Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Petite Anthologie du mystérieux

    mysterieuxdelits3.jpgMystérieux Délits
    L'Ecole des loisirs, 2003 - collection Médium

    (par B. Longre)

    Six nouvelles "policières" de facture plutôt classique composent cette anthologie du mystérieux, dans laquelle les Anglo-saxons dominent : les Américains Lilian Jackson Braun, bien connue pour ses chats détectives, Fredric Brown, auteur prolifique, mort en 1972, et John Dickson Carr, que l'on ne présente plus ; les trois autres récits sont signés Peter Lovesey (auteur britannique dont le fils, Phil Lovesey, suit fidèlement les traces) et deux français : Paul Halter (un Alsacien...), dont l'oeuvre est influencée par Carr, et Michel Lebrun, "le pape du polar", qui livre ici une fable absurde assez réussie.
    Christian Poslaniec, l'anthologiste, explique ses choix (dans une introduction destinée à des lecteurs un peu aguerris au genre) et redéfinit brièvement les caractéristiques du genre policier, une veine qui, peu à peu, quitte le monde de la "paralittérature" pour entrer dans celui de la "véritable" littérature, contredisant ainsi les puristes. Charles Poslaniec a opté pour des nouvelles semi-fantastiques, dont le dénouement est généralement suspendu, en point d'interrogation ; la plupart des intrigues sont habiles et les solutions proposées retorses, souvent imprévisibles.

    Lire la suite

  • Rencontre du troisième type entre Québec et France

    cinequebec3.jpgMission 2003 accomplie pour la SODEC, organe de promotion du cinéma québécois. Une dizaine de longs-métrages maison, projetés à Paris comme une sonde spatiale, ont attiré un public nombreux, déjà en train de scruter le ciel pour le prochain envoi annuel de bobines. Deux de ces films ont même emballé les distributeurs ! Le Neg’, un polar rural sur fond de racisme, tentera une carrière française au début 2004. Puis, le 17 mars prochain, est prévue une sortie nationale de La Grande Séduction, une comédie réaliste sociale gentillette, portée par Benoît Brière, Bruno Blanchet et Lucie Laurier… des acteurs à découvrir !

     

    (par François Cavaillès)

    Les hallucinations se sont répétées du 3 au 9 décembre, place Clichy. Né en 1997, « Cinéma du Québec » a pris cette année l’air d’une soucoupe volante amicale, à l’accent irrésistible, même sous-titré. Agréable bouffée d’énergie dépaysante, remède réconfortant contre le cynisme et les prises de tête, le film québécois est souvent mâtiné de bons sentiments. En la matière, la palme revient à Séraphin, un homme et son péché, superbe adaptation d’un classique de la littérature nationale.

    Lire la suite

  • Leçon d’humanisme

    charlesmasson3.jpgSoupe froide
    Charles Masson

    Casterman, Écritures, 2003

    (par B. Longre)

    Quand frappe l'hiver, on a tous quelques pensées fugaces pour les plus démunis ; les journaux et les radios se chargent de nous le rappeler et entonnent une litanie (c'est la faute à la froidure...) qui, à force d'être répétée, perd de son sens et devient, comme beaucoup d'autres sujets, une façon de combler le vide. La mauvaise conscience refait surface, mais tout s'efface très vite des esprits qui habitent des corps à l'abri du froid, de la faim et de la déchéance. L'ouvrage de Charles Masson est exemplaire, car il force le lecteur à l'intimité d'un rude face à face : impossible de détourner les yeux, de refermer l'ouvrage et d'ignorer le cheminement d'un homme aux portes de la mort, impossible de se boucher les oreilles et de ne pas entendre la voix de cet anonyme abandonné de tous et son long monologue entrecoupé de jurons et de regrets. D'emblée, le lecteur comprend que ce clochard (avec sa grossièreté, sa brusquerie et son corps qui se délite) n'aura pas la chance de survivre, que son corps va lâcher et que ses pensées, que nous sommes les seuls à connaître, seront les dernières.

    Lire la suite