Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Miradors de l’abîme

hbadescu3.jpgMiradors de l’abîme
de Horia Badescu

L’Arbre à paroles, collection Résidences, 2007

 (par Jean-Pierre Longre)

Pour Horia Badescu, personnalité du monde culturel et diplomatique franco-roumain, le français est une « langue bien aimée », « fascinante », « pas plus poétique que la mienne mais magnifiquement autre ». C’est ainsi, dit-il dans la revue Arpa, en juin 2007, qu’il veut « voir si l’imaginaire poétique roumain, mon imaginaire peut s’exprimer pleinement par les outils du français, tout en restant lui-même ou, parfois, en forçant la structure du français à s’y adapter, comme l’a si bien fait, par exemple, Cioran. »

Auteur de nombreux écrits de tout genre en roumain (essai, roman, poésie, critique), il a opté pour le français dans la composition de deux recueils poétiques récents publiés aux éditions L’Arbre à paroles : Un jour entier et Miradors de l’abîme. Ce dernier comprend des poèmes brefs et denses, laconiques et percutants, n’échappant pas aux questionnements existentiels et à la tonalité tragique des précédents. Et la langue française, élue langue poétique, donne une coloration particulière à une poésie qui n’est jamais sûre d’elle-même :

Clopin-clopant,
des jours et des semaines,
clopin-clopant
sur trois pieds,
tant de jours et de semaines
sur trois pieds
si Dieu le veut,
voûté sur la terre
qui l’attend,
apprenant sa langue
jour après jour ;
clopin-clopant
sir trois pieds
point d’interrogation
à la vie,
à la mort.

hbadescu1.jpgLes mots sont « chemins de vie vers la mort », jusqu’à ce qu’il n’y ait « plus rien à dire / dans la maison du silence », sachant que se « se taire / c’est dire le tout ». Ecrits dans une langue seconde mais parfaitement maîtrisée, les vers, malgré tout, avouent les doutes et les errances jusqu’au vide. Les poèmes de Horia Badescu pèsent le poids de la parole, posent les questions du monde, de l’homme, de la nature et deviennent, au fil des pages, des lieux d’observation de la profondeur universelle, gardiens du temps et de l’inconnu, vrais « miradors de l’abîme ».

L'auteur a publié deux autres recueils écrits en français: Les syllogismes du chemin (l'Arbre à paroles,2000) et Abattoirs du silence (AB-éditions, 2001)

http://www.maisondelapoesie.com/

 

Les commentaires sont fermés.