Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/11/2008

Guère littéraire

djacob.jpgLa Guerre littéraire
Didier Jacob
Ed. Héloïse d’Ormesson, 2008

(par Anne-Marie Mercier)

Sous titré « critique au bord de la crise de nerfs », ce texte est un texte de crise. Plutôt que d’une crise de la littérature, il est traité ici presque exclusivement d’une crise de sa médiatisation.
Auteurs paranos (il y a de quoi), critiques harcelés, prix truqués, bonnes pages de Match ou VSD… on est loin de la littérature elle-même. Les auteurs cités ne sont pas ceux auxquels on penserait comme sujet de l’écriture de notre temps mais plutôt ceux dont on parle (Angot, Beigbeder, BHL…).


Les rares auteurs qui ont leur place dans le très bref et très juste chapitre « admirations » sont Virginia Woolf, Pierre Michon ou Cormac Mc Carthy, qui ont le mérite de ne pas jouer « au grand jeu-concours qui est celui, sous tous ses aspects, de la vie intellectuelle actuelle, fringante, champanisable, commercialisée ».

Ces textes sont issus d’un blog écrit au jour le jour depuis 2004 par le chroniqueur du Nouvel Observateur et réagissent à l’ « actualité », réduite implicitement à celle des medias. Fallait il en faire un livre ? On en doute : c’est bien dommage de réduire la « vie intellectuelle » à ces manifestations fugitives et de se détourner ainsi (et sans doute de détourner les lecteurs) de la littérature qui s’écrit au profit de ce qu’on en montre. On comprend que le critique, réduit à ce rôle, soit en crise.

http://www.editions-heloisedormesson.com/

Les commentaires sont fermés.