Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les forêts dans les livres

omega.jpgOméga et l’ourse
Guillaume Guéraud, Beatrice Alemagna, Editions Panama, 2008

(par Madeline Roth)

Il y a quelque part dans les livres des forêts immenses à parcourir. Il faut parfois fermer les yeux, et mettre son pas dans les pas d’un autre : ici c’est Oméga qui emmène. Le jour, Oméga rêve à l’ourse, à sa fourrure brune et à ses yeux sombres. Le soir, elle l’observe sans bouger, le front collé à la vitre. Mais lorsque le froid arrive et que les bergers rentrent les moutons, l’ourse s’approche du village le ventre vide. Elle s’approche « si près que, dans ses yeux, flottait la nuit tout entière ». Alors, « simplement », Oméga saute dans les bras de l’ourse. Leur course à travers la forêt durera des secondes, ou des semaines, jusqu’à ce que...

Il fallait tout le talent de Guillaume Guéraud et de Beatrice Alemagna – pour la première fois réunis, dans cet album au format gigantesque – pour donner l’un des plus beaux livres de cet automne. Le texte à lui seul fait trembler, sensible et cruel. Chaque mot est pesé et dans le silence des pages pourrait presque s’engouffrer le vent. La forêt de Beatrice Alemagna (entre dessins, collages et photos) a cette couleur qu’ont souvent les rêves, lors de ces nuits bleues où l’on peut être, vivre et se faire peur, en serrant la réalité dans nos bras…

http://www.editionsdupanama.com/

(cet article est aussi paru dans Trottinette - décembre 2008)

Les commentaires sont fermés.