Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Une revue pour la nouvelle

arton2733.jpgBrèves, l'actualité de la nouvelle
revue trimestrielle, l'Atelier du Gué

(par Jean-Pierre Longre)

Combien de revues littéraires les vingt dernières années ont-elles vu naître pour rapidement disparaître ? Combien de publications sur la nouvelle, genre qui, paradoxalement, se " vend(ait) mal " mais envahi(ssai)t les pages ouvertes aux jeunes auteurs et fai(sai)t l'objet de multiples concours, dans des circuits parallèles à ceux des grandes maisons d'édition ?

Brèves, en toutes circonstances, maintient son cap obstiné. A l'Atelier du Gué, dans l'Aude, crue ou sécheresse, tempête ou calme plat, on a l'esprit de suite, on traverse coûte que coûte, et c'est tant mieux. Daniel et Martine Delors savent où ils vont. Ils ont su composer avec le temps, avec les modes, avec les obstacles techniques, administratifs et financiers (sûrement), humains (peut-être), sans faire de concessions aux lois du commerce. Et tout en ayant vocation à éditer des livres, ils continuent depuis 60 numéros à publier leur revue, qui mêle en toute harmonie dossiers et entretiens littéraires, auteurs consacrés ou inconnus, textes inédits, notes critiques, recensions et informations.

Voilà sans doute la publication la plus complète, la plus sérieuse et la moins prétentieuse de la famille. Courant le risque de la nouveauté (donc de l'erreur) mais demeurant dans les strictes limites du texte narratif court, elle a fait beaucoup pour la réhabilitation d'un genre qui, naguère boudé par le monde littéraire, retrouve depuis peu ses lettres de noblesse. Beaucoup plus en tout cas que les éditoriaux désolés des grands organes. Sans effets médiatiques, sans éclats démagogiques, Brèves nous donne à lire des écrivains souvent mal connus et qui gagnent à l'être mieux, des textes venus d'ailleurs ou de tout près, en langue française ou traduits, nous renseigne sur l'essentiel de la production actuelle ; et nous montre ainsi que la nouvelle, genre à part entière qui porte en germe ou en concentré les qualités essentielles de l'art littéraire, ne peut se faire connaître que par elle-même. Que demander de plus ? Peut-être que, arrivée au bel âge d'une séduisante jeunesse, la revue Brèves se fasse encore mieux apprécier du grand public. Nous tentons d'y contribuer.

Brèves
Atelier du Gué
11300 Villelongue d'Aude.

http://www.lekti-ecriture.com/editeurs/-Atelier-du-Gue-.html

Les commentaires sont fermés.