Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/11/2008

Deux contes minuscules chinois

pince coeur.gif

Pince-cœur
d’après Guo Ju-Jing, illustrations de Selma Mandine
Mûres mûres

d’après Guo Ju-Jing, illustrations de Gaëlle Duhazé
HongFei Cultures (collection Cœur vaillant), 2008
A partir de 3 ans

 

 (par Myriam Gallot)

  

Hong Fei, « grand oiseau en vol », en chinois, est une toute jeune maison d’édition interculturelle qui cherche à « favoriser la rencontre des cultures européennes et extrême-orientales ». Parmi ses premières publications figurent deux « contes minuscules » à destination des tout-petits, adaptés de classiques chinois du XIIIème siècle.


Les deux histoires mettent en scène un petit animal (un lapin dans Pince-cœur, un panda roux dans Mûres mûres) qui quitte seul sa maison pour aller cueillir des mûres dans l’un, ramasser des carottes dans l’autre, et se retrouve confronté à l’adversité (un serpent, un loup). C’est l’altruisme qui sauve les deux héros et leur permet de retrouver la sécurité du foyer familial. Les morales simples et les caractères naïfs, renforcés par des illustrations cartoon dans Mûres mûres et très tendres dans Pince-cœur, devraient charmer les jeunes enfants.

 

Quant aux lecteurs plus âgés, ils pourront lire avec intérêt une succincte explication sur quelques idéogrammes chinois et les noms des personnages, à la fin de chaque conte. Ils y apprendront par exemple qu’en chinois, l’idéogramme signifiant « mettre en colère » est composé de deux caractères, « cœur » et « esclave », car quand quelqu’un est en colère, « on dit que son cœur a perdu sa qualité de maître ». Une belle leçon aussi pour les parents !

 

mûres mûres.gif

 

 

 

 

 

http://www.hongfei-cultures.com

Les commentaires sont fermés.