Petite Clé d'or ou Les aventures de Bouratino
Alexeï Tolstoi

Illustré par Sacha Poliakova et traduit par Natha Caputo
Gautier-Languereau, 2008

(par Anne-Marie Mercier)

Bouratino est une adaptation ou plutôt une réécriture russe de Pinocchio. Ecrite par Alexeï Tolstoi (ne pas confondre avec Léon, son cousin éloigné) en 1936, plusieurs fois édité en Français, elle est ici très bien traduite ; les dialogues y sont nombreux et savoureux. Tout est bellement illustré d’images farfelues et colorées.
Pinocchio ne reste pas chez Gepetto, mais est donné à Carlo, un homme encore plus pauvre que lui. On retrouve les épisodes de l’alphabet, du chat et du renard, de l’auberge… mais à cela s’ajoutent des aventures avec des marionnettes : un Pierrot poète, amoureux et pleureur, une demoiselle un peu précieuse qui cherche à éduquer les autres (un avatar de la fée bleue en plus tyrannique encore), un montreur de marionnettes tortionnaire, des chiens policiers terrifiants, des animaux des prés et des bois prêts à venir en aide aux poupées de bois persécutées… et une fin heureuse en forme de spectacle géant de marionnettes qui ouvre le livre sur le cirque : Pinocchio y reste de bois, mais bien vivant et toujours plein de fantaisie.

Les commentaires sont fermés.