Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2006

Adapter / rapprocher ?

honaker3.jpgOdyssée
tome II, Les naufragés de Poséidon

Michel Honaker
Flammarion, 2006

(par Anne-Marie Mercier)

L’Odyssée, adaptée par un auteur à succès comme Michel Honaker, devait être un bon moyen pour faire goûter une œuvre qui n’est plus beaucoup lue par les jeunes lecteurs (encore que les programmes de français de 6e la recommandent comme l’un des textes «fondateurs » dont l’étude est recommandée). Michel Honaker écrit bien, il manie même avec naturel les épithètes homériques, et certaines pages ont du souffle.


Dans ce volume, Ulysse est aux prises avec les cicones, les lotophages, les cyclopes… tandis que Pénélope défie les prétendants. Comme dans le texte d’Homère, les aventures de Télémaque alternent avec celles de son père. Mais Télémaque a un rôle plus actif et est plus présent que dans le récit d’Homère, on lui attribue des aventures (vécues par d’autres chez Homère) et des amours (les princesses ne sont pas farouches dans cette Odyssée). Honaker a sans doute voulu (comme son prédécesseur Fénelon) accrocher le jeune lecteur par un personnage plus proche de lui et de ses préoccupations. Il a aussi sans doute voulu simplifier le récit en pratiquant une narration toute entière assumée par un narrateur extérieur, alors que de nombreux passages de l’Odyssée (et notamment les plus inventifs) sont faits à la première personne.

Sans doute, pour apprécier ce livre faudrait-il ne pas connaître le texte d’origine (auquel rien ne réfère ; certes, on est dans le tome II, mais c’est tout de même curieux). Mais même en ce cas, il resterait une certaine gêne, due à l’impression qu’on est davantage face à un récit d’aventures teintées de « fantastique » quand les dieux s’en mêlent que face à une épopée. Les sentiments des personnages les rendent proches de nous, mais un peu trop, de même que les rapports qui les unissent et les propos qu’ils tiennent.
Adapter signifie-t-il forcément rapprocher ? Faut-il que l’Odyssée ressemble à d’autres textes, contemporains cette fois, pour être lue ? Ce texte donnera une assez bonne idée des événements de l’Odyssée, dans une version bien écrite et souvent enlevée, mais sans en donner véritablement l’esprit. Sans doute n’était-ce pas le but principal.

Les commentaires sont fermés.