Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/09/2008

Vilains moutons

vilainsmoutons.jpgVilains moutons
Katja Lange-Müller

traduit de l’allemand par Barbara Fontaine
Editions Laurence Teper, 2008

 

(par Myriam Gallot)

 

Succès éditorial en Allemagne (35 000 exemplaires vendus), Vilains moutons est le récit à la première personne d’une histoire d’amour vécue par une Berlinoise de l’Est, Soja, passée à l’Ouest dans les années 80. Sous la forme d’une lettre écrite à l’être aimé, Harry, un junkie qu’elle a rencontré alors qu’il sortait de prison, elle revient sur leur relation, de ses débuts improbables à sa fin prévisible, dans une stricte chronologie narrative. Elle s’appuie sur ses propres souvenirs et un cahier que remplissait Harry, dont elle ignorait l’existence du temps de leur relation, et duquel Soja est totalement absente : désir de la protéger ou indifférence ? Les doutes subsistent, et le mystère de cet homme ne sera pas levé. Roman de la complexité amoureuse, Vilains moutons est un monologue parfois bavard parfois intrigant, qui souffre d’une écriture sèche et inexpressive. Oscillant entre réinterprétation du passé et chant d’amour, sans parvenir à être tout à fait convaincant ni réellement émouvant, ce récit se révèle finalement plutôt fade, et souffre mal la comparaison avec l’excellent Il faut qu’on parle de Kevin de Lionel Shriver, lui aussi roman épistolaire monodique de fin d’amour.

 

http://www.editionslaurenceteper.com

Les commentaires sont fermés.