Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/01/2008

De l’introduction des Nursery rhymes dans la culture française

goose3.jpgComptines de ma mère l’oie/ Mothergoose. The old nursery rhymes
Bilingue (traduction de l’anglais de Françoise Morvan)
Chantées par Susie Morgenstern et Isa Fleur
Illustré par A. Rackham
Actes Sud Junior, 2007

 

(par Anne-Marie Mercier)

 

Ce très joli livre accompagné d’un CD part d’une belle idée : donner aux enfants français un accès aux Nursery Rhymes, grand classique des comptines anglaises, en leur en proposant une version en langue originale et en traduction française. Se faisant face sur le livre, les deux versions s’entrelacent dans les chants, ce qui facilite l’accès aux paroles et à la musique. On y trouve de grands classiques : Hickory, Dickory, dock, Ring-a-ring-a-roses, Black sheep… la traduction de Françoise Morvan se donne assez de liberté pour rechercher la musicalité, les rimes et le rythme tout en gardant une certaine fantaisie. Ses choix ont de beaux effets et l’ensemble est charmant.



Le seul problème vient de cette qualité même : cette douceur masque les aspérités de l’original dans lequel les airs légers cachent des traits typiques de la littérature enfantine des Anglais, bien différente de la nôtre. Est-ce le souci d’une adaptation au goût français qui a justifié l’adoucissement des traits les plus saillants de ces poèmes : inquiétude, cruauté, absurdité ? ainsi le fameux poème Lady birdLady bird, lady bird, fly away home : your house is on fire, your children are gone,… ») dans la version française n’a plus rien d’inquiétant et se rapproche des paroles suaves qui accompagnent traditionnellement l’envol d’une coccinelle ; ou bien est-ce une certaine idée de ce qui convient aux enfants, une certaine représentation de l’enfance ?


Les chanteuses, dont l’écrivain Susie Morgenstern (qui donne dans la préface un récit intéressant de l’histoire de cette commande de l’éditeur) interprètent les chansons avec des voix très différentes, l’une expressive et amusée, l’autre plus conventionnelle et douce. L’orchestration, adaptée à chacune des comptines, tantôt très attendue dans ce genre (flûtes), tantôt plus inventive, affiche la même volonté de ne pas heurter tout en gardant un espace de liberté.

 

Les illustrations de Rackham faites pour le recueil original d’où sont tirées les comptines, sont merveilleuses, aussi bien dans le mignon que dans le grotesque et font souvent coexister les deux dans un même dessin. On y retrouve ainsi l’esprit même des textes.
Le format (15x21), petit et maniable sans être minuscule, laisse assez d’espace pour une belle mise en page des textes et un beau travail sur la couleur. Le livre comme le CD sont deux beaux objets à l’élaboration soignée, pour une approche à la fois culturelle et facile, qui montre bien la difficulté de l’adaptation de ce type de comptines, dérangeantes pour les Français.

 

http://www.actes-sud-junior.fr/

Les commentaires sont fermés.