Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/10/2001

Conte cruel

chantdesgenies.jpgLe Chant des génies
Nacer Khémir

illustrations de Emre Orhun
Actes Sud Junior, 2001

(par B. Longre)

Un pauvre paysan sans terre, qui a "reçu de son père la pauvreté en héritage" rêve d'offrir à son fils unique une existence moins misérable que la sienne. Afin de s'enrichir, il franchit une frontière taboue, s'aventurant sur une terre broussailleuse qui appartient aux génies : il se l'approprie mais au lieu de le transformer en sauterelle ou en grenouille, les génies l'aident à défricher le champ, à le labourer et à le semer, le nombre de génies augmentant chaque jour davantage. Le paysan, assuré alors d'une excellente récolte, oublie de rester sur ses gardes en dépit des avertissements plein de bon sens de sa femme… c'est ainsi que la générosité trompeuse des génies se retourne brutalement contre lui et sa famille.


Les superbes illustrations d'Emre Orhun (à l'encre sur carte à gratter), sur fond de ciel chargé et de paysages dans une semi-pénombre, ajoutent à l'atmosphère inquiétante et sombre du récit et annoncent un dénouement qui, on s'en doute, sera terrible. Mais l'humour noir qui émane de l'histoire pathétique de ce pauvre paysan incapable d'assumer sa richesse à venir donnera beaucoup de plaisir au lecteur : une fable cynique fonctionnant comme une ritournelle qui quitterait soudain les rails bien tracés du récit pour s'achever de façon très cruelle... Une cruauté qui sert toutefois la morale de l'histoire et met en relief la noirceur des génies autant que celle de l'âme humaine, capable de sacrifier inconsciemment un enfant innocent par seul amour du gain.

Inspiré d'un conte du Sahel issu de la tradition orale, Le chant des génies a été mis en mots par Nacer Khémir, artiste aux multiples talents (conteur, calligraphe, cinéaste, peintre...) pour qui "un conte est un rayon de soleil qui jette sa lumière sur un jardin insoupçonné" et qui voit dans ces histoires le reflet d'une mémoire universelle, qui transcende toutes les différences entre les civilisations.

Les commentaires sont fermés.