Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2008

La vie en vers

1098029996.jpgTransatlantique
Daniel Labedan

Editions Les Carnets du Dessert de Lune, 2008

                            

(par Jean-Pierre Longre)

 

Au-delà des mers, dans les pays du Sud, les espaces naturels et urbains forment comme des toiles de fond pour courts-métrages et clichés saisissant la vie telle qu’elle est, sans fioritures ni arrangements esthétiques, au risque d’estomper les reliefs,

 

« comme la photo d’une maison

en lieu et place d’une vraie maison ».

 

Daniel Labedan fait de chaque poème une tranche d’existence, de la même manière qu’Apollinaire, par exemple, saisissait telle conversation, telle scène quotidienne et la transcrivait sous forme de poème.


Dans Transatlantique, pris sur le vif et découpé en vers, le réel, mâtiné d’exotisme cinématographique, est perçu sous toutes ses facettes : quotidienne, sociale, intime, économique, politique ; les scènes de la vie publique et privée, les faits divers et les gestes communs forment un puzzle dans lequel chacun peut retrouver son propre rapport au monde. Et chacun peut se retrouver en ce Lucien Quine qui, parmi d’autres silhouettes de passage, hante les pages, déambule, provoque, enquête, observateur lucide et sans concessions, acteur ambigu et envahissant, qui finit parfois par se confondre avec l’espace :

 

 « Je m’étends du nord au Sud

et de l’Est à l’Ouest ».

 

Ponctuant les textes, quelques photos discrètes d’anti-paysages en noir et blanc, réitérant la volontaire absence de pittoresque. Ici, la poésie ne naît pas de l’imaginaire, mais du stéréotype assumé et du quotidien disséqué, ce quotidien qui régit la vie et la mort.

 

http://www.dessertdelune.be/

 

http://labedan.blogspot.com/

Les commentaires sont fermés.