Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2008

L’obsession et l’obstination d’une mère

9782714444714.jpgAilleurs, plus loin

Amy Bloom

Traduit de l’anglais (U.S.A) par Michèle Lévy-Bram

Belfond, 2008

 

(par Jacques Chesnel)

 

Que faire lorsqu’une jeune mère juive russe apprend que sa fille est vivante quelque part en Sibérie alors qu’elle la croyait tuée avec toute sa famille lors d’un progrom en 1924 ?… tandis qu’elle a trouvé refuge à New York, s’y est établi et a recommencé à vivre. Partir illico, sans un sou vaillant, avec une carte de l’Ouest du continent nord-américain donnée par un amoureux et cousue dans son manteau, traverser le pays, des bas-fonds du Lower East Side jusqu’en Alaska et le détroit de Béring pour rejoindre la Sibérie orientale.


 

Tel est le point de départ de cette odyssée aux multiples épisodes et rebondissements, avec une galerie de personnages extravagants « à la Dickens » ; un voyage raconté par Amy Bloom, née en 1953, psychothérapeute vivant aujourd’hui dans le Connecticut, auteur de deux recueils de nouvelles dont Mauvais genre (éditions de l’Aube, 2003) et de deux romans dont ce premier traduit en français.

C’est d’une histoire légendaire connue en Alaska, celle de « la femme qui marchait vers la Sibérie », que l’auteur s’inspire, sur le thème de l’amour fililal, de l’émigration, du voyage, dans la veine du grand roman américain du siècle dernier à laquelle s’ajoute l’humour et l’esprit malicieux des contes yiddish dans un style à la fois classique, poétique et exubérant. « Les histoires qui n’ont pas été racontées sont bien plus fascinantes que les histoires connues » dit-on. Celle contée ici nous entraîne dans différents milieux avec un sens aigu de l’observation de la condition humaine, les grandes misères du petit peuple (l’appartement pouilleux, le lit qu’on partage tandis que sa cousine « Frieda dort dans la cuisine, sur deux sièges mis bout à bout, un truc à vous casser le dos »), le milieu du théâtre (ses deux amants, les Reuben père et fils), la prostitution (Gumdrop la pute noire et Spooky son souteneur), le flic veuf au grand cœur, la prison pour femmes et Fat Patty… Après cette longue traversée et moultes péripéties et embûches, sa fille non retrouvée, une nouvelle vie commence avec John…

Ce roman d’aventures rocambolesques, d’une écriture mêlant astucieusement simplicité et délire baroque, devrait contenter un large lectorat, vibrant à ce passionnant portrait de femme.

http://www.belfond.fr

Lire aussi
http://www.lalettrine.com/article-23243909.html

Les commentaires sont fermés.