Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

En écho

88715971.jpg289687767.jpgRendez-vous sur le lac
Cathy Ytak
La cabane sur le chien, mars 2008

Rien que ta peau

Cathy Ytak

D’une seule voix, Actes Sud Junior, octobre 2008

 

(par Madeline Roth)

 

Mises côte à côte, les deux couvertures ont presque le même vert, et puis les mains qui se touchent… Les deux derniers romans de Cathy Ytak se ressemblent étrangement, et même si le premier est une réédition d’un roman paru en 2003 chez J’ai lu, ces deux textes semblent se suivre, étrangement, et se répondre même, parfois.

 

En simplifiant, les deux récits racontent une histoire d’amour au bord d’un lac de montagne. Ensuite, tout est évidemment plus compliqué que cela. Dans Rendez-vous sur le lac, Marion a quinze ans. Elle vit dans une ferme isolée, attendant de quitter le lycée le week-end pour se réfugier en forêt. Elle se moque pas mal d’être cette fille franche et taiseuse qui ne se reconnait pas dans les caprices de son amie Aurélie. Et quand Clément arrive dans sa vie, elle découvre qu’elle peut partager avec lui sa passion pour la nature, le nom des fleurs et des oiseaux que lui apprend encore sa grand-mère.

Il y a un peu plus d’un an, Cathy Ytak (Les murs bleus, Syros, 2006) regrettait que si la sexualité était de plus en plus présente dans les livres jeunesse, elle l’était surtout pour dénoncer des abus. S’il est nécessaire d’aborder ces sujets, elle regrettait qu’on parle toujours très peu de plaisir. « J’ai envie, dans mes prochains livres, de parler du corps en tant qu’instrument de plaisir. Ce plaisir-là n’a pas besoin de normes pour exister, mais il a besoin de liberté pour s’épanouir ».

 

Rien que ta peau s’adresse à des lecteurs un peu plus âgés. Et leur parle de plaisir. Le texte prend place dans la collection D’une seule voix, monologue intérieur très court d’une jeune fille, Louvine, qui vit sa première histoire d’amour. Ludivine est une jeune fille lente, obsédée par les couleurs. On la dit immature, voire idiote. Ses parents se désespèrent, se déchirent même. Mais Ludivine a l’âge d’aimer, et elle a un corps, des désirs, et si elle aime Mathis, elle veut qu’ils fassent l’amour. C’est sa décision. Elle ne comprend pas qu’on puisse lui demander ensuite si elle était « consentante ».

 

Le récit commence très vite, au moment où Louvine et Mathis entendent le bruit des voix au loin, des gens qui marchent sur la berge. Les deux adolescents viennent de faire l’amour sur le lac gelé mais ceux qui arrivent vont tout saccager.

 

Dans ces deux romans, et même si la construction est très différente (Rien que ta peau est très court, texte uppercut, qui ne reprend pas son souffle), il y a le lac gelé et l’omniprésence de la nature. Marion et Louvine sont deux filles fortes qui portent sans doute en elles la rudesse des paysages qu’elles habitent. Cathy Ytak sait faire du décor un personnage à part entière, une montagne où résistent encore contre les villes des envies, des personnalités différentes et des choix assumés. Et elle a le talent, dans Rendez-vous sur le lac, d’aborder l’altersexualité sans que ce soit le thème central du roman. Cathy Ytak dit qu’elle souhaite, dans ses livres, que la sexualité puisse être joyeuse, libérée, porteuse de bonheur et de plaisir. « En un mot : déculpabilisée ». S’il est évident que la montagne, le lac, les paysages et la force de cette nature lient ces amoureux entre eux et leur donnent une épaisseur rare, ces deux textes disent l’amour d’une façon réjouissante, rarement lue.

 

http://www.actes-sud-junior.fr/

 

http://www.lacabanesurlechien.com/

Les commentaires sont fermés.