Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/07/2007

Un ange passe

soeurdelange3.jpgLa Sœur de l’Ange n°5
(Printemps 2007)
Dossier « À quoi bon résister ? »

Le Grand Souffle

 

(par Frédéric Saenen)  

 

Force est de constater que, dans le paysage revuistique français contemporain, La Sœur de l’Ange occupe une place à part. Après une absence dont la durée se faisait presque inquiétante, la voici de retour, sous l’égide des non moins atypiques éditions Le Grand Souffle. Un peu plus fine – on se souviendra des précédentes livraisons qui flirtaient volontiers avec les 400 pages ! –, la publication gagne en élégance tout en conservant son format et sa présentation soignée. Passé l’agréable tâtonnement de cet objet, que certains jugeront peut-être trop sophistiqué à leur goût, immergeons-nous dans le foisonnement des regards, des orientations et des figures qui surgissent au détour de chaque article.


Ce numéro 5 ne déroge pas à la tradition de fonder sa réflexion sur un provocant « À quoi bon… ? », et cette fois c’est la notion de résistance que les nombreux contributeurs ont dû approcher, frontalement ou par la bande. Résumer La Sœur de l’Ange ? Et pourquoi pas la plumer tant qu’on y est ? Non, il s’agit plutôt de la suivre, en confiance, le long des ornières du possible jusqu’au seuil de la Porte des Humbles. Le parcours est semé de poèmes (notamment les traductions proposées d’un texte où Thoreau interpelle les lignes télégraphiques), de bouteilles rejetées par la mer (l’estomacante lettre ouverte à l’Abbé Pierre de Rosa Cochet-Neumann), d’échappées belles vers le Japon ou un ring de boxe. On y croise Beckett, Artaud, Depestre, Daumal, en goguette entre feu et néant. On se quitte sur La demande officielle pour obtenir l’autorisation d’être sur toutes les listes noires qu’Armand Robin eut le culot suprême d’adresser en 1946 aux membres du Comité d’Épuration pour les Lettres.

 

Qui pense aujourd’hui à resservir de tels morceaux de choix ? Qui prétend encore donner à lire ? Qui prend le pari de mener le Grand Jeu de la littérature, de la philosophie, de la politique, de la matière et de l’esprit mêlés ? Quelques intrépides qui se refusent à ne répondre au désenchantement du monde qu’en haussant les épaules. Vous savez désormais où les trouver…

 

 

http://www.legrandsouffle.com/

Les commentaires sont fermés.