Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Au rendez-vous de la musique, de la poésie et du dessin

gbrassens3.jpgGeorges Brassens
de José Corréa

Nocturne BD, 2008

 

(par Jean-Pierre Longre)

 

Illustrateur, affichiste, portraitiste, José Corréa, un an après l’avoir fait pour Léo Ferré, consacre son fin talent d’aquarelliste à Georges Brassens ; et le rendez-vous vaut le coup.


Plus de vingt pages où, de l’enfance à la maturité, l’ami Georges apparaît sous toutes ses facettes : timide et malicieux, pensif et rieur, nostalgique et attentif, gouailleur et crispé, amical et bourru… Toujours lui, jamais le même, et il suffit d’une courbe de plus ou de moins, d’un trait d’ombre ou de lumière soigneusement placé pour faire apparaître les changements. Autour de lui, avec lui, ses parents, ses amis de l’impasse Florimont, la Jeanne et les autres, sa discrète compagne Püppchen, Pierre Nicolas à la contrebasse, Joël Favreau à la guitare, le jazz qui résonne en lui et dans ses mélodies, les poètes qui lui prêtent leurs mots ; et les repères qui jalonnent sa vie et sa personnalité : la plage de Sète, Paris, la moustache, la pipe, la guitare, un chat. Le scénario est beau, et beaux sont les portraits, avec lesquels dialoguent des extraits bien sentis de quelques chansons.

Au rendez- vous encore, par Martin Pénet, une biographie et une discographie détaillées, qui courent jusqu’en 1959 : des premiers balbutiements aux années de succès, des petites scènes de cabarets à l’Olympia. Et en prime – forcément, car que serait Brassens sans ses chansons ? de même, que serait la chanson sans Brassens ? – deux CD reprenant l’intégralité des titres enregistrés entre 1952 et 1957 et permettant de réentendre les plus connus, mais aussi de (re)découvrir quelques perles oubliées, dont Maman, papa, chanson composée en 1943 au camp de Basdorf et enregistrée le 15 février 1953 avec Patachou, à qui il doit tant.

Certes, dira-t-on, voilà encore un ouvrage sur Brassens ; mais ce n’est pas un simple livre : c’est un moment de complétude, un rendez-vous à ne pas manquer, pour le plaisir des yeux, de l’esprit, de l’oreille.

 

 

http://www.nocturne.fr/bds.cfm

Les commentaires sont fermés.