Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/09/2008

Tragédie historique, tragédie humaine

dgeorget3.jpgUne passion hongroise
Danièle Georget

Plon, 2008

(Par Jean-Pierre Longre)

Les murs sont tombés, les frontières se sont ouvertes, mais on n’a pas oublié les sanglantes tentatives de libération du passé, notamment celle du peuple hongrois en 1956. Danièle Georget, qui après Goodbye Mister President (Plon, 2007) semble se plaire dans le roman historique, s’appuie sur ces événements pour raconter à la fois l’histoire collective et une histoire individuelle – les deux ayant pour point d’intersection la passion et la violence.


Reporter à Paris-Match, François Roccapietra (dit Rocca), part avec deux collègues pour Budapest, afin de couvrir cette révolution qui semble tourner à l’avantage des insurgés – et cela malgré les réticences effrayées de sa jeune et fragile épouse. Il y rencontre Anna, photographe américaine d’origine hongroise, venue là pour les mêmes raisons, et pour y retrouver ses souvenirs perdus. Coup de foudre plutôt inattendu, au milieu de la liesse générale puis du dramatique retournement de situation, qui sera fatal. N’en disons pas plus sur le destin de ces personnages – sachant que Rocca, ainsi que plusieurs autres, a réellement existé, sous un autre nom, et est resté statufié dans l’histoire de la Hongrie.

Vrai roman à lire sans répit, Une passion hongroise fait remonter à la mémoire quelques journées sanglantes de l’histoire européenne, et tisse en même temps les destins personnels : non seulement ceux des protagonistes, mais aussi ceux des tout jeunes combattants qui se dressèrent contre les chars soviétiques, dans l’innocence et l’inconscience de leur enthousiasme. L’histoire d’amour est bien celle, l’un pour l’autre, de François et d’Anna, mais c’est en même temps celle de tous les êtres pour la liberté, avec ce que cela implique de bonheur, d’illusion et de malheur.

http://www.plon.fr/

Les commentaires sont fermés.