Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/12/2008

New age et fantasy

noman.jpgNoman (Nobles guerriers, III)
de William Nicholson
traduit de l'anglais par Diane Ménard

Gallimard jeunesse, 2008

(par Anne-Marie Mercier)

Ce volume est le dernier de la nouvelle trilogie de William Nicholson, auteur du très inventif du Vent de feu, en trois volumes lui aussi. Moins novateur, ce cycle reste cependant intéressant et au-dessus de ce qu’on peut lire le plus souvent dans ce genre (fantasy). Ce dernier volume croise les destins des trois héros et reprend des fils tirés dès le premier volume : phrases entendues, visions, rêves, tout trouve son aboutissement et sa fin.


Essentiellement orienté par une réflexion sur les religions, leur origine, leur fonction sociale, leurs dangers, les sectes et le besoin de croire, ce volume n’est pas toujours très convaincant sur ce point et la pensée y apparaît souvent plus confuse que complexe.
Mais la série est malgré cela réussie par les personnages ambigus qui s’y côtoient et surtout par l’univers qu’elle propose. L’espace y est restreint comme sur un plateau de jeu, avec les mêmes lieux qui reviennent sans cesse : la prairie, la forêt, la montagne, la ville, la mer… Les êtres y vont et viennent, se manquent de peu, et finissent toujours par s’y retrouver.
Dans le même temps, le premier volume de la série, Seeker, paraît en poche.

Les commentaires sont fermés.