Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/10/2008

La francophonie vue du Québec… et d’ailleurs.

9782896490455PI.jpgPourquoi la Francophonie ?
Sous la direction de Louise Beaudoin et Stéphane Paquin

vlb éditeur, 2008

                            

(par Jean-Pierre Longre)

 

Louise Beaudoin et Stéphane Paquin, dans les domaines de la politique ou de l’enseignement, sont tous deux québécois, et l’on pouvait s’attendre à un ouvrage sur la Francophonie vue de leur pays – ce qui n’eût pas été choquant, au moment où s’y déroulait le Sommet de la Francophonie. C’est beaucoup plus que cela, puisque seuls deux des textes présentés ici (les deux derniers) fournissent des perspectives québécoises. Pour le reste, les contributions, qui émanent d’horizons divers, abordent des questions tant générales que spécifiques.


Personnalités issues du monde politique et culturel, les contributeurs n’éludent pas les problèmes, posés dès le titre, qu’Abdou Diouf, Secrétaire Général de la Francophonie, décompose en trois interrogations : pourquoi, pour quoi, pour qui ? C’est donc le passé, mais surtout le présent et l’avenir de ce vaste champ de réflexion qui sont ici les enjeux du débat. Notion complexe, la francophonie doit se situer face à l’hyperpuissance anglophone des USA et à la montée de la Chine, et doit évoluer avec la mondialisation. La France, le Québec, mais aussi l’Afrique ont un rôle déterminant à jouer, et les propositions ne manquent pas (traité de diversité linguistique, rôle de TV5, vraie vision politique internationale, mission de l’enseignement, union des pays de langues romanes, développement de la « troisième francophonie »…).

 

Les annexes du livre donnent des renseignements pratiques, ce qui n’est pas négligeable ; car il n’est pas toujours facile de s’y retrouver dans la grande structure de la Francophonie (à en examiner l’organigramme, on se dit que l’efficacité passerait volontiers par une simplification), dans les sigles mystérieux qu’elle recèle, et dans la liste des 68 Etats et gouvernements membres, associés ou observateurs.

 

Il ressort de cet ouvrage l’idée d’une « nouvelle mondialisation portée par la Francophonie », qui devrait s’épanouir dans toutes ses dimensions (linguistique, culturelle, économique, politique). Vœu pieux ? L’avenir le dira.

 

http://www.edvlb.com/

 

http://www.francophonie.org/

Les commentaires sont fermés.