Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Dix-sept reflets d'un pays aux mille visages

17japon3.jpgLe Japon vu par 17 auteurs
ligne éditoriale Frédéric Boilet et Masanao Amano
Casterman, Ecritures, 2005

 

(par B. Longre)

 

La pluralité est de rigueur dans cet ouvrage collectif séduisant, qui réunit dix-sept auteurs, dont neuf francophones (invités en résidence dans divers endroits du pays, deux semaines durant) et huit Japonais ou résidents au Japon. Chacun d'entre eux a accepté de composer une histoire inédite en noir et blanc, des planches qui tiennent, pour certaines, de l'autobiographie, et pour d'autres du reportage ou de la fiction, l'unique contrainte étant celle du lieu, fil conducteur qui se subdivise en une multiplicité d'atmosphères et de récits bien différents. Quant aux illustrations, toutes les mouvances graphiques se sont données rendez-vous dans cet ouvrage, de la plus classique à la plus dissonante. Nécessairement éclectique, donc (les auteurs ne s'étant nullement concertés), cet album de plus de 250 pages nous conduit sur diverses routes, souvent imprévisibles, et forme un bel ensemble de visions croisées ou divergentes, qui ne prétendent pas à l'exhaustivité, mais qui sont simplement le reflet de points de vue subjectifs, qui parfois mettent en relief quelques préjugés mutuels - tout en soulignant cependant l'idée d'une fascination mutuelle entre deux cultures, un lien déjà naissant au XIXe siècle (en particulier à l'ère Meiji, quand le Japon s'ouvrit sur l'occident) dans les milieux littéraires japonais.

Parmi les Japonais, on retrouve immanquablement Jirô Tanigushi (Ciel d'été) mais aussi Daisuké Igarashi (La fête des chevaux-grelots, un beau récit entre rêve et réalité), Kan Takahama (Au bord de la mer, une nostalgique promenade) ou Moyoko Anno (Le chant des grillons, évocation quasi muette et épurée d'un monde révolu). Du côté français, on pourra admirer le travail d'Etienne Davodeau (auteur, entre autres, de Rural ! et des Mauvaises gens), de Frédéric Boilet (installé au japon depuis plus de dix ans et que l'on connaît entre autres pour ses ouvrages réalisés avec Benoît Peeters), ou de Joann Sfar (qui signe une visite guidée joyeusement corrosive, Le Tôkyô de Oualtérou - un ami français installé au Japon, champion de la synthèse - très schématique - des caractéristiques et idiosyncrasies nippones...). On appréciera aussi l'originalité graphique d'Emmanuel Guibert (Shin.Ichi), le reportage / brochure touristique effectué par le couple Schuiten-Peeters (Osaka 2034), ou le très enlevé Je peux mourir maintenant d'Aurelia Aurita, une succession de vignettes brouillonnes relatant de cocasses aventures.

Paru en novembre 2005 en France, aux Pays-Bas (Casterman) et en Espagne (Ponent Mon), l'album est paru aujourd'hui au Japon chez Asukashinsha. Il paraîtra au Royaume-Uni et aux États-Unis (Fanfare / Ponent Mon) en janvier 2006, puis en Italie (Coconino Press) début 2006.

 

Auteurs
Moyoko Anno, Aurélia Aurita, Frédéric Boilet, Nicolas de Crécy, Étienne Davodeau, Little Fish, Emmanuel Guibert, Kazuichi Hanawa, Daisuké Igarashi, Taiyô Matsumoto, Fabrice Neaud, Benoît Peeters, David Prudhomme, François Schuiten, Joann Sfar, Kan Takahama, Jirô Taniguchi.

 

http://www.casterman.com

 

http://www.etiennedavodeau.com

 

http://www.pastis.org/joann

 

http://www.boilet.net

Les commentaires sont fermés.