Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/10/2008

Gus, un enfant d'aujourd'hui

gus.jpgLe petit Gus
Claudine Desmarteau
Panama, 2008

A partir de 9 ans

 

(Par Catherine Gentile)

 

Le 29 mars 1959, la première histoire du Petit Nicolas paraît dans Sud-Ouest dimanche et conquiert rapidement les faveurs du public. Aujourd’hui ce personnage et ses copains font toujours rire les enfants et les grands, malgré leur ancrage dans les années soixante, il y a donc bien longtemps …

Le 28 août 2008, Le petit Gus (dédié à René Goscinny et à Jean-Jacques Sempé) paraît au Panama, imaginé, écrit et dessiné par Claudine Desmarteau qui fait preuve d’une belle énergie et d’une langue drôle et inventive. Espérons qu’il aura une aussi belle longévité !

 

Gus, notre narrateur, c’est donc Gustave, « tout ça parce que les vieux prénoms moches étaient à la mode le jour où je suis né. » Il a dix ans, un père qui perd ses cheveux, une mère petite et brune, qui fait un régime, une grande sœur de 14 ans, Delphine, qui écoute Nirvana en boucle sur son i-Pod, un plus grand frère, Romain, 17 ans, qui porte des pantalons trop horribles complètement collés aux mollets, mais qui sont « style » d’après lui (prononcer « style » comme dans « ail »), trois grands-parents (parce que l’une de ses grands-mères est « dessoudée » !), et une chatte, Monica, (à cause de Monica Belluchi) qui attend des chatons. Gus va à l’école, il est en CM2 avec Arthur, Victor, Aboubakar, Romane, Sofiane, Ahmed, Rachid, Guondo, Alice, Jamila et Ryan. Pas en avance, le Ryan : 13 ans, 80 kg, qui « traverse toujours la cour de l’école comme un taureau sans regarder en dessous de lui si un humain croise sa route ».


C’est donc son petit monde que Gus nous raconte, par petites tranches de vie, d’un ton alerte et avec son regard d’enfant d’aujourd’hui. Il nous dit son émotion quand Monica accouche, les conversations débiles que Romain a avec ses copains sur MSN, son indignation parce qu’il n’a même pas de télé dans sa chambre, alors que ses copains en ont une, eux, les disputes à la maison, quand par exemple Romain ramène une note à un seul chiffre, les repas de famille, les émissions sur le réchauffement climatique, les discussions sur la société de consommation et ses bonnes résolutions (sauf pour Noël où il lui faut tout de même la nouvelle console de jeux, sinon il meurt …), les parties de rigolade à l’école, la maîtresse, l’ordinateur qu’il faut partager à la maison …

 

La narration de Claudine Desmarteau est piquante, toujours inventive, drôle, ponctuée de dessins pleins d’humour et de vie. Son Gustave est un garçon attachant, qui se pose de vraies questions, vit de réelles contradictions et qui s’inscrit parfaitement dans son époque, comme le Petit Nicolas était un enfant des années cinquante.

Un réel plaisir de lecture !

 

Claudine Desmarteau vient également de publier au Panama toujours un album très intéressant : Mes années 70, une autobiographie en petites touches, tout en images et en humour, qui s’adresse aux enfants d’aujourd’hui comme à leurs parents. Une autobiographie « collective » presque, puisqu’elle évoque surtout l’époque, les modes, les mouvements, la musique de ces années-là. A ne pas rater.

 

http://www.desmarteau.fr/index.html

 

http://www.editionsdupanama.com/

Les commentaires sont fermés.