Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/01/2008

Entre lame et chair…

barbiere3.jpgLa barbière
de Caroline Lamarche et Charlotte Mollet
Les impressions nouvelles, 2007

(Par Caroline Scandale)

Erotisme et exigence littéraire sont les maîtres mots de ce conte pour adultes, diablement transgressif. Chez la Barbière, douleur et volupté s’entremêlent. Prêtresse en son salon, elle effleure la peau des hommes de sa lame affûtée. Elle rase comme on caresse. Les clients s’abandonnent. Commence alors un étrange rituel, entre lame et chair… Par leur sacrifice consenti, les clients de la Barbière font une offrande bien particulière au Grand Ob, maître de la cité et garant de la paix. Dans cette ville frôlant le chaos, pas un homme qui ne rêve de s’allonger sur son siège incliné. Assistée de Mira la narratrice, la Barbière exécute sans relâche les mêmes gestes, précis, doux et cruels à la fois.


Dans ce lieu de perdition, Mira épuise ses insomnies en souvenirs incestueux et en fantasmes cuisants. En rêves, la chair se fait gourmande. Dans son salon imaginaire, les corps se frôlent, les mains s’égarent, le désir nait… Sous les étoffes, les corps se tendent, les sens s’affolent… Mais au petit matin, le travail reprend, Cheveux, poils et sang. Le sol doit être propre…

La vie suit son cours jusqu’au jour où survient un étranger, Dragon. La passion dévorante de cet homme pour la Barbière désorganise le rituel et la paix s’en trouve menacée. La belle, sous l’emprise de ses sens, marche à sa perte avec une jouissive ferveur. Mira veut la sauver du sadique capitaine. Aidée de deux amants, elle élabore alors un plan douloureusement excitant afin de piéger l’homme. Attisant son désir, elle le mène vers la petite mort. Dragon se raidit dans un spasme mais il ne jouit pas, il agonise…

Un récit, aussi cruel que sensuel, né de la rencontre entre Caroline Lamarche, romancière et nouvelliste, et Charlotte Mollet, passée audacieusement de l’illustration jeunesse aux dessins pour adultes. A la croisée de l’érotisme évocateur et du surréalisme onirique, La Barbière se contemple autant qu’il se lit.

http://www.lesimpressionsnouvelles.com/

Commentaires

Merci pour votre texte qui me touche, d'autant que bientôt, une version de la barbière figurera sans mes images...eh oui, l'allié de Dragon, Mr Marketing l'a voulu ainsi! Bien à vous, Charlotte Mollet

Écrit par : Mollet | 13/07/2013

Les commentaires sont fermés.