Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Douze variations sur les blessures intimes

lbarrere3.jpgRescapés ordinaires

Laurence Barrère

D’un Noir si Bleu éditeur (collection Traverses)

 

(par Myriam Gallot)

  

Ils ne sont pas nombreux les éditeurs spécialisés dans la publication de nouvelles, et qui revendiquent les qualités de ce prétendu petit genre littéraire. Ceux qui laissent leur chance à de jeunes auteurs inconnus, n’ayant jamais publié de roman. D’un Noir si Bleu éditeur propose ainsi aux lecteurs qui aiment sortir des sentiers battus un recueil de nouvelles de Laurence Barrère qui mérite ce détour par les marges.

 

Rescapés ordinaires n’est pas une compilation d’histoires, mais un véritable recueil dans lequel douze nouvelles s’interrogent les unes les autres, un édifice traversé de signes et de connivences, mais aussi de tensions.

 

Les protagonistes – j’ose à peine dire « héros » - nous ressemblent, dans leur quotidien banal et exceptionnel en même temps, leurs vies émaillées de drames personnels, petits évènements à l’échelle du monde qui sont autant de naufrages. Vies comme toutes les vies, où ce qui paraît minuscule pour les autres est pour soi d’une importance capitale, vies qui s’apparentent parfois à la survie.

 

Tous sont saisis juste à un moment de basculement : rupture amoureuse, rencontre, décès, maternité, fin de vie professionnelle, entretien d’embauche, construction, destruction. Tous passent inaperçus, laissant tout juste dans leur sillage quelques proches et fréquentations. Tous semblent abandonnés à leur solitude, prêts à chavirer. Ils sont d’une certaine manière absents de leur propre existence, ou victimes de leur divagation, car « devant une réalité trop brutale, le cerveau élabore des stratégies de fuite dont la variété et l’ironie ne laissent pas de surprendre » (4ème de couverture).

 

Laurence Barrère sait s’emparer des menus accidents de la vie et les sortir de l’indifférence et de l’oubli auxquels ils semblent condamnés. Ses textes composent une mosaïque émouvante des hommes sans h majuscule, voués à la discrétion et à l’anonymat – un peu comme le genre de la nouvelle dont la forme modeste épouse parfaitement celle de ces destinées ordinaires.

 

http://www.dunnoirsibleu.com

Les commentaires sont fermés.