Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Vies vécues, vies rêvées

phpThumb.jpgLa maison des temps rompus
Pascale Quiviger

Editions du Panama, 2008

                            

(par Jean-Pierre Longre)

 

La « maison des temps rompus » existe-t-elle ? Son « plus-que-jardin » grouillant d’animaux, d’arbres et de plantes souriants est-il bien accroché à la réalité du bord de mer ? Adrienne Chantre, l’ancienne propriétaire qui paraît toujours occuper les lieux est-elle une vraie, bonne et vieille femme, un fantôme, une fée, une sorcière ?

En tout cas, les temps sont vraiment rompus, dans ce récit lui aussi plein de ruptures, de retours et d’anticipations. Plutôt plusieurs récits, qui évoquent des existences féminines, celles d’Aurore et de Suzanne, de leurs filles respectives Lucie et Claire – noms lumineux voués aux promesses de bonheur et à la tragédie –, celle d’Odyssée, le bébé dramatiquement transformé en Ophélie…

Les hommes ne sont que de passage, jouent les utilités. Ce qui compte, ce sont les liens indéfectibles, comme naturels, de ces femmes entre elles, de ces femmes avec la vie donnée, la mort imposée, le bonheur cherché dans « le dedans du dehors » et « le dehors du dedans ».

Vies vécues, vies rêvées : le roman de Pascale Quiviger conte tout cela sans détours, ou avec les seuls détours de la poésie. Car ce qui fait la force, ici, des récits imbriqués, c’est l’écriture qui, elle-même, s’imbrique dans la narration, laissant entrevoir tout le poids des secrets enfouis au coeur des êtres.

 

http://www.editionsdupanama.com/

Les commentaires sont fermés.